Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Un incident
Théâtre de la Reine Blanche  (Paris)  novembre 2022

Comédie dramatique écrite et mise en scène par Vincent Farasse avec Redjep Mitrovitsa et Eve Gollac.

Pour faire du bon théâtre, il ne faut pas grand-chose : un bon texte, une chaise, une porte pour que les deux acteurs, excellents, entrent et sortent, un éclairage qui les mettent en valeur sans leur faire perdre la belle banalité qu'ils incarnent et un journal, prétexte à amorcer la première scène.

C'est ce qu'on va pouvoir constater dans une heure qui s'écoule trop vite dans un spectacle intitulé "Un incident", écrit et mis en scène par Vincent Farasse.

"Un incident", c'est d'abord un monologue de Redjep Mitrovitsa, celui d'un homme qui n'a pas compris, a compris de travers ou a compris totalement à l'envers, ce qu'il aurait fallu qu'il comprenne pour rester à sa place. Il n'est pourtant pas n'importe qui dans cette entreprise.

Cela fait 31 ans qu'il y travaille et il l'a vu croître et embellir, se développer au point qu'elle emploie désormais des milliers de personnes. L'homme est admiratif. Il sait très bien en parler, admire ses dirigeants, ceux qui l'ont remarqué et, au bout de vingt-cinq ans, l'ont fait passer de la maintenance au service commercial, alors qu'il juge lui-même qu'il n'en avait pas les compétences.

Dans son discours, il s'appuie toujours sur les mêmes mots : cette hiérarchie qui sait choisir les bonnes personnes, celles qui lui ont permis de devenir une très grande entreprise.

Alors qu'il ignore ce qu'il fait, et pourquoi tout à coup il ne le fera plus, l'homme reste persuadé que son sort est scellé grâce à un grand chef et un responsable des ressources humaines qui sait ce qui est bon pour l'entreprise.

De sa voix claire, jamais hésitante, posant chaque mot comme son personnage se doit de le poser, Redjep Mitrovitsa est un acteur d'une précision absolue. Si on écoute ce qu'il dit, on pourrait le trouver idiot de croire ce qu'on lui a laissé croire. Mais, en écoutant la manière dont il le dit, tout est beaucoup plus ambigu. On risque, un moment, de croire que c'est lui qui a raison, qu'il ne se trompe jamais tellement il a réfléchi à sa situation.

A peine échappé de scène, on a l'impression que tout ce qu'il prétendait dire, s'est évanoui avec lui. Quand survient, pour le remplacer, Eve Gollac, la nouvelle présence chasse l'ancienne, son discours se substitue au précédent.

Dans ce monde du travail où les gens comme elle donnent le ton, celui du dit "épanouissement personnel", les personnages comme celui de Redjev Mitrovitsa n'ont plus voie (ou voix) au chapitre. Son fanatisme "joyeux" éteint la parole de celui qui travaille vraiment, de celui qui est perdu et qui dit "la" vérité mais une vérité si paradoxale qu'elle peut paraître aberrante.

Ici, Vincent Farasse donne à entendre deux instantanés de discours. Il ne dit pas qui a tort et qui a raison, même si on le devine intuitivement. Il laisse s'étaler des paroles que la machine économique avale. Elle feint d'écouter tous et chacun.

Mais il suffit d'un "incident", un élément indépendant de la volonté de celui qui l'exprime (ici, une possible tâche de sang) pour que l'homme seul, l'homme lambda, disparaisse, que la lumière s'éteigne et, ironie suprême, en ayant laissé la parole ultime à quelqu'un qui n'avait d'autre légitimité que de parler mieux que lui.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 27 novembre 2022 : Fraîcheur de vivre

Le froid pointe le bout de son nez, les guirlandes sont de sortie (mais couper votre box internet surtout hein...) mais il reste la culture pour se réchauffer et se réconforter. C'est parti pour le programme de la semaine.

Du côté de la musique :
"Alpha zulu" de Phoenix
"Born in chaos" de Absurd Heroes
"Le monde d'après" de ALT (Alix Logiaco Trio)
"Le ciel est partout" de Blaubird
"Gainsbourg" de Brussels Jazz Orchestra & Camille Bertault
"Se taire et écouter" de Daniel Jea
"Constellation" de David Bressat
"The cage and the crown : chapter 1" de Headkeyz
"Promenade oblique" l'émission à écouter signée Listen In Bed
"Deep marks" de Mind Affect
"Chant contre champ" de Naudin
"Karma police" de Théo Cormier
et toujours :
"Awoken songs" de Pas de Printemps pour Marnie
"Léon" de Ottis Coeur
"Bach : The Six Cello Suites" de Michiaki Ueno
"Original Soundtracks" la nouvelle émission à écouter de Listen In Bed
"Scriabine - Rimsky Korsakov" de Jean Philippe Collard
"Tiempo" de Irina Gonzalez
"Mass" de Gliz
"Elisabeth Jacquet de La Guerre : Judith & Sémélé" de  Ensemble Amarillis, Héloïse Gaillard & Maïlys de Villoutreys
"Sheng : Oeuvres pour choeur et orgue de Grégoire Rolland" de Choeur de Chambre Dulci Jubilo, Christopher Gibert & Thomas Ospital
"Trompe la mort" de Bazar Bellamy
"Tokoto" de Bancal Chéri
"Duo Solo" de Astig Siranossian

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Prenez garde à son petit couteau" au Monfort Théâtre
"Deux amis" au Théâtre du Rond-Point
"Ruy Blas" au Théâtre des Béliers Parisiens
"Playlist Politique" au Théâtre de la Bastille
"Nuit" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Depois do silêncio (Après le silence)" au Centquatre
"Sfumato, l'art d'effacer les contours" au Théâtre Dunois
"Je me souviens le ciel est loin la terre aussi" au Monfort Théâtre
"Histoire(s) de baiser(s)" au Lavoir Moderne Parisien
"Avril Enchanté" au Théâtre Le Guichet-Montparnasse
"La Cérémonie" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Perte" à La Piccola Scala
les reprises :
"Cirque Le Roux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Le 13ème Art
"La nuit juste avant les forêts" au Théâtre de la Boutonnière
et les autres spectacles à l'affiche

Expositions :

"Ossip Zadkine - Une vie d'ateliers" au Musée Zadkine
et les autres expositions à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"La Disparition des lucioles" de Sébastien Pilote
"La Grande noirceur" de Maxime Giroux
"Ema" de Pablo Larraín
"Home" de Franka Potente
"Un père" de Marine Colomiès
"Dark waters de Todd Haynes
"Backroom - Drogue mortelle" de Rosa von Praunheim
en salle un film restauré :
"Un petit cas de conscience" de Marie-Claude Treilhou

Lecture avec :

"L'histoire de l'hiver qui ne voulait jamais finir" de Shane Jones
"Black Bird" de James Keene & Hillel Levin
et toujours une sélection spéciale Histoire :
"Le livre noir de vladimir poutine" de Galia Ackerman et Stéphane Courtois
"l'armée française, 2 siècles d'engagement" de Jean Lopez
"Espions en révolution" de Joël Richard Paul

"La guerre du désert" de Benoit Rondeau
"Russie, révolution et guerre civile (1917-1921) de Antony Beevor
"Le noir et le brun" de Jean Christophe Buisson
"Images de France" de Léonard Dauphant
"Hitler et Churchill" de Andrew Roberts

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=