Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Exil intérieur
Théâtre de la Reine Blanche  (Paris)  novembre 2022

Comédie dramatique d'Elisabeth Bouchaud, mis en scène de Marie Steen, avec Elisabeth Bouchaud, Benoit Di Marco et Imer Kutllovci.

Il est temps de rappeler le rôle des femmes dans tous les domaines et de le réévaluer quand il a été trop injustement sous-estimé.

L'opération est déjà bien entamée dans certains secteurs comme la peinture ou plus récemment dans le cinéma, où l'on s'aperçoit que dans le Hollywood des premières années, les femmes réalisatrices étaient nombreuses, et que l'une d'entre elles, Loïs Weber, en 1915, était considérée comme l'égale de D.W. Griffith et de Cecil B. De Mille.

Elisabeth Bouchaud a décidé de s'emparer du sujet dans le domaine des sciences. Chaque mois ou presque, elle va mettre en avant l'histoire d'une scientifique victime du machisme de ses collègues masculins ou de l'omerta qu'ils ont pratiqué pour cacher le rôle éminent de certaines de leurs consœurs dans des avancées majeures dans les sciences modernes.

Le premier épisode de cette série nécessaire, "Flammes de science", est consacrée à Lise Meitner, une physicienne qui a joué un rôle majeur dans la découverte de la fission nucléaire.

Née ne 1878, à Vienne, en Autriche, morte en 1968, à Cambridge, elle a traversé tout le siècle passé à travailler sur la question de la radioactivité, sur celle de la fission nucléaire. Associée à Otto Hahn, elle laissa celui-ci se mettre en avant dans leurs recherches communes parce qu'elle était d'origine juive. Il en profitera en recevant, seul, le prix Nobel de chimie en 1944.

Telle qu'Elisabeth Bouchaud la présente dans "Exil intérieur", cette scientifique d'exception se révéla aussi une femme d'exception, avec une conscience morale qui manqua prodigieusement à ses collègues et amis. Les uns, en restant en Allemagne sous le nazisme, se réfugièrent derrière une "certaine résistance passive" alors qu'objectivement ils participaient à leurs corps défendant à faire avancer une science dévoyée par un régime criminel.

Les autres, en partant rejoindre les anglo-saxons, se mirent au service du projet Manhattan pour élaborer la bombe atomique. Pour Lise Meitner, il était inconcevable que ses découvertes servent à un usage militaire, et, toute sa vie, pour cela, elle refusa qu'on la considère comme "la mère juive de la bombe atomique".

Dans sa pièce, Elisabeth Bouchaud trace un portrait d'une femme en perpétuelle colère, toujours outrée par la petitesse de certains grands esprits pour qui obtenir un titre ou un prix fait passer tous les accommodements avec la morale ou la vérité.

Contant chronologiquement la vie de Lise Meitner, Elisabeth Bouchaud l'incarne dans tous ses combats. On la sent à fleur de peau quand elle voit des amis d'autrefois comme Otto Hahn, qu'elle a la grandeur d'âme de ne pas renier, qui s'approprient ses recherches et surtout qui tiennent un discours relativisant le nazisme malgré la connaissance de ses crimes.

"Exil intérieur" n'est pas qu'un portrait didactique d'une femme de science, c'est une réflexion sur ce qu'être une scientifique veut dire. Dans ses conversations contradictoires avec Otto Hahn (Benoît Di Marco) ou celles avec son neveu Otto Frisch (Imer Kuttlovel), elle se révèle une authentique humaniste. Il faut souligner ses beaux propos sur le pardon, les méditer et surtout les retenir

Grâce à la mise en scène de Marie Steen, qui insuffle de la vie aux paroles de Lise Meitner portées avec beaucoup de force et d'émotion par Elisabeth Bouchaud, ce premier épisode de "Flammes de science" augure bien d'une série qui, n'en déplaise à certains, s'avère un exercice de salubrité publique.

