Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Stereophonics
You gotta go there to come back  (V2)  decembre 2003

"Chaque note et chaque mot de cet album viennent du fond du cœur. Il ne faut pas oublier que la musique, ce n’est pas une question de célébrité et de gloire, mais avant tout d’émotions. Je crois que cela a en fait été notre principal objectif sur cet album." Kelly Jones, auteur-compositeur et chanteur de Stereophonics

Qui découvre les Stereophonics à travers leur nouvel album, You Gotta Go There To Come Back conclue rapidement, c’est à dire dès la deuxième chanson, qu’il s’agit d’une énième découverte style nouveau rock, avec sa pochette noir et blanc, depuis que les Strokes et les White Stripes ont renouvelé le genre aux dires de certains rock-critiques.

Que nenni ! Il faut remonter à l’année 1997, dans ces temps d’insouciance où le rock’n’roll se résume à une bataille médiatique entre Blur et Oasis, et où les autres groupes jouissent d’un relatif calme du fait du succès des musiques élecroniques type techno ou dance, pour retrouver une trace écrite du groupe gallois. A cette époque, le groupe n’a pas encore acquis une reconnaissance européenne, et s’évertue à prouver leurs qualités musicales en multipliant les concerts . Des scènes retirées dans les bars gallois (les Working men’s club), le groupe prend une ampleur élargie en assurant dans tout le Royaume-Uni les premières parties de groupes tels que les Manic Street Preachers, The Who, et en Europe avec Supergrass.

Ce sont d’ailleurs ses prestations scéniques qui permettront au groupe de décoller, plutôt que de rester enfermé dans la catégorie des groupes de première partie. Et fin 1997, le groupe prend son envol grâce à un concert à Cardiff. Signé sur le tout récent label V2 –qui depuis a fait bien du chemin-, le groupe sort son premier maxi "More life in a tramps vest" et l’album Word Gets Around. L’album raconte, sur fond de brit-pop très fine et d’une rare efficacité, les difficiles réalités de la vie d’un petit village en plein Pays de Galles. Ou comment puiser dans son vécu et ses propres émotions, les accoucher sur le papier et en faire d’excellentes chansons.

Le groupe est surpris en pleine récidive en 1999 avec Performance And Cocktails, où, même si les textes s’évadent du pays natal, les chansons conservent leur efficacité originaire. Deux albums consécutifs consacré par la critique britannique, cela suffit aux oreilles du public nombreux pour en faire le nouveau fleuron de la brit-pop alors que Oasis décline et que Blur s’efface.

L’album Juste Enough Eudcation To perform subira plusieurs travers. D’abord, sa contraction J.E.E.P. doit être abandonné suite à un litige avec Daimler-Chrystler. Ensuite le groupe, dont l’existence n’est cependant pas remise en cause, est restreint à Kelly Jones le chanteur, les autres s’étant absentés pour des raisons familiales. Enfin, la critique cesse de l’encenser et se veut plus exigeante. Pourtant le succès est au rendez-vous.

Dès lors, le groupe connaît pendant l’écriture de You Gotta Get There And Come Back une pression inédite dans son processus créatif. Il en ressort un compromis entre le pop-rock sombre des débuts et la pop enjouée du dernier opus. Mais malheureusement ce compromis n’est pas uniforme sur l’album, ce qui ne permet pas de le classer au même niveau que les deux premiers.

En effet, certaines chansons sont victimes d’une excès de zèle de Kelly Jones que l’on accuse de vouloir en faire trop. C’est la cas pour le single "Maybe Tomorrow" , qui non seulement harcèle l’auditeur sur les ondes mais en plus l’oblige à subir une insupportable chorale de 'ououou' en fond sonore. C’est dommage car le rapport entre la mélodie enjouée et la voie grave de K.J. n’est pas dénué de sens, cette voie rauque et fatiguée qui s’adresse à la mélodie pour la rassurer de sa possible sortie du trou. "Jealousy" subit la même analyse.

En revanche, la production atteint des merveilles quand elle choisit la voix de la simplicité. Ainsi, le choix du chœur sur "I’m alright (you gotta go there to come back)" est d’une rare justesse, et s’avère même indispensable tant il concentre toute l’intensité émotionnelle.

D’autres chansons se rangent dans une case bien plus classique, avec leur guitares grasses et leurs riffs bien ajustés, telle "Help Me", malheureusement trop longue (près de 7 minutes qu’aucun solo ou passage instrumental ne justifie) ; la très efficace "Madame Helga" , proche de Black Rebel Motorcycle Club s’il fallait comparer, avec une guitare exploitée dans sa totalité.

"Getaway" reprend le fil musical de l’album Just Education To Perform, mais ici les mélodies quasi naïves de "Have A Nice Day", le tube de l’album, laissent place à une certaine lourdeur et humidité des sons qui fait bien ressortir le thème de l’album, cet aléa de joie et de tristesse, d’épanouissement et d’ennui. L’harmonica qui clôture la chanson est utilisé à bonne escient.

