Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Je m'appelle Adèle Bloom
Studio Hébertot  (Paris)  juin 2022

Comédie dramatique écrite et mise en scène par Franck Harscouët, avec Armelle Deutsch, Sophie-Anne Lecesne, Philippe d’Avilla et Laura Elko.

Voilà une plongée dans l'univers psychiatrique des années 1950 qui ne laissera personne indifférent ou indemne si l'on emploie la formule consacrée.

Dans "Je m'appelle Adèle Bloom", Franck Harscouët a voulu aborder à son tour cette période sombre de la psychiatrie nord-américaine où des "savants fous" avaient fait de la lobotomie l'alpha et l'oméga de leur pratique.

C'est en compagnie de la jeune postière, Adèle Bloom (Armelle Deutsch), qui arrive à l'hôpital psychiatrique de Providence, près d'Halifax (Canada) pour y être internée à la demande de sa mère, que l'on va être immergé dans un univers qui a plus à voir avec le cadre d'un film d'horreur qu'avec un lieu où l'on soigne. On pense très vite à quelques films emblématiques ("La Fosse au serpents" d'Anatole Litvak et bien entendu, "Shutter Island" de Martin Scorsese)

Car c'est à un récit immersif que l'on est convié. Qu'on soit homme ou femme, on ne pourra que s'identifier à Adèle, qui, peu à peu, découvre les pratiques du Dr Walter Freeman (Philippe d'Avila), adepte forcené du bistouri pour pénétrer dans les cerveaux féminins.

Franck Harscouët a créé des personnages très forts pour entourer Adèle dans son enfer. A commencer par une infirmière, Miss Wilbord, garde chiourme ayant tout pouvoir sur les internées. On ne peut s'empêcher de l'assimiler à ces gardiennes de camps nazis ou soviétiques.

C'est Anne-Sophie Lecesne qui l'incarne. Elle sera aussi Poppie, l'alter ego d'Adèle, celle qui lui révèle comment fonctionne Providence et dont Rosemary Kennedy (Laura Elko), maillon faible de la future famille présidentielle, est l'interné la plus célèbre. Frank Harscouët en fait une pianiste remarquable qui manipule une poupée à son image.

Peu à peu, Adèle, qui aujourd'hui, serait traité pour de simples tocs, s'enfonce dans la folie à mesure où elle veut échapper à sa condition de recluse. Armelle Deutsch est impressionnante dans un rôle éprouvant. Sa partenaire principale, Anne-Sophie Lecesne, qui joue quatre rôles dans la pièce, est elle aussi hors du commun.

"Je m'appelle Adèle Bloom" vaut pour cette distribution de haut-vol et pour ce qu'elle explique du traitement inhumain que subissaient les "malades" à l'heure où la société, en pleine croissance, pensait que tout pouvait se résoudre par l'administration de thérapies nouvelles. La foi générale était dans un progrès constant, capable de surmonter tous les obstacles.

Mais le temps passant, l'idée que tous les pathologies étaient guérissables s'est estompée. La souffrance de ces femmes-cobayes a été prise ne compte et la pratique des électrochocs réduite, on l'espère, à des cas désespérés.

"Je m'appelle Adèle Bloom" tient en haleine, montre combien la société d'après guerre fut violente et contradictoire. Frank Harscouët dirige ses comédiennes avec beaucoup d'empathie, conscient de la violence des rôles proposées.

Armelle Deutsch joue Adèle Bloom avec une telle conviction que l'on craint parfois pour sa santé mentale. En toute logique, son rôle devrait lui valoir un Molière. En tout cas, cette pièce singulière hantera longtemps ceux qui l'auront vu.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 juin 2022 : Voilà l'été

Paul McCartney a 80 ans, La Mare aux Grenouilles vient de fêter ses 2 ans, il fait (trop) chaud : pas de doute, c'est bientôt l'été. En attendant une actualité plus légère sur juillet et août, voici de quoi découvrir et aiguiser votre curiosité !

Du côté de la musique :

"Les micros siestes acoustiques Vol 1" de Bastien Lallemant
"Blooming point" de Beach Scvm
"Swing state" de Ben Sidran
"The crowd growls, the crown fails" de Bender
"Reaching out"de Cy
"Méli mélo" de Denis Gancel Quartet & Cie
"Blue songs" de Denis Levaillant
"Freedriver" de Early Spring Horses
Festival LEVITATION #9 :
avec  Péniche, Servo, You Said Strange, Death Valley Girls, Bruit, Pond, Kikagaku, Moyo
Kim Gordon le samedi
Interview de Bruit
interview de You Said Strange
"Philip Glass : Etudes pour piano, intégrale" de François Mardirossian
"The days of Pearly Spencer" de Listen In Bed à écouter en ligne
"I tried to make music with AI and this Happened" de Whim Therapy
et toujours :
"L'innocence" de Lisa Portelli
"Le syndrome de Goteborg" des Fatals Picards
Rencontre avec Laurent Honel des Fatals Picards
"Jokers" de Vincent Peirani
"Paris n'existe pas" de Son Parapluie
"The pleasure is goldmine" de Olivier Rocabois
"Les démons familiers" de Mathias Lévy
"Prince de plomb" de Marcia Higelin
"La dynastie du chouchou" de Listen In Bed à écouter en ligne
Festival Art Rock 2022 avec Kim Gordon, Flore Vesco, Pete Doherty ...
"Social Kaleidoscope" de Boris Maurussane
"Lost in confusion" de Amy Lee & the Loco Project Band
Cosse, Bukowski et Flor Del Fango dans une sélection de clips

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"La Ligne Rose" au Théâtre Lepic
"Believers" au Théâtre Lepic
"Ceci n'est pas une Framboise Frivole" à la Piccola Scala
"Hop-là !" au Théâtre Essaion
en avant-première du Festival Off d'Avignon :
"Une nuit avec Monsieur Teste"
"Je m'appelle Adèle Bloom"
"Second souffle"
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Toyen - L'écart absolu" au Musée d'Art Moderne de Paris
derniers jours pour "Boilly - Chroniques parisiennes" au Musée Cognacq-Jay
et les expositions à l'affiche

Cinéma :

en salle :
"Jungle rouge" de Juan José Lozano et Zoltan Horvath
en streaming gratuit avec :
"Une femme fantastique" de Sebastian Lelio
"La tourneuse de pages" de Denis Dercourt
"Frost" de Sharunas Bartas
"Lady Chatterley" de Pascale Ferran
et le cinéma asiatique en 7 films

Lecture avec :

"Utopia avenue" de David Mitchell
"Omerta" de R.J. Ellory
"Des jours meilleurs" de Jess Walter
et toujours :
"Unfollow" de Luka Juliger
"Traquenoir" de Ed Lacy
"Reste près de lui" de Emily Koch
"Leonard de Vinci" de Jean Yves Boriaud
"Elle est le vent furieux" de Marie Alhinho, Marie Pavlenko, Sophie Adriansen, Flore Vesco, Cyndy Van Wilder & Coline Pierré

Et toute la semaine des émissions sur notre chaine twitch

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=