Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Bell Orchestre
Interview  (Paris)  4 mars 2006

Le groupe montréalais Bell Orchestre se produisait ce soir au Nouveau Casino.

Projet expérimental et instrumental mené par Richard Reed Parry (basse) et Sarah Neufeld (violon), tous deux membres à part entière d'Arcade Fire, Bell Orchestre comporte 3 autres membres : Stefan Schneider (batterie, percussions), Pietro Amato (joueur de cor français et membre de Thorngat) et Kaveh Nabatian (trompette, mélodica).

Ce soir, nous rencontrons Sarah Neufeld et Kaveh Nabatian.

Vous êtes ce soir au Nouveau Casino pour défendre Recording a Tape the Colour of the Light, cet album sorti voila un petit moment déjà…Comment se passe un concert de Bell Orchestre, comment parvenez à retranscrire ces plages atmosphériques, sans paroles ?

Kaveh : Le fait qu'il n'y ait pas de paroles... Cela fait des milliers d'années que les instrumentaux existent. Ce n'est pas dérangeant. Nous sommes plutôt dans une tradition classique ou jazz, avec des tendances modernes. Pour nous c'est normal, rien de choquant !

Bell Orchestre est clairement un projet à part d'Arcade Fire, dont vous faites partie. On retrouve néanmoins la même énergie, mais en instrumentales. Votre album est il fait pour la scène au bout du compte ?

Kaveh : Ce sont deux choses différentes, écouter cet album chez soi ou en concert. Cet album est très spécifique, avec un espace nostalgique. Il y a des gens qui rentrent dedans, d'autres non…

Sarah : De la distance sûrement aussi, avec ces ambiances oniriques…

Kaveh : Sur scène c'est assez étrange, c'est plutôt "dans ta face. In your face si vous voulez" (rires). Dans l'ensemble les gens rentrent plutôt dedans. Il y a plus de gens qui vont adorer la musique en live du fait de sa spécificité.

Les gens ne sont plus habitués à ce genre d'album sans compromis…

Kaveh : En même temps, il y a quand même beaucoup de groupes de jazz assez intéressants, à Paris, en Norvège ou en Suède que nous avons déjà rencontré. Il y a beaucoup de fans de rocks qui aiment notre musique aussi.

Dans le cadre de la musique rock, forcément c'est un peu anormal. Pour nous c'était évident car nous nous sommes réunis pour faire de la musique pour la danse contemporaine. Jouer avec des danseurs, improviser dessus, c'est devenu une habitude à force, sans qu'on y réfléchisse.

En réécoutant l'album cette après midi, je repensais à un autre album avec de grandes variations subliment orchestrées, c'est Tubular Bells de Michael Oldfield. Certaines ressemblances. Vous n'avez pas eu la tentation de réaliser la même chose, à savoir une seule et meme chanson comprenant plusieurs mouvements, comme une pièce de musique classique...

Sarah : On pourrait essayer ça, bonne idée !

Kaveh : On essaye de faire quelque chose de symphonique, mais à l'échelle d'une chanson. Effectivement, c'est une idée…

On parle de ruptures, d'accélérations, comme de grandes vagues qui monteraient et descendraient au fur et à mesure. La musique classique vous a-t-elle inspiré pour la création ?

Sarah : Bien évidemment... Nous sommes tous influencé par la musique classique, spécialement moi avec le violon. Vraiment important pour nous.

Kaveh : Il y a des liens directs entre notre musique et des structures, des auteurs classiques, comme Schubert ou Art Blackey... Indéniablement.

Il y a des moments très forts, très rock, et d'autres classiques justement. Comment le définiriez vous en quelques mots

Sarah : On peut dire que quelque fois cela peut être comme un film de cow-boys avec de la musique de chambre dans un rêve. (Rires)

Kaveh : Comme Lee Perry dans un film de Sergio Leone… C'est n'importe quoi de résumer l'album comme ça, cela dépend des humeurs, des mentalités. On n'aime pas la réduction et les étiquettes.

Comment s'est passé votre petit séjour dans le Vermont au moment de la création de Recording a Tape the Colour of the Light ?

Kaveh : Disons que j'ai une petite cabane dans le Vermont, où nous avons composé quelques chansons. En plein hiver, sans eau, par -30°... Cela nous a rassemblé évidemment. De la folie totale tu vois, obliger de mettre constamment du bois, d'où la chanson Throw it on a fire... Les lumières part 1 et 2..Cela prend du temps pour nous d'écrire des chansons, quelques idées qui germent, qui sont mises de coté. On y revient après..

Sarah : Et le mastering s'est fait à Montréal, pour des raisons économiques.

Kaveh: On a quasiment enregistré tout sur ruban, puis transfert sur digital. Grâce aux logiciels.

On parlait de visions oniriques pour Recording a Tape the Colour of the Light, des films vous ont-ils inspiré ?

Sarah : S'il y devait y avoir un film en particulier non. Idéalement, si Terry Gilliam. Nous ne sommes pas limités et pas stricts sur les idées

Kaveh : Ou des mangas qui sait. Moi je suis réalisateur, c'est mon travail premier. Mais de là à créer un film qui accompagnerait l'album. Il faudrait que tout le monde soit d'accord sur tout… Beaucoup de gens nous approchent pour utiliser notre musique. Peut être le prochain film de Wong Karwai qui sait…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Recording a tape the colour of the light de Bell Orchestre
Bell Orchestre en concert au Festival de Dour 2006 (dimanche)
Bell Orchestre en concert au Festival Radar #5 (jeudi 10 septembre 2009)

En savoir plus :

Le site officiel de Bell Orchestre

Crédits photos : Didi Abdelwaheb (plus de photos sur Taste of indie)


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 25 août 2019 : C'est la rentrée ... littéraire

Cette semaine on continue de passer en revue les sorties littéraires de la rentrée en attendant la fin des vacances alors que la rentrée théâtrale commence à pointer son nez. Bonne lecture.

Lecture avec :

"Baikonour" de Odile d'Oultremont
"Civilizations" de Laurent Binet
"Kintu" de Jennifer Nansubuga Makumbi
"L'été meurt jeune" de Mirko Sabatino
"Les liens" de Domenico Starnone
"Tous les hommes n'habitent pas le monde de la même façon" de Jean Paul Dubois
et toujours :
"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

"Les Témoins" à la Manufacture des Abbesses
"Hervé" au Théâtre de la Reine Blanche
"Quand l'Amour des Notes..." au Théâtre Essaion
des reprises
"La Machine de Turing au Théâtre Michel
"Sherlock Holmes et le Mystère de Boscombe" au Grand Point Virgule
"Michel For ever" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Tchekhov en folie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Bronx" à la Scène Libre
"Lisa et moi" au Théâtre Essaion
"Les Swinging Poules - Chansons sunchronisées" au Théâtre Essaion
"Cyrano de Bergerac" à La Folie Théâtre
"J'admire l'aisance avec laquelle tu prends des décisions catstrophiques" au Théâtre de la Reine Blanche
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

la dernière ligne droite "L'Allemagne romantique - Dessins des musées de Weimar" au Petit Palais

Cinéma avec :

"Une fille facile" de Rebecca Zlotowski


Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=