Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Sébastien Tellier
Interview  avril 2006

Le stoïcien pratiquant.

La folie, l'engagement absurde et le génie. Sébastien Tellier, 31 ans, a les yeux bleus. Comme les mots de Christophe, on aimerait plonger dedans sans bouée, lui dire tout le bien qu'on pense de lui, de sa musique.

Un successeur digne de Robert Wyatt, ou Franck Zappa pour l'amour de l'absurde et de l'incongru. Tellier Wyatt et Zappa. Trois artistes à barbes et idées longues.

Rencontre irréelle avec Sébastien Tellier, un artiste au premier et vrai sens du terme.

Comment peux tu définir ce troisième album, qui en est un sans vraiment l'être, puisqu'il est uniquement composé de reprises de "L'incroyable vérité" et "Politics" ?

Sébastien Tellier : J'ai voulu faire du Sébastien Tellier version Willie Nelson, un truc sobre et simple. Quelque chose avec très peu d'instruments. Intimiste perdu dans l'espace?En fait, il y a une série policière sur TF1, Monk, un mec un peu dans la lune qui résout des enquêtes. Et dans l'un des épisodes Willie Nelson (ndlr : célèbre countrymen US) participe en guest, en faisant des sessions studios pour la radio. J 'ai adoré, à en pleurer le fait que cet homme participe à une série aussi navrante, que seules les femmes au foyer et les musiciens peuvent regarder. Je voulais faire un album qui ait le même son, sans composer de nouvelles chansons. Ce qui compte c'est l'ambiance de ce disque. Juste un truc à la Willie Nelson.

Ce n'est pas un peu risqué pour Record Makers, de sortir un OVNI comme ca, aussi génial soit-il ?

Sébastien Tellier : Oui c'est évident. Je m'en fous complètement en fait ! La musique c'est devenue une sorte de matière jetable. Et Itunes m'a permis de lancer les morceaux en exclusivité via le web, sans attendre. Je fais de plus en plus de musiques éphémères et publier dans l'instant est assez pratique.

Tu considères tes compositions comme éphémères ?

Sébastien Tellier : Non, je vais vers ça. C'est déjà le cas sur "Politics", qui est loin des chansons intemporelles d'Incroyable vérité. "Politics" je voulais que ca fasse campagne présidentielle, avec une grosse production, des violons, des coeurs. Avec le gâchis de l'argent, comme une campagne politique en fait. Que le disque meurt au fur et à mesure. Il y a cette chanson, "La tuerie", qui tue le disque, et puis "Les indiens", avec le truc de l'âme qui s'envole. Je voulais que ça dégueule de partout, car j'ai toujours fait le concept avant de créer la musique, passée à la moulinette. Comme l'image que je donne toujours d'un hamburger trop grand pour la bouche. Et "Sessions c'est un délire, enregistré en studio, je voulais jouer mon Willie Nelson, intimiste quoi! Comme si j'avais fait un tableau où un mec nagerait à côté d'un énorme bateau, se disant que l'univers est trop grand?

Pour t'avoir vu au New Morning en 2004, je pense pouvoir dire que tes concerts sont assez extravagants, limite frustrants. Je me rappelle de vous reprenant les "tubes" d'Elsa, vous roulant par terre, et puis jouer "la Ritournelle" au piano dans la foulée?Y a-t-il une volonté d'autodestruction dans ta création ?

Sébastien Tellier :Disons que "la Ritournelle", c'est une grande chanson d'amour, le seul moment où je déconne pas. Aucun concert ne se ressemble, certaines fois sans musique comme en Belgique ou au Triptyque. Comme les comiques qui sont souvent des artistes un peu ratés, et moi en tant que musicien, j'aurai adoré être comique, le grand n'importe quoi et le non-sens. Comme un cheval qui a pissé sur Scène au MAC VAL de Créteil. Avec cependant toujours un message derrière. Tous les mecs que je déteste. Les mecs qui conduisent à 250km sur l'autoroute, ceux qui frappent leur femme. J'aime bien être entouré de gens qui n'ont aucune culture générale, enfin les gens intelligents qui ne s'intéressent à rien?

D'où mon projet de film avec Eric et Ramzy, l'histoire d'un jeune qui veut faire partie d'une bande de potes mais qui n'y arrive pas. Un film sans fond, une mise en abîme permanente, une véritable comédie sans aucun sujet. C'est un peu le sujet de "Politics", comme le reflet de cette génération qui s'engage sans savoir pourquoi. Je n'aime pas les choses faites sans background culturel. Et le coté star à paillettes me semble révolu, ca marche encore dans le rock... C'est pour ça que je trouve ça moderne de s'auto-saccager.

Tu adores te définir comme un artiste fainéant ? Un mythe  ?

Sébastien Tellier : Dans le show business il ne faut pas donner l'impression de trop travailler. Et J'ai envie d'un vrai troisième album maintenant, un album sexuel. J'aime ça de plus en plus. Un truc à mi-chemin entre Gainsbourg et Verdi, où chaque mot et chaque note aurait son importance. Tout sera basé sur la beauté, archi-deep. Et dans la foulée j'enchaîne avec un album d'instrumental, archi-planant, dans le style "Atom Heart Mother" du Floyd. Donner des idées sans paroles.

Et le farniente... Je suis fan de Playstation, tous les GTA, les jeux de golfs. Un jeu de pêche aussi. Ca m'aide à me concentrer. J'aime la violence gratuite des jeux vidéos. Mon rêve ce serait d'avoir une Lamborghini avec des flammes roses...Le genre de choses pas du tout apprécié en France. La j'ai envie de me lancer dans la musique de films intellectuels. J'imagine mon futur musical en faisant de la musique de villes nouvelles style Cergy Pontoise, à la Rohmer. C'est fascinant.

Tu te sens parisien au bout du compte ?

Sébastien Tellier : Ah mais alors pas du tout ! J'ai le plus grand mal à sortir à Paris. J'ai toujours peur de rencontrer quelqu'un que je connais ici. J'aime pas ça. Et puis pas assez de bonnes oreilles en France. L'incroyable vérité s'est bien venu aux US, "Politics" s'est classé dans le Top 60 UK. J'irai aux USA le jour ou j'aurai assez de succès aux US pour y vivre. J'ai vu un jour un reportage sur un mec qui faisait la musique de "The Crew", une sorte de films de vidéoclub. Et le mec était en chaussette chez lui, avec des lions qui crachaient de l'eau, une hacienda avec vue sur les Highways. Je me suis dit "Putain pas mal cette vie là !", à faire de la musique de film en chaussette. Si on m'offre ça, là je pense que j'irai.

Déjà pour "Lost in translation", Sofia avait repris une de mes musiques, et tout ce monde, Hollywood, Nicolas Cage, qui est un de ses amis, ces gens me rapprochent encore plus des USA car je serai bien accueilli. Et puis y a les Daft Punk qui finissent leur film, "Electroma" où ils ne reprennent que des chansons d'avant 1975, et la seule qui date d'après à avoir été choisie, c'est l'une des miennes, "Universe". Ca c'est magnifique, ça me fait super plaisir. Tout le monde sait que les Daft c'est ceux qui savent parfaitement choisir, avec une vraie crédibilité. Je suis très fier de leur choix. Et je me la raconte un peu avec ça, mais moi je trouve ça bien, de temps en temps, de planer. La vie d'un musicien, c'est souvent des hauts et des bas, et si il n'y a pas ces moments de magie, des moments super forts, ça ne sert à rien.

Nous faisons tous partie de la même équipe, les Phoenix, Air, Daft. Je ne m'associe pas à la French Touch , je les ai côtoyé de loin au départ et ils sont devenus des amis. Phoenix dont j'adore l'album, j'ai fait un remix de leur premier single, "Long distant call". Un remix formidable tu t'en doutes (rires), même les gens qui partent en camping en caravane pourraient l'écouter. Un truc très français, une ambiance de klaxons pendant l'été, très tour de France, ça marche grave !

C'est ton coté Kraftwerk ?

Sébastien Tellier : (Rires) Sûrement ouais ! Mais là je suis dans un trip musique de films intellectuels ! J'adore Blier, Rohmer, Bunuel, et j'aimerais bien trouver ces mecs, faire des choses avec eux, qui bossent dans le cinéma de manière animale. Comme Dupontel par exemple, dont je me languis de voir le dernier film. Ou Christophe par exemple, que j'ai rencontré récemment, nous sommes devenus potes à la surprise de tout le monde. J'aime les ambiances malsaines où tout est propre, les univers barrés à la Spike Jonze. Je suis arrivé à LA au moment où tous ces mecs perçaient, avec plein de moyens, des idées, et c'était fascinant !

L'album que j'écoute le plus en ce moment, je t'avoue que c'est celui des Daft, le deuxième, sur lequel je bloque. Ou Rob avec son premier album ("Don't kill"), qui a sorti son deuxième album chez Source, "Satyred love", album super arrangé avec des violons sublimes. Un artiste français qui a un talent énorme. Personne n'a voulu l'écouter et c'est bien dommage. Il assure les claviers de Phoenix maintenant. C'est vraiment de l'art contemporain, des mélodies vraiment belles, de beaux accords, dans un trip biologie / Motos de sport, tu vois le genre (Rires). Un barbu tout maigre, un ami. Souvent on compare mon truc à Gonzales, pour le piano, je suis pas sûr de la comparaison. Dès que je trouve des notes qui ressemblent à des choses existantes, j'arrête tout, ça m'intéresse pas.. Dès que j'entend que c'est fait exprès.

J'aimerais bien arriver à un succès populaire énorme, mais par l'art pur, le chemin le plus difficile. Avec des concessions, des passages TV, tout n'importe quoi, Cauet, toutes ces émissions. Mais la musique doit rester pure. Ma vie s'écroulera si je fais de la musique commerciale, toute mon identité est basée là dessus, ma sincérité. Et c'est souvent ce qu'on dit de ma musique, que je fais de la musique de vrai mec.

 

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Politics de Sébastien Tellier
La chronique de l'album Sessions de Sébastien Tellier
La chronique de l'album Sexuality de Sébastien Tellier
La chronique de l'album My God Is Blue de Sébastien Tellier
La chronique de l'album Confection de Sébastien Tellier
La chronique de l'album L’Aventura de Sébastien Tellier
Sébastien Tellier en concert au Festival Les Nuits Secrètes 2008
Sébastien Tellier en concert au Festival Beauregard #4 (édition 2012) - Samedi
Sébastien Tellier en concert à Pitchfork Music Festival Paris #2 (édition 2012)
Sébastien Tellier en concert à Pitchfork Music Festival #2 (édition 2012) - jeudi 1er novembre

En savoir plus :

Le site officiel de Sébastien Tellier

Crédits photos : Thomy Keat


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=