L’album est donc plutôt ambitieux : il s’agit de prendre la relève sur une brit-pop déclinante, comme le montrent les très gallhageriens "Climbing the wall" et "You stole my money honey", et les longues balades larmoyantes qui clôturent l’album : "High as a ceiling" et "Since I told you it’s over" .

Un album qui commence par un appel à l’aide, qui doit s’arrêter à la dernière piste ("Since I tolfd you it’s over"), qui questionne l’avenir pour mieux échapper au présent ("Maybe tomorrow"), et envisage de franchir les obstacles de la solitude et de l’ennui ("Climbing the wall"), pour finalement afficher un certain optimisme : "I’m alright (you gotta go there to come back)" qui se veut prévoyant.

Un peu comme si cet album voulait insuffler juste assez d’éducation pour lutter contre les difficultés du quotidien.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Language. sex. violence. other? de Stereophonics
La chronique de l'album Pull the pill de Stereophonics
La chronique de l'album The Maccabees - Cardiknox - Ben Howard - Mini Mansions - Stereophonics - Glass Animal - Inte de Festival Rock en Seine 2015 - Samedi 29 août
La chronique de l'album Keep The Village Alive de Stereophonics
Stereophonics en concert au Festival Furia Sound 2008
Stereophonics en concert à L'Olympia (jeudi 4 février 2010)
Stereophonics en concert au Festival Rock en Seine 2010 (samedi 28 août 2010)

En savoir plus :
Le site officiel de Stereophonics
Le Soundcloud de Stereophonics
Le Facebook de Stereophonics


Xavier         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 26 janvier 2020 : Les rois des galettes

En cette fin de période de galettes à tout va, on vous parle surtout de celles en vinyles avec de la bonne musique dessus mais pas que : théâtre, littérature, cinéma, expos sont aussi au programme. C'est parti.

Du côté de la musique :

"Pesson, Abrahamsen & Strasnoy : Piano concertos" de Alexandre Tharaud
"Paris Beyrouth" de Cyril Mokaiesh
"Water is wet" de Theo Hakola
"Musique de chambre" de Le Noiseur
"Les identités remarquables" de Tristen
Interview avec No One Is Innocent à Saint Lô
Theo Lawrence et Mr Bosseigne au Fil
"La légende de Nacilia" de Nacilia
"C'est quoi ton nom ?" de Blankass
"Il est où le bonheur" 9ème émission de Listen in Bed
"Swin, A Benny Godman story" de Pierre Génisson, BBC concert Orchestra et Keith Lockhart
et toujours :
"Late night music" de Abel Orion
"Jaimalé" de Andriamad
"Everything else has gone wrong" de Bombay Bicycle Club
"Fire" de Burkingyouth
"Délie (Object de plus haute vertu d'après l'oeuvre de Maurice Scève)" de Emmanuel Tugny
"Dolci Affeti" de Ensemble Consonance & François Bazola
"Music is our mistress" de Grand Impérial Orchestra
"Vinyle, suite no 2" de Listen in Bed, émission numéro 8 à écouter
"Who are the girls ?" de Nova Twins
"When Oki meets Doki" de Okidoki

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Deux euros vingt" au Théâtre Rive Gauche
"Vive la Vie" au Théâtre Gaité-Montparnasse
"Mon Isménie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"La Paix dans le monde" à la Manufacture des Abbesses
"Un Tramway nommé Désir" au Théâtre La Scène Parisienne
"Trop de jaune" au Studio Hébertot
"Oh ! Maman" au Théâtre La Scène Parisienne
"Le fantôme d'Aziyadé" au Théâtre Le Lucernaire
"Le hasard merveilleux" au Théâtre de la Contrescarpe
"Attention les Apaches !" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Norma Djinn" au Théâtre Montmartre-Galabru
"Blond and Blond and Blond - Hømåj à la chønson française" au Café de la Danse
les reprises :
"Tanguy Pastureau" au Théâtre de la Renaissance
"Close"
"Elisabeth Buffet - Obsolescence programmée" au Théâtre du Marais
"Le comte de Monte-Cristo" au Théâtre Essaion
"L'Analphabète" à l'Artistic Théâtre
"La Diva divague" au Théâtre de Dix heures
et la chronique des autres spectacles à l'affiche

Expositions avec :

la dernière ligne droite pour "Kiki Smith à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

"Botero" de Don Millar
"Mission Yéti" de Pierre Gréco et Nancy Florence
et la chronique des films sortis en janvier

Lecture avec :

"Le ciel à bout portant" de Jorge Franco
"Le prix de la démocratie" de Julia Cagé
"Les champs de la Shoah" de Marie Moutier Bitan
"Les rues bleues" de Julien Thèves
"Trois jours d'amour et de colère" de Edward Docx
et toujours :
"De Gaulle, portrait d'un soldat en politique" de Jean Paul Cointet
"Et toujours les forêts" de Sandrine Collette
"Lake Success" de Gary Shteyngart
"Nul si découvert" de Valérian Guillaume
"Sauf que c'étaient des enfants" de Gabrielle Tuloup
"Sugar run" de Mesha Maren
"Victime 55" de James Delargy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=