Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Myriam Barbaux-Cohen
Mémoires d'une femme  (Ars Producktion)  septembre 2022

Ces mémoires ne sont pas de n’importe quelle femme. Elles sont d’une femme de l’ombre. Une femme cachée derrière la misogynie d’une époque, celle où être une femme et composer de la musique ne va pas de soi. Cette femme c’est Mel Bonnis, enfin rendons lui son véritable prénom : Mélanie.

Mélanie Bonnis naît le 21 janvier 1858 à Paris. Elle est issue d'une famille modeste de la petite bourgeoisie parisienne : sa mère travaille dans la passementerie et son père est contremaître en horlogerie. Elle reçoit une éducation stricte et religieuse. C’est sur le vieux piano de la maison familiale dont personne ne joue que Mélanie va faire ses premières gammes, en autodidacte, au grand regret de sa mère que le "bruit" incommode. Ses premières leçons de solfège, elle les recevra à douze ans. D’abord avec Jacques Maury, corniste à l'Opéra, futur professeur de cornet à piston au Conservatoire de Paris puis avec César Franck qui lui donnera des cours de piano, de composition et lui permet d’entrer au conservatoire en 1876. Elle étudiera la composition et l’harmonie dans la classe, pour femmes, d’Ernest Guiraud, l’accompagnement au piano d’Auguste Bazille et suivra avec une certaine ferveur les cours d’orgue de Franck.

C’est durant cette période qu’elle rencontrera Amédée Hettich, jeune élève de son âge alors en classe de chant. C’est un homme de culture, capable de chanter, écrire des poèmes et des critiques musicales. Ensemble, ils s’aimeront et composeront de nombreuses mélodies, musique de Mélanie, textes d’Amédée. Une jeune femme peut-elle fréquenter un musicien et le milieu musical ? Pour la famille de Mélanie, la réponse est clairement non. La jeune fille devra donc démissionner du conservatoire, trouver un métier plus convenable (la couture) et faire un beau mariage.

En 1883, elle épouse Albert Domange riche industriel, de 25 ans son aîné, deux fois veuf et père de cinq garçons. Elle se dévouera à ses devoirs familiaux mais son mari lui laisse garder contact avec le milieu musical et même composer, mais sous son nom de jeune fille. Cela lui permettra de retrouver son amour de jeunesse Amédée Hettich qui va l’encourager à composer (elle collaborera à sa collection "les airs classiques") et la rapprocher du milieu musical et des éditeurs.

Ensemble ils auront un enfant, Madeleine, fruit d’un amour interdit dont l’existence restera cachée dans la famille jusqu’à la guerre de 1914. Cette situation sera terrible pour Mélanie catholique fervente. C’est à cette période qu’elle composera le plus, l’écriture, la musique comme un refuge. Ses œuvres sont diverses : pour piano, pour orgue, de musique de chambre, pour orchestre, vocales... Sa musique connaît un succès d’estime mais n’est pas assez jouée pour se faire connaître du grand public. Le fait d’être une femme est un frein à sa reconnaissance, le fait de prendre divers pseudonymes, de choisir de s’appeler Mel, aux connotations plus masculines n’y changeront rien. Bien que publiée par Alphonse Leduc, Demets, Eschig ou Maurice Sénart, sa ténacité restera vaine.

Petit à petit Mélanie Bonnis va s’isoler du monde pour se recentrer sur sa famille et la religion. Elle décède le 18 mars 1937.

La pianiste Myriam Barbaux-Cohen aime Mel Bonnis et cela s’entend dans chaque note, chaque ligne mélodique, dans chaque atmosphère. Avec beaucoup de sensibilité, une légèreté dans le phrasé elle rend hommage à cette musique pleine de charme même dans la plus pure mélancolie, plein de nuances. On y entendra des influences de Franck ou Fauré, de l’impressionnisme, du mysticisme. Le son est excellent (support SACD). Une référence !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Enrique Granados : Oeuvres pour Piano de Myriam Barbaux-Cohen

En savoir plus :
Le site officiel de Myriam Barbaux-Cohen
Le Facebook de Myriam Barbaux-Cohen


Le Noise (Jérôme Gillet)         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=