Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Saïan Supa Crew - Pete Philly and Perquisite
Le Bataclan  (Paris)  26 mars 2006

En seulement trois albums, le collectif Saïan Supa Crew est devenu l'un des groupes références du mouvement hip-hop français, à grand coup de matraquage publicitaire et de singles accrocheurs. Le succès de nos rappeurs français s'est même étendue en dehors de nos frontières, en témoigne cette tournée européenne de grande envergure, qui passe par l'Allemagne, la Suisse, les Pays Bas, la République Tchèque ou encore l'Espagne.

Ce week-end, les Saïan posent leurs valises au Bataclan de Paris, pour deux soirs consécutifs.

N'étant pas un grand fan du groupe, c'est sans grand empressement que je me rends au Bataclan, mais très curieux car de très bonnes choses me sont parvenues sur les performances live du Crew.

C'est dans un Bataclan bien rempli que je pénètre donc, avec un public à la moyenne d'âge relativement jeune et excité comme tout à l'idée de voir Saïan sur scène, pendant le set de la 1 ère partie (pour une fois qu'un concert commence à l'heure !), les hollandais de Pete Philly and Perquisite.

Pas forcément réputé pour sa scène hip-hop, la Hollande va devoir se mettre à l'heure mondiale, car Pete Philly et son producteur Perquisite risque fort de faire parler d'eux. Ils remplissent la demie heure qui leur est donnée, avec un hip-hop calme, jazzy, funky, soutenu par des samples discrets, mais diablement efficace.

La musique du duo sait se faire mélodique, mais aussi plus agressive, avec un phrasé rap rapide et agressif. On pense à A Tribe Quest ou De La Soul notamment pour le côté décontracté et varié de la musique. Un bon set, apprécié par le public parisien.

20h00, les lumières s'éteignent, le public exulte. Un DJ prend place derrière les platines et envoie un son, avant d'être rejoint par les cinq sautillants mc's du groupe, et c'est parti pour plus de deux heures de show.

Personnellement, les Saïan Supa Crew m'ont collé une énorme tarte ce soir. Le son est très gros, l'ambiance survoltée (j'ai rarement entendu un public crier comme ça !), et le groupe semble se faire plaisir. J'étais resté sur des a priori concernant Saïan, sur un son qui brassait plus large, tombant dans la facilité, mais c'est finalement face à une implacable machine de guerre hip-hop que je me retrouve.

Les morceaux s'enchaînent parfaitement, rappant dans tous les sens à une vitesse incroyable (à tel point que je n'arrive à comprendre quasiment aucune parole).

Ce qui fait la force des Saïan, c'est la pluralité de leur voix. Du ragga au reggae, en passant par du rap plus traditionnel, chaque mc possède son talent, formant un magma sonore compact, se répondant à la perfection. C 'est bien simple, Saïan pourrait aussi bien jouer sans fond sonore, tant leurs voix font office d'instruments. Le public n'a pas un moment de répit, écrasé sous le flow massif du groupe.

Outre le fait d'être un bon groupe de scène, Saïan sait aussi parfaitement remuer et maîtriser son public, en installant par exemple une rivalité entre les différentes parties de la salle, ou en le faisant participer avec des chorégraphies à effectuer. Jamais rassasiés de bruit, les Saïan titillent le public là où il est sensible, sur sa propension à être chaleureux et accueillant.

"Bon, sur la prochaine, faites comme d'habitude, pas trop de bruit, n'allez pas réveiller les voisins surtout". C'est avec ce genre de piques que le Saïan fait hurler le public, voulant prouver au groupe qu'il est plus chaleureux que celui du samedi. Toute la salle se prête au jeu et répond du tac-o-tac. Une ambiance de folie s'installe dans le Bataclan, et les degrés grimpent aussi vite que les décibels.

Rajoutez à cela, près de 20 minutes de human beat box démentiel par DJ Sly, un petit "Angela" pour la route (le seul morceau que je connaissais soit dit en passant), un rappel digne de ce nom, et vous obtenez un soirée énorme, de laquelle on ressort bouche bée par tant de classe et de force scénique.

Que dire de plus, si ce n'est que Saïan Supa Crew est un putain de groupe de scène, au potentiel énorme, qui n'a pas à rougir d'un quelconque groupe américain. Une belle carrière s'offre à eux. Bonne chance.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Mind state de Pete Philly and Perquisite
Articles : Pete Philly and Perquisite - 15 Singles à gagner !

En savoir plus :

Le site officiel de Saïan Supa Crew

crédits photos : Thomy Keat (plus de photos sur Taste of indie)


Romain         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 1er décembre 2019 : On prépare les cadeaux

On n'a jamais été aussi proche de Noël !! une raison comme une autre pour se faire plaisir et faire plaisir aux autres en (s')offrant quelques belles choses à découvrir dans notre sélection culturelle de la semaine. Des disques, des livres, des jeux, des expos, des films, des spectacles... à découvrir ci-dessous.

Du côté de la musique :

"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer
et toujours:
"Ravel : Miroirs, la valse" et "Stravinsky : Petrushka, The firebird" de Beatrice Rana
"Les mauvais tempéraments" de Christophe Panzani
Rencontre avec Lau Ngama, autour d'une session acoustique de 3 titres
Listen In Bed consacre sa 5ème émission au fabuleux groupe Broadcast
Rencontre avec Ultra Vomit
"Pulsions" de Duo Ypsilon
"The deepest space of now" de Enik
"Malsamaj" de Geysir
"Poussière" de Grèn Sémé
"Love and chaos" de Igor and the Hippie Land
"Dark shade" de Match

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Des territoires (...et tout sera pardonné ?)" au Théâtre de la Bastille
"Trois femmes (L'Echappée)" au Théâtre Le Lucernaire
"Le paradoxe amoureux" au Théâtre Le Lucernaire
"Evita - Le destin fou d'Eva Peron" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"War Horse" à la Scène Musicale
dans le cadre du Focus au Théâtre Ouvert :
"La plus précieuse des marchandises"
"Une Pierre"
des reprises :
"L"Atlas de l'Anthropocène" à la Maison des Métallos
"Vestiges - Fureur" au Lavoir Moderne Parisien
"Britney's Dream" au Théâtre La Flèche
"Roméo et Julierre" à la Scène parisienne
"Ma grammaire fait du vélo" au Théâtre Essaion
"Gauthier Fourcade - Le bonheur est à l'intérieur de l'extérieur" à la Manufacture des Abbesses
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Luca Giordano - Le triomphe de la peinture napolitaine" au Petit Palais

Cinéma avec :

Oldies but Goodies avec "Institut Benjamenta" de Timothy et Stephen Quay
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro
et toujours :
"Cauchemar" de Paul Cleave
"La grande aventure de l'égyptologie" de Robert Solé
"La ligne de sang" de DOA & Stéphane Douay
"Matière noire" de Ivan Zinberg
"Que les ombres passent aux aveux" de Cédric Lalaury

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=