Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La promesse Brel
Théâtre de la Tour Eiffel  (Paris)  septembre2022

Spectacle musical conçu et interprété par Arnaud Askoy accompagné par les musiciens Roland Romanelli et Jean-Philippe Audin (en alternance Sébastien Debard et Florence Hennequin) dans une mise en scène de Pierre-Nicolas Cléré.

Plus de quarante ans après sa mort, plus de cinquante ans après qu'il a cessé de chanter en public, Jacques Brel continue de fasciner ceux qui écoutent ses disques. Grâce aux images d'archive, on peut le voir chanter quelques-unes de ses chansons les plus mythiques dans des récitals.

Dans son costume cravate, ruisselant de sueur, laissant échapper force postillons de sa mâchoire aux dents mal rangées, il interprète avec passion des chansons composées comme des tableaux flamands.

Impossible donc, pensait-on, qu'on puisse ressusciter ce Grand de la chanson française, en essayant de l'imiter physiquement et techniquement. Et pourtant, c'est ce qu'accomplit chaque fois qu'il monte sur scène Arnaud Askoy.

Sur le papier, les arguments de ceux qui trouvent sans intérêt l'exercice de faire revivre un chanteur mort, voire malsain, peuvent convaincre. Mais, dès qu'apparaît Arnaud, bien qu'on soit prévenu qu'il a une vraie ressemblance avec Jacques, sans qu'on puisse honnêtement parler de "sosie", les doutes tombent.

Astucieusement, le chanteur de 2022 commence son tour de chant par une chanson du dernier album de Brel, "Les Marquises". Une chanson que le chanteur belge n'a jamais interprété sur scène. Arnaud Askoy récidivera plus loin avec un très émouvante version de "Jojo".

Dès lors, si la voix ressemble fortement à celle de Brel, les mimiques et la gestuelle sont originales. On n'est pas gêné par l'effet produit et quand, pour les autres chansons, il revient aux gestes originaux, on n'a pas l'impression qu'il est dans la copie.

A vrai dire, on se met surtout à écouter les chansons, à les réécouter attentivement. Elles dégagent toujours une grande puissance et Arnaud Askoy sait articuler tout en cherchant à retrouver le phrasé de l'auteur de "Madeleine" ou des "Bourgeois".

Jamais il ne se traîne à la recherche de la vitesse originelle. Techniquement, il est convaincant dans les plus rapides, comme "Vesoul" ou "Amsterdam". Et surtout, il produit de l'émotion, garde pendant tout le spectacle la même intensité. Il faut ajouter qu'il profite aussi des arrangements de Roland Romanelli, qui l'accompagne aussi régulièrement sur scène au piano et à l'accordéon.

Quand, à la fin de son tour de chant, bien composé et rassemblant la quintessence du répertoire de Jacques Brel, il se met enfin à parler au public, Askoy fait preuve d'une grande modestie et avoue qu'il y a quelque chose de "mystérieux" dans ce qu'il fait, lui qui avoue avoir été quinze ans inspecteur de police !

On se doute qu'être dans la peau d'une personnalité aussi forte, une personnalité qui suscite encore autant d'admiration, n'est pas chose commune. Qu'il ne soit pas du sérail, ait assimilé en quelques années ce que Brel a mis plus longtemps à affiner, laisse à penser qu'il est doué et qu'il peut, à long terme, y avoir un conflit entre l'interprète serviteur d'un maître et le chanteur qui pourrait aussi avoir envie d'un répertoire à lui, d'autant plus qu'il a publié quelques recueils de poésie.

Pour l'heure, chaque spectacle ne peut qu'améliorer sa prestation déjà très convaincante. Il fera fortement plaisir à ceux qui rêvaient d'entendre de nouveau du Brel sur scène, et même ceux qui n'adhéraient pas au principe reconnaîtront que "La Promesse Brel" est un spectacle de qualité où souffle souvent l'esprit du Grand Jacques.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=