Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Têtes Raides - Jasmine Vegas - Mell - Lombric - Lola Lafon et Leva - Bam's - Hocine Ben - Patalo
Le Zénith  (Paris)  30 mars 2006

A l'occasion de la sortie de leur dernier album Fragile, les Têtes Raides ont entamé une tournée aux quatre coins de la France. Étape parisienne : le Zénith ! L'opportunité pour le groupe d'offrir à son public une véritable "scène ouverte"…

Il fallait si attendre, un concert des Têtes Raides n'est jamais banal : magique par la vitalité de la prestation, brut par la sincérité de la démarche, engagé par son aspect résolument militant et actif. Et s'il est question de parti pris politique (de "devoir de parole"), le tout reste toujours ancré sous l'angle de la création.

En accostant sur la scène du Zénith, la tribu Têtes Raides , qui s'est toujours montrée friande sur le plan des synergies artistiques, a donc trouvé ici l'occasion de pousser encore plus loin le bouchon…

Cinq groupes en première partie, le tout orchestré et présenté au gré des différentes interventions du slameur Hocine Ben : il fallait oser ! Pari réussi et qu'on ne peut qu'applaudir tant l'initiative est belle.

Ouverture des festivités avec un premier texte de poésie, scandé tel quel au micro : pas de musique, que des mots, libres, et criant de vérité. Le ton est donné… "Le poète est dans la rue…".

Suit, sans transition aucune (mais faut-il différencier les registres ce soir ?), le groupe Lombric.

Avec ses petites chansonnettes aux accents faussement légers, le groupe semble tout droit descendu des années 70 !

Un look "bab" et le tout mixé à la sauce "chanson française néo-réaliste": on perçoit instinctivement un rapport de filiation avec les Têtes Raides.

Puis c'est au tour de l'exubérante Jasmine Vegas (chapeau en poil de moquette vert sur la tête et robe pailletée) de faire son entrée.

Un univers plus acidulé, mais aussi plus déjanté… Faut-il encore présenter Jasmine ?

Sous les yeux éberlués d'une partie du public qui la découvre pour la première fois, la parisienne ex-new-yorkaise enchaîne alors trois morceaux (telle est la règle pour chaque invité) de son album : Time, "Encaisse-moi" et "Je te vois".

Retour à un style plus ancré dans la réalité avec l'étonnante prestation de Mell (du label Mon Slip comme la plupart des invités ce soir).

Énergie punk, son brut à la guitare, un rien hérité du vieux père Brassens, le tout accompagné d'un époustouflant trompettiste !

Le résultat est très probant. Séduit par ce mélange insolite de hargne et de fraîcheur, le public commence à chauffer, le ton monte…

Autre point de mire, autre horizon… Entre le groupe Lola Lafon et Leva.

Le son se densifie, l'orchestration des morceaux se fait plus importante.

Mais d'où viennent ses sonorités déroutantes ? Oscillant entre le registre rock et une gouaille aux résonances orientales, le groupe a puisé son style aux racines de ses origines balkaniques…

Le tout est étonnant, enivrant. Interprétant les textes tantôt en roumain, tantôt en français, on ne saurait imposer de frontière à cette musique qui semble intemporellement venue d'ailleurs !

Enfin, pour clôturer la scène ouverte, l'apparition la plus étonnante de cette première partie : Bam's.

Surfant aux limites du hip-hop, du rap et du jazz, l'univers de cette chanteuse française d'origine africaine est inclassable et totalement déroutant ! Accompagné entre autres d'une contrebasse et d'un DJ, Bam's scande une prose revendicatrice et libre. Impossible de décrire tant la prestation est innovante et osée…

Voilà donc toute la générosité et l'intelligence des Têtes Raides : décloisonner les univers, offrir à son public d'autres opportunités, offrir à des artistes moins aguerris la possibilité de s'exprimer. Chapeau !

Bientôt 22 h 00, il est temps de faire démarrer le concert à proprement parlé car le public s'impatiente… Quelques cliquetis de baguettes sur la caisse claire et voilà le spectacle lancé !

Entrée de Christian Olivier pour entamer le titre-phare du dernier album : Fragile.

Un début d'interprétation mesuré, puis c'est l'explosion générale avec l'entrée flamboyante des cuivres (saxo, trompettes…) sur la scène.

La magie des Têtes Raides, n'est-ce pas justement cette alliance de couleurs (fanfares, sifflets, sortis tout droit d'un magasin de jouets) et de noirceur (l'accordéon nostalgique, la basse rageuse aux accents punk) ? Énergie ! Synergie ! Fantaisie ! ça sonne vrai, ça sonne plein, c'est humain !

Et l'on ne peut, avec la suite des morceaux qui s'enchaînent, qu'être transporté ! C'est un bain de jouvence, un antidote contre le sommeil, contre le rond rond quotidien qui anesthésie… Pêle-mêle et d'un souffle suivent "Je voudrais pas crever" (paroles de Boris Vian), "Houba", "Latuvu", "We gonna love me", "Constipé"… mais aussi des "classiques" du groupe : "Zigomatics", "Gino", "Saint-Vincent", "L'iditenté", l'incontournable "Ginette"…

Un invité d'honneur : Jean Corti (accordéoniste de Jacques Brel en son temps) qui reprend en solo la sempiternelle javanaise de Serge Gainsbourg. Des invités récurrents : les enfants du petit chœur des Patalo

Alors, incontestablement, l'humeur est à la fête ce soir : le public danse, pogote en douceur, entonne la chansonnette et lève le poing. Des silences aussi… pour reprendre du souffle, écouter, réécouter les paroles de cette chanson en hommage aux Communards de la ville de Paris…

Comment pourrait-il en être autrement lorsqu'on sait avec quelle exigence les Têtes Raides ont toujours poussé leur travail ?

En perpétuelle évolution, le groupe est parvenu aujourd'hui à l'accomplissement d'une très belle démarche artistique. Gageons qu'ils sont loin d'avoir finis de nous étonner !

Christian Olivier, plus présent, plus entier que jamais ; Grégoire au saxo, agissant comme l'élément fédérateur du groupe, tout en générosité et en ouverture sur scène ; Édith et Anne-Gaëlle tout en pudeur, grâce et émotion…

Alors, pour ceux qui ne serraient toujours pas convaincu, les Têtes Raides sont en tournée jusqu'à fin juin !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Fragile des têtes raides
La chronique de l'album Banco des Têtes Raides
Les Têtes Raides en concert au Festival des Terre-Neuvas de Bobital 2004
Les Têtes Raides en concert au Festival des Terre Neuvas à Bobital (Galerie photos)
Les Têtes Raides en concert au Festival Solidays 2005 (samedi)
Les Têtes Raides en concert au Festival Art Rock 2006 (Dimanche)
Les Têtes Raides en concert au Festival Class'Rock 2006
Les Têtes Raides en concert à La Maroquinerie (26 novembre 2007)
La conférence de presse des Têtes Raides (9 juillet 2005)
L'interview des Têtes Raides (24 mars 2006)
La chronique de l'album Time de Jasmine Vegas
Jasmine Vegas en concert à Théâtre des Bouffes du Nord (28 février 2005)
Jasmine Vegas en concert au Nouveau Casino (26 mars 2005)
Jasmine Vegas en concert au Point Ephémère (mai 2005)
Jasmine Vegas en concert aux Bains Douches (28 janvier 2006)
Jasmine Vegas en concert au Nouveau Casino (21 février 2006)
Jasmine Vegas en concert à La Maroquinerie (23 septembre 2006)
L'interview de Jasmine Vegas (17 juin 2005)
L'interview de Jasmine Vegas (28 janvier 2006)
La chronique de l'album C'est quand qu'on rigole de Mell
La chronique de l'album Western Spaghetti de Mell
La chronique de l'album Relation Cheap de Mell
La chronique de l'album Déprime & Collation de Mell
Mell en concert à la Salle des fêtes (6 octobre 2007)
Mell en concert au Festival FNAC Indétendances 2009
Mell en concert au Festival Paroles et Musiques #20 (édition 2011) - jeudi
L'interview de Mell (janvier 2008)
L'interview de Mell (8 février 2010)

En savoir plus :

Le site officiel des Têtes Raides
Le site officiel de Jasmine Vegas
Le site officiel de Mell
Le Bandcamp de Mell
Le Facebook de Mell

Crédits photos : Laurent (plus de photos sur Taste of indie)


IC         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Mell (28 mars 2011)
Mell (8 février 2010)


# 12 mai 2019 : Une liste de plus

A l'approche des élections européennes et ses innombrables listes qui ne présagent pas d'un bel avenir, on rajoute la nôtre, celle de la sélection culturelle de la semaine histoire de se changer les idées et se donner tout le plaisir que l'on mérite bien avec de la musique, des spectacles, des films, des livres et même des zombies à dégommer.

Du côté de la musique :

"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'un premier titre live, "Chasse Spleen"
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara
et toujours :
"Foreign lines" de Erevan Tusk
"Seeing other people" de Foxygen
"2029" de Gontard!
"Chopin concertos for piano & string" de David Lively, Quatuor Cambini Paris et Thomas de Pierrefeu
"La poison" de La Poison
"Wasalala" de Madalitso Band
"Children of the slump" de Marble Arch
"Cesar Franck : Piano works quintet" de Michel Dalberto & Novus Quartet
"High strung" de Pamplemousse
"Live bullet song" de Tchewsky & Wood

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Un ennemi du peuple" au Théâtre national de l'Odéon
"Vues Lumière" au Théâtre de la Colline
"Fauves" au Théâtre de la Colline
"La Victoire en chantant" au Théâtre 13/Jardin
"Délivrés de famille" au Théâtre Le Funambule
"Deux femmes pour un fantôme" à l'Aktéon Théâtre
"Mon coeur pour un sonnet" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Cabaret de Poussière fait le Zèbre" au Zèbre
Festival des Enfants de Molière à Dieppe
les reprises :
"Tout semblait immobile" au Théâtre de la Bastille
"Providence" au Théâtre Les Déchargeurs
"Aux Délices" au Lavoir Moderne Parisien
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma avec :

"Versus" de François Valla
Oldies but Goodies avec :
la version restaurée de "Les Lois de l'hospitalité" de Buster Keaton et Jack Blysrone
"Drôles de cigognes !" de Hermina Tyrlova
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors
et toujours :
"La bombe humaine" de Olivier Barruel
"La nuit ne dure pas" de Jules Gassot
"Le cri des corbeaux" de Matthieu Parcaroli
"Le jour de ma mort" de Jacques Expert
"Les feux" de Shohei Ooka
"Ombres sur la Tamise" de Michael Ondaatje
"Vraie folie" de Linwood Barclay

Froggeek's Delight :

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=