Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Morrissey
Ringleader of the tormentors  (Sanctuary / PIAS)  avril 2006

Il vit maintenant en Italie. Il chante l'Italie. Il cite l'Italie. Il a même travaillé avec Ennio Morricone et s'est fait produire par un certain Toni Visconti (producteur légendaire de T Rex à Bowie pour ne citer que les plus anciens). Beaucoup de Sud donc dans ce nouveau disque du plus anglais de nos idoles.

Morrissey revient donc à nouveau avec un album, à peine 2 ans après You are the Quarry qui avait signé un retour fracassant suite à une trop longue absence.

Ringleader of the tormentors a donc été composé à Rome, nouvelle terre d'asile de Morrissey, et sent bon le Sud d'ailleurs, à plus d'un titre.

Bien sûr tout d'abord parce que Morrissey a fait appel à quelques gloires locales bien connues, comme Ennio Morricone sur "Dead god please help me". On trouve aussi sur ce disque quelques cuivres et cordes qui sans rendre l'album fleur bleue, l'allège quand même agréablement de son côté rockabilly devenu de plus en plus insupportable au fil du temps.

Ici les guitares portent les mélodies sans les plomber même si elles reviennent encore en force çà et là elle sont canalisées par une productions impeccables dont l'exemple parfait est "I just want to see the boy happy".

Moins lourd et moins pessimiste aussi car après nous avoir baladé dans de bien sombres tunnels, il semble aujourd'hui que Morrissey se sente pousser des ailes.

Est-ce que cela est dû au soleil italien ou à une maturité et une prise de confiance en soit, nul ne le sait mais le Moz se lâche enfin, libère ses démons, se confie à mots à peine cachés dans une sincérité sans artifices que l'on ne lui connaissait guère.

Ce qui n'a pas changé chez lui, c'est sa voix bien évidemment, toujours aussi belle (ou agaçante selon le point de vue) même s'il en joue parfois un peu trop comme sur ce "You have killed me" un peu grandiloquent.

De voix il est aussi question sur "The younguest was the most loved" sur lequel on trouve des chœurs dignes des Petits Chanteurs à la croix de bois. Amusant mais le morceau manque de puissance sur la longueur. Plus discrets et plus agréablement utilisés, on retrouve les charmants bambins sur "The father who must be killed".

Malgré l'optimisme ambiant, on retrouve le côté mélancolique de Morrissey sur un très doux et très beau "I'll never be anybody's hero now" sur lequel la voix s'en donne à cœur joie et rappelle la belle époque des Smiths … ou presque.

"At last I am born" clôt de fort belle façon Ringleader of the tormentors. Un nouveau Morrissey est donc enfin né. Celui qui s'assume et s'ouvre au monde (sans jeu de mots).

Espérons seulement que cette révélation ne soit pas suivie d'un tarissement de sa source d'inspiration. Que deviendrions nous si tout allait bien pour Morrissey ