Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Méfiez-vous des anges
Olivier Bal  (XO Editions)  avril 2022

Olivier Bal, c’est pour moi une des valeurs sûres des auteurs de thrillers francais. Je sais que je peux acheter les yeux fermés ses publications, que je ne serai pas déçu et que cela me procurera un excellent temps de lecture. Après L’affaire Clara Miller (fabuleux), La forêt des disparus (tout simplement génial), le voilà de retour avec Méfiez-vous des anges, ouvrage qui n’a rien à envier à ses prédécesseurs.

Acheté quelques temps après sa sortie, mon intention était de me le garder sous le coude pour pouvoir le déguster dès les vacances d’été. Rien de mieux qu’un bon polar à lire sur un transat sous un parasol, encore plus en ces temps de chaleur accablante. Méfiez-vous des anges fait parfaitement le job, il est l’ouvrage que vous devez absolument avoir en main cet été où que vous soyez. Une fois encore, Olivier Bal me bluffe par son imagination, ses histoires mises en scène avec brio et son écriture si plaisante à lire.

En plus, Olivier Bal nous fait l’honneur de mettre en scène le détective Paul Green que nous avions découvert avec L’affaire Clara Miller puis retrouvé dans La forêt des disparus. Pour en avoir discuter avec Olivier Bal lors d’un interview, sa volonté de continuer de mettre en scène ce personnage si particulier est belle et bien effective dans son nouveau thriller, pour notre plus grand plaisir.

L’histoire se déroule toujours aux Etats-Unis, non plus dans l’Oregon, toujours sur la côte ouest américaine, mais plus au sud, en Californie, à Los Angeles pour être plus précis.

Sur les collines de Californie se dresse L’Enceinte, une communauté spirituelle en apparence parfaite. Paul Green, ancien journaliste cabossé par la vie, est persuadé que la jeune femme qu’il recherche est enfermée entre ces murs. Il s’infiltre dans L’Enceinte et découvre avec stupeur ses rites étranges, ses lieux interdits, son gourou mystérieux.

Au même moment, à Los Angeles, l’inspectrice Sarah Shelley est appelée en urgence. Le cadavre d’une jeune femme vient d’être découvert, entièrement tailladé. Impossible de l’identifier. Elle serait morte vidée de son sang. Et si ce crime nous ramenait au cœur de L’Enceinte ?

Dans les bas-fonds de Los Angeles, Sarah Shelley et Paul Green vont emprunter un chemin de ténèbres. Et affronter l’une des organisations sectaires les plus redoutables des États-Unis. Une plongée dans la noirceur de l’âme humaine et de la manipulation.

Et bien voilà, encore un livre d’Olivier Bal qui se dévore, totalement addictif dès les premières pages. On retrouve donc notre Paul Green préféré, plus éprouvé par la vie que jamais, qui s’est mis en tête de retrouver une jeune fille disparue que ses parents recherchent. On y rencontre Sarah Shelley, une inspectrice chargée d’une enquête concernant une jeune fille.

On est toujours dans le roman choral, qu’il maîtrise parfaitement autour de Paul, de Clara, de Rafa (un jeune qui travaille pour la mafia) et Dorothy (qui nous fait revenir dans le passé, trente ans plus tôt, une jeune fille voulant être actrice).

Les chapitres qui alternent les points de vue des protagonistes sont courts, donnant du rythme à la lecture, porté par une écriture très cinématographique (on imagine très bien que cela pourrait faire un très bon film au passage) qui nous immerge dans cette ville tentaculaire qu’est Los Angeles mais aussi au sein de l’Enceinte, cette secte qui vit repliée sur elle-même. Une fois encore, un gros travail autour de la ville de Los Angeles et autour du fonctionnement d’une secte a dû être fait par l’auteur pour nous permettre d’avoir une histoire totalement réaliste.

La tension est palpable au fil des pages, elle gagne en intensité aussi au cours de la lecture. Le suspense monte superbement pour aboutir à un final totalement surprenant et totalement maîtrisé. Les pièces du puzzle construit autour des différents protagonistes, de leurs points de vue se mettent en place pour dévoiler cette fin si spectaculaire.

Alors voilà, c’est encore du grand Olivier Bal que nous proposent les éditions XO éditions avec Méfiez-vous des anges que je vous recommande vivement.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :
La chronique de "La meute" du même auteur
La chronique de "Roches de sang" du même auteur
La chronique de "L'interview" de l'auteur
La chronique de "Le maître des limbes" du même auteur
La chronique de "L'affaire Clara Miller" du même auteur
La chronique de "La forêt des disparus" du même auteur

En savoir plus :
Le Facebook d'Olivier Bal


Jean-Louis Zuccolini         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 07 juillet 2024 : La culture, pour toujours

Les grenouilles prennent la route d'Avignon et nous vous livrerons nos chroniques quasiment au jour le jour exceptionnelement ! En attendant, voici le programme de la semaine. Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y serons avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
et toujours :
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=