Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Terrifier 2
Damien Leone  (janvier 2023) 

Réalisé par Damien Leone. Etats Unis. Horreur/Gore. 2h12 (Sortie 11 janvier 2023). Avec David Howard Thornton, Lauren LaVera, Elliott Fullam, Sarah Voigt et Amelie McLain.

Après avoir exploré tout ce que le corps humain peut subir d'opérations chirurgicales "terrifiantes", dans "De Humani corporis fabrica", où les virtuoses Verena Paravel et Lucien Castaing-Taylor sont à la caméra, voir "Terrifier 2" de Damien Leone paraît une partie de plaisir

Pourtant, selon une rumeur certainement purement publicitaire, les spectateurs américains ont vomi en masse avant de s'évanouir en nombre en suivant les turpitudes commises joyeusement par Art le clown, portant sur l'épaule un sac plastique bourré d'instruments de tortures et de bas morceaux de ses victimes.

Ce deuxième épisode de ce qui risque d'en comprendre beaucoup se déroule évidemment toujours aux alentours d'Halloween et les cadavres vont s'accumuler autour de la jeune héroïne, Sienna, dont le père s'est suicidé et dont elle a retrouvé un carnet de dessins représentant les supplices infligés lors du précédent Halloween par le méchant clown.

Elle y puisera l'inspiration pour se mouler dans un costume pour Halloween tenant de Barbarella et de Wonder Woman, avec en bonus une paire d'ailes blanches d'ange de la mort... Traumatisée par le décès de son père, dont les liens avec Art le clown demandent à être éclairés, elle s'apprête à vivre 2 heures 12 assez éprouvantes...

2h12 ! Damien Leone a gros appétit puisque, en général, les films de cette catégorie gore dépassent rarement les 90 minutes. Avec ce deuxième volet, le réalisateur anglais passe ainsi à la vitesse supérieure et est, cette fois, à la tête d'une vraie production américaine.

Son credo n'est pas l'originalité à tout prix. Au contraire, c'est dans la fidélité aux classiques qu'il puise de quoi nourrir son cinéma. Il étonne aussi en ne pratiquant pas à tout bout de champ ce second degré que ses concurrents aiment souligner pour montrer qu'ils ont de l'humour, maîtrisent un cinéma qu'ils ne feront pas toute leur vie (croient-ils, alors que souvent ils n'en sortiront pas).

Damien Leone, lui, se moque complètement de la question. Son ambition serait plutôt de devenir le réalisateur incontournable du genre. Il ne se lasse pas de répéter des scènes souvent semblables où les meurtres s'accumulent. Il peut les refilmer plusieurs fois : il sera à chaque fois aussi méticuleux, systématique dans le déroulement des crimes.

Art le clown aime dépecer ses victimes, les massacrer par petites touches afin que l'horreur dure et qu'ils ne meurent pas immédiatement. Il aura un goût prononcé pour leurs entrailles qu'il extrait consciencieusement des corps meurtris, pouvant au passage en ponctionner quelque organe pour sa consommation personnelle.

Avec son faux sourire, Art n'a aucune pitié et adore laisser à la contemplation d'une de ses prochaines victimes la précédente sous forme de bouillie rougeoyante... et souvent délestée de sa tête qui peut finir dans son sac plastique à malice qui paraît, comme sa cruauté, sans fond...

Est-ce qu'on peut affirmer après cette description, que "Terrifier 2" de Damien Leone fait vraiment peur ? Franchement, cela dépendra si l'on est ou pas consommateur régulier de ce genre de films. On est quand même très près du Grand Guignol, certes pratiqué avec beaucoup de soin et de conscience du travail bien fait.

Non, ce qui fait le plus peur, c'est un monde où des millions de spectateurs peuvent avoir envie de voir ce clown sinistre accomplir ses jeux sadiques. Damien Leone ajoute quelque chose qu'il n'y avait pas jusqu'à présent dans ce cinéma : son héroïne est parfois sous ecstasy, toujours sous médicaments.

Comme elle se sort très bien de cette épisode, avec seulement de belles griffes sur la peau, à l'instar des victimes des lames effilées dans le Gialo transalpin, elle risque de revenir quand, inévitablement, Art le clown ressuscitera sous une forme ou une autre. Ici, sa fille adorée pourrait très bien prendre la relève contre la belle Sienna et son petit frère Jonathan.

On attend la suite car "Terrifier 2" de Damien Leone se suit sans ennui et l'on préfère voir couler sur les écrans où il est diffusé des tonnes d'hémoglobine que de les voir en vrai au coin d'une rue bien réelle

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 février 2024 : Quoi de neuf cette semaine ?

De la musque, du théâtre, de la littérature, de la bonne humeur et du replay au programme cette semaine sur Froggy's Delight que ce soit ici, sur Twitch ou sur Youtube. Comme disent les jeunes, suivez-nous et mettez des pouces bleus ! .

Du côté de la musique:

"Session de rattrapage 3", nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
quoi de neuf du côté de Caesaria, Archi Deep, Chester Remington, Dirty Fonzy
"She Reaches Out to She" de Chelsea Wolfe
"Victoire de la musique" de Cotonete
"Back to the wall" de Grand March
"Please, wait" de Maxwell Farrington & Le SuperHomard
"La reine du secourisme" de Nicolas Jules
"On the spot" de Philippe Soirat
"#puzzled" de Pierre-François Blanchard
"Goodbye black dog" de PURRS
"Print, Secrets for you" de Sylvain Cathala
"Witchorious" de Witchorious
et toujours :
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest

Au théâtre

les nouveautés :

"A qui elle s'abandonne" au Théâtre La Flèche
"Les quatres soeurs March" au Théâtre du Ranelagh
"Mémoire(s)" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"N'importe où hors du monde" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Quand je serai un homme" au Théâtre Essaïon
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" à La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec :

 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"La vie précieuse" de Yrsa Daley-Ward
"Le bureau des prémonitions" de Sam Knight
"Histoire politique de l'antisémitsme en France" Sous la direction d'Alexandre Bande, Pierre-Jerome Biscarat et Rudy Reichstadt
"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=