Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Il n'y a pas de Ajar
Les Plateaux Sauvages  (Paris)  septembre 2022

Monologue dramatique de Delphine Horvilleur interprété par Johanna Nizard dans une mise en scène d'Arnaud Aldigé et Johanna Nizard.

Pour sa première incursion dans le registre théâtral, l'essayiste et conteuse Delphine Horvilleur a choisi la notion et concept d'identité en composant "un monologue contre l'identité, un seul en scène qui s'en prend violemment à toutes les obsessions identitaires du moment".

Elle indique avoir été inspirée par Romain Gary, romancier adepte de l'héteronymie, notamment sous le pseudonyme d'Emile Ajar qui lui a valu d'être pour une seconde fois lauréat du Prix Goncourt avec "La vie devant soi", et de la pratique de l'auto-mytho-biographie, pour célébrer la vertu salvatrice de l'émancipation des dogmes et de la réinvention permanente de son identité.

Avec "Il n'y a pas de Ajar", titre en forme de détournement d'une phrase-citation ce qui n'aurait pas déplu à Romain Gary qui usait du potentiel humoristique des proverbes et locutions, Delphine Horvilleur brasse de manière réflexive et kaléidoscopique de nombreux sujets contemporains délétères, sources de clivage et, pour le moins, de crispations sociétales qui le thème de l'identité et ses corollaires, l’appartenance et de la filiation.

Dont, et entre autres, le phénomène d'archipellisation, le communautarisme de tous bords politiques, sociaux et confessionnels, le repli identitaire, la compétition victimaire, le postulat du "trans" dans le processus de subjectivation et, cristallisées autour du thème de l'identité et de ses corollaires, l’appartenance et de la filiation, et, étant également rabbin au sein de l’association Judaïsme en Mouvement et directrice la revue de pensées juives "Tenou’a", la judaïté.

De plus, elle soutient que le "je", au demeurant porteur d'un héritage "avec pour mission consciente, inconsciente, ou divine, de le transcender", n'existe pas n'étant qu'une fulgurance temporelle capable de toutes les métamorphoses.

Delphine Horvilleur procède judicieusement non par voie maïeutique, telle une docte conférence démonstrative, mais ontologique - et avec autant d'humour que d'iconoclastie - par le truchement d'un personnage fictionnel nommé Abraham Ajar qui se présente comme le fils de l'Emile précité que le public, érigé en investigateur et interlocuteur, débusque dans son antre obscur et secret.

Effectuée avec la collaboration à la dramaturgie du psychanalyste et philosophe Stéphane Habib et de la comédienne Audrey Bonnet, la concrétisation scénique de l'opus opérée par Johanna Nizard et Arnaud Aldigé s'avère une réussite exemplaire.

Par le choix du registre, celui de l'ambiguÏté et de l'illusionnisme théâtral, soutenu par le superbe dispositif scénographique conçu par François Menou consistant en un boîte noir hérissée de lamelles miroitantes sur le mode de l'attraction du palais des glaces propice à suggérer le cloaque existentiel et le labyrinthe de la psyché.

Et par le jeu inspiré et maîtrisé de Johanna Nizard dans son incarnation du protagoniste, ermite des profondeurs de l'humanité et histrion radical, provocateur et cynique, et ses étonnants avatars véhicules pour délivrer ses proférations et son message quasi messianique ainsi résumé par l'auteure : "L’identité figée, celle de ceux qui ont fini de dire qui ils sont, est la mort de notre humanité".

 

MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=