Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Les Têtes Raides - Jasmine Vegas - Mell - Lombric - Lola Lafon et Leva - Bam's - Hocine Ben - Patalo
Le Zénith  (Paris)  30 mars 2006

A l'occasion de la sortie de leur dernier album Fragile, les Têtes Raides ont entamé une tournée aux quatre coins de la France. Étape parisienne : le Zénith ! L'opportunité pour le groupe d'offrir à son public une véritable "scène ouverte"…

Il fallait si attendre, un concert des Têtes Raides n'est jamais banal : magique par la vitalité de la prestation, brut par la sincérité de la démarche, engagé par son aspect résolument militant et actif. Et s'il est question de parti pris politique (de "devoir de parole"), le tout reste toujours ancré sous l'angle de la création.

En accostant sur la scène du Zénith, la tribu Têtes Raides , qui s'est toujours montrée friande sur le plan des synergies artistiques, a donc trouvé ici l'occasion de pousser encore plus loin le bouchon…

Cinq groupes en première partie, le tout orchestré et présenté au gré des différentes interventions du slameur Hocine Ben : il fallait oser ! Pari réussi et qu'on ne peut qu'applaudir tant l'initiative est belle.

Ouverture des festivités avec un premier texte de poésie, scandé tel quel au micro : pas de musique, que des mots, libres, et criant de vérité. Le ton est donné… "Le poète est dans la rue…".

Suit, sans transition aucune (mais faut-il différencier les registres ce soir ?), le groupe Lombric.

Avec ses petites chansonnettes aux accents faussement légers, le groupe semble tout droit descendu des années 70 !

Un look "bab" et le tout mixé à la sauce "chanson française néo-réaliste": on perçoit instinctivement un rapport de filiation avec les Têtes Raides.

Puis c'est au tour de l'exubérante Jasmine Vegas (chapeau en poil de moquette vert sur la tête et robe pailletée) de faire son entrée.

Un univers plus acidulé, mais aussi plus déjanté… Faut-il encore présenter Jasmine ?

Sous les yeux éberlués d'une partie du public qui la découvre pour la première fois, la parisienne ex-new-yorkaise enchaîne alors trois morceaux (telle est la règle pour chaque invité) de son album : Time, "Encaisse-moi" et "Je te vois".

Retour à un style plus ancré dans la réalité avec l'étonnante prestation de Mell (du label Mon Slip comme la plupart des invités ce soir).

Énergie punk, son brut à la guitare, un rien hérité du vieux père Brassens, le tout accompagné d'un époustouflant trompettiste !

Le résultat est très probant. Séduit par ce mélange insolite de hargne et de fraîcheur, le public commence à chauffer, le ton monte…

Autre point de mire, autre horizon… Entre le groupe Lola Lafon et Leva.

Le son se densifie, l'orchestration des morceaux se fait plus importante.

Mais d'où viennent ses sonorités déroutantes ? Oscillant entre le registre rock et une gouaille aux résonances orientales, le groupe a puisé son style aux racines de ses origines balkaniques…

Le tout est étonnant, enivrant. Interprétant les textes tantôt en roumain, tantôt en français, on ne saurait imposer de frontière à cette musique qui semble intemporellement venue d'ailleurs !

Enfin, pour clôturer la scène ouverte, l'apparition la plus étonnante de cette première partie : Bam's.

Surfant aux limites du hip-hop, du rap et du jazz, l'univers de cette chanteuse française d'origine africaine est inclassable et totalement déroutant ! Accompagné entre autres d'une contrebasse et d'un DJ, Bam's scande une prose revendicatrice et libre. Impossible de décrire tant la prestation est innovante et osée…

Voilà donc toute la générosité et l'intelligence des Têtes Raides : décloisonner les univers, offrir à son public d'autres opportunités, offrir à des artistes moins aguerris la possibilité de s'exprimer. Chapeau !

Bientôt 22 h 00, il est temps de faire démarrer le concert à proprement parlé car le public s'impatiente… Quelques cliquetis de baguettes sur la caisse claire et voilà le spectacle lancé !

Entrée de Christian Olivier pour entamer le titre-phare du dernier album : Fragile.