Rendre justice à ces femmes oubliées ou lésées, c'est débarrasser la science de ses vices qui l'ont conduite à justifier bien des catastrophes au cours de son histoire.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 juillet 2024 : La grande parade

C'est l'heure de la grande parade et du tintouin pour faire semblant que tout va bien depuis 1789. Mais le feu d'artifice culturel, c'est sur Froggy's Delight que ça se passe et plus précisément à Avignon ! Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"Postindustrial Hometown Blues" de Big Special
"That golden time" de Villagers
"La maladresse" de Leila Huissoud
quelques découvertes avec The Silver Lines, Inwoods, Djinn, Coeur Joie, Pop Crimes et ODA
et toujours :
"Les chants de l'aurore" de Alcest
quelques clips à découvrir : Dropdead Chaos, MATW, For the Hackers, Elias Dris, CXK
Festival Chauffer la Noirceur #32, nous y fumes avec Gogol Bordello, Glauque, Mike Love et quelques autres
"Shame" de Venice Bliss
"Locust land" de Bill MacKay
"Flash-back" de de Laurène Heistroffer Durantel
"Hommage à Nadia Boulanger" de Lola Descours
"All things shining" de Oh Hiroshima
"Deutche theatre Berlin trilogy" de PC Nackt et Nico van Wersch
"Le seum" de Resto Basket
"Times" de Seppuku
des festivals à venir : U Rock Party #3, Cooksound #13, La Guinguette Sonore #7
quelques clips : BEBLY - Lofofora - Chien Méchant - Wendy Pot - Cloud House - JMF Band
on termine la saison du Morceau Caché par "Émission 33 - Alt-J, The Dream, analyse par Alt-J"

Au théâtre :

Spéciale Avignon :
"J'aimerais arrêtée" au Théâtre Luna / Quartier Luna
"Les enfants du diable" au Théâtre L'Oriflamme
"Momentos" au Théâtre Girasole
"Venise, récit chanté d'un corps" au Théâtre le 11
"L'arbre de Mia" au Grenier à Sel
"Au creux de mon silence" au Théâtre 3S
"Des chèvres en Corrèze" au Théâtre Episcène
"Inavouable" de Théâtre La Manufacture
"Vive" au Théâtre du Train Bleu
"Brisby (blasphème !)" au Théâtre du Train Bleu
"L'art de ne pas dire" au Théâtre La Factory, salle Tomasi
"Constellation Bobin Leprest" au Théâtre Le Verbe Fou
"Femme non rééducable" au Théâtre du Balcon
"Métanoïa, le présage du papillon" au Théâtre La Factory, Chapelle des Antonins
"Normal" à La Scala Provence
"Le poids des fourmis" au Théâtre La Manufacture
"Les enchanteurs" au Théâtre des Gémeaux
"Cyborg Experiments #1" au Théâtre La Factory
"Cet amour qui manque à tout amour" au Théâtre Chapau Rouge
"Rêveries" au Présence Pasteur, salle Jacques Fornier
"160 000 enfants" au Théâtre des Lilas
"Anne Chrsitine et Philippe" au Tiers lieu La Respelid'/Carmel
"Blanc de blanc" au Théâtre Transversal
"Classement sans suite" au Théâtre La Luna
et également toutes les chroniques par théâtre :
Le récapitulatif des tous les spectacles d'Avignon chroniqués chez Froggy

Cinéma avec :

"Aventurera" de Alberto Gout
"Karmapolice" de Julien Paolini

"Saravah" de Pierre Barouh
"La récréation de juillet" de Pablo Cotten et Joseph Rozé

"El profesor" de Marie Alché & Benjamin Naishtat

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Expos avec "Résistance" de l'artiste Ukrainien Pinhas Fishel, Pavillon Davioud

Lecture avec :

Nos polars de l'été :
"7m2" de Jussi Adler Olsen
"La meute" de Olivier Bal
"Les effacées" de Bernard Minier
"Norferville" de Franck Thilliez
et toujours :
"Délivrées" de Delilah S. Dawson
"Un autre eden" de James Lee Burke
"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=