Un début d'interprétation mesuré, puis c'est l'explosion générale avec l'entrée flamboyante des cuivres (saxo, trompettes…) sur la scène.

La magie des Têtes Raides, n'est-ce pas justement cette alliance de couleurs (fanfares, sifflets, sortis tout droit d'un magasin de jouets) et de noirceur (l'accordéon nostalgique, la basse rageuse aux accents punk) ? Énergie ! Synergie ! Fantaisie ! ça sonne vrai, ça sonne plein, c'est humain !

Et l'on ne peut, avec la suite des morceaux qui s'enchaînent, qu'être transporté ! C'est un bain de jouvence, un antidote contre le sommeil, contre le rond rond quotidien qui anesthésie… Pêle-mêle et d'un souffle suivent "Je voudrais pas crever" (paroles de Boris Vian), "Houba", "Latuvu", "We gonna love me", "Constipé"… mais aussi des "classiques" du groupe : "Zigomatics", "Gino", "Saint-Vincent", "L'iditenté", l'incontournable "Ginette"…

Un invité d'honneur : Jean Corti (accordéoniste de Jacques Brel en son temps) qui reprend en solo la sempiternelle javanaise de Serge Gainsbourg. Des invités récurrents : les enfants du petit chœur des Patalo

Alors, incontestablement, l'humeur est à la fête ce soir : le public danse, pogote en douceur, entonne la chansonnette et lève le poing. Des silences aussi… pour reprendre du souffle, écouter, réécouter les paroles de cette chanson en hommage aux Communards de la ville de Paris…

Comment pourrait-il en être autrement lorsqu'on sait avec quelle exigence les Têtes Raides ont toujours poussé leur travail ?

En perpétuelle évolution, le groupe est parvenu aujourd'hui à l'accomplissement d'une très belle démarche artistique. Gageons qu'ils sont loin d'avoir finis de nous étonner !

Christian Olivier, plus présent, plus entier que jamais ; Grégoire au saxo, agissant comme l'élément fédérateur du groupe, tout en générosité et en ouverture sur scène ; Édith et Anne-Gaëlle tout en pudeur, grâce et émotion…

Alors, pour ceux qui ne serraient toujours pas convaincu, les Têtes Raides sont en tournée jusqu'à fin juin !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Fragile des têtes raides
La chronique de l'album Banco des Têtes Raides
Les Têtes Raides en concert au Festival des Terre-Neuvas de Bobital 2004
Les Têtes Raides en concert au Festival des Terre Neuvas à Bobital (Galerie photos)
Les Têtes Raides en concert au Festival Solidays 2005 (samedi)
Les Têtes Raides en concert au Festival Art Rock 2006 (Dimanche)
Les Têtes Raides en concert au Festival Class'Rock 2006
Les Têtes Raides en concert à La Maroquinerie (26 novembre 2007)
La conférence de presse des Têtes Raides (9 juillet 2005)
L'interview des Têtes Raides (24 mars 2006)
La chronique de l'album Time de Jasmine Vegas
Jasmine Vegas en concert à Théâtre des Bouffes du Nord (28 février 2005)
Jasmine Vegas en concert au Nouveau Casino (26 mars 2005)
Jasmine Vegas en concert au Point Ephémère (mai 2005)
Jasmine Vegas en concert aux Bains Douches (28 janvier 2006)
Jasmine Vegas en concert au Nouveau Casino (21 février 2006)
Jasmine Vegas en concert à La Maroquinerie (23 septembre 2006)
L'interview de Jasmine Vegas (17 juin 2005)
L'interview de Jasmine Vegas (28 janvier 2006)
La chronique de l'album C'est quand qu'on rigole de Mell
La chronique de l'album Western Spaghetti de Mell
La chronique de l'album Relation Cheap de Mell
La chronique de l'album Déprime & Collation de Mell
Mell en concert à la Salle des fêtes (6 octobre 2007)
Mell en concert au Festival FNAC Indétendances 2009
Mell en concert au Festival Paroles et Musiques #20 (édition 2011) - jeudi
L'interview de Mell (janvier 2008)
L'interview de Mell (8 février 2010)

En savoir plus :

Le site officiel des Têtes Raides
Le site officiel de Jasmine Vegas
Le site officiel de Mell
Le Bandcamp de Mell
Le Facebook de Mell

Crédits photos : Laurent (plus de photos sur Taste of indie)


IC         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Mell (28 mars 2011)
Mell (8 février 2010)


# 14 Avril 2019 : 365 jours par an

Ce week end c'était le Disquaire Day, l'occasion de rappeler que vos disquaires, comme vos libraires ont une santé fragile et qu'il est important de les soutenir tout au long de l'année. Alors allez acheter vos disques et vos livres dans vos commerces de proximités, leurs bons conseils valent mieux que les frais de port offerts.

Du côté de la musique :

"A thousand voices" de Yules
"Dernier voyage" de Accident
"Avancer" de Tarsius
"Partitions" de Orouni
"Sola" de Dziedot Dzimu, Dziedot Augu
Laurent Montagne en interview, autour de "Souviens-toi" à retrouver pour une session acoustique de 4 titres
"Homme demain" de Monsieur et tout un Orchestre
Rencontre avec Le Bal des Enragés
"Free" de In Volt
"Macadam animal" de Guillo
"Replica" de Cassia
et toujours :
"Soleil, soleil bleu" de Baptiste W. Hamon
"Whoosh !" de The Stroppies
"Vonal Axis" de Steeple Remove
"Moderniste" de Les Vents Français
"Requiem" de AqME
"Hand it over" de Hat Fitz & Cara
"François Couperin : Concerts royaux" de Christophe Rousset & Les Talens Lyriques
"Journey around the truth" de Andy Emler & David Liebman
A l'occasion du concert de Novatom et des Sheriff à Montbrison nous les avons rencontré :Interview de Novatom,Interview des Sheriff
"Ce qui nous lie" de Mes Souliers sont rouges

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"JR" à la Grande Halle de La Villette
"Je suis Fassbinder" au Théâtre du Rond-Point
"Dieu habite Dusseldorf" au Théâtre Le Lucernaire
"L'Amour en toutes lettres" au Théâtre de Belleville
"Cinq ans d'âge" au Théâtre Essaion
"Tchekhov à la folie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Célébration" au Théâtre de Belleville
"Lewis Furey - Haunted by Brahms" au Théâtre du Rond-Point
"Close"
"Into the little hill" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
des reprises:
"Matka" au Théâtre-Laboratoire Elizabeth Czerzuk
"La petite fille de Monsieur Lihn" au Théâtre de l'Epée de Bois
"L'Autre fille" au Studio Hébertot
"Voyage au bout de la nuit" au Théâtre Tristan Bernard
"Laura Laune - Le diable est une gentille petite fille" au Trianon
"Gainsbourg For ever" au Théâtre Essaion
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en avril

Expositions avec :

"Rouge - Art et Utopie au pays des Soviets" au Grand Palais

Cinéma avec :

les nouveautés de la semaine :
"Seule à mon mariage" de Marta Bergman
Oldies but goodies avec"Paris qui dort" de René Clair dans le cadre de sa rétrospective à la Cinémathèque française
et la chronique des autres sorties d'avril

Lecture avec :

"Vindicta" de Cédric Sire
"Mujurushi, le signe des rêves, Vol. 1 & 2" de Naoki Urasawa
"La guerre des autres, rumeurs sur Beyrouth" de Bernard Boulad, Paul Boan, Gael Henry
"Je ne sais rien d'elle" de Philippe Mezescaze
"En lieu sûr" de Ryan Gattis
"Deux femmes" de Song Aram
"3 minutes " de Anders Roslund & Borge Hellstrom
"1793" de Niklas Natt Och Dag
et toujours :
"Barracoon" / "Article 36" de Zora Neale Hurston / Henri Vernet
"C'est aujourd'hui que je vous aime" de François Morel & Pascal Rabaté
"Ce que cela coûte" de Wilfred Charles Heinz
"L'enquête Hongroise, le tour du monde 1" / "Vous êtes de la famille ?" de Bernard Guetta / François Guillaume Lorrain
"La cartographie des Indes boréales" de Olivier Truc
"La guerre des scientifiques" de Jean Charles Foucrier
"Mémoire brisée" de E.O. Chirovici
"Parasite" de Sylvain Forge

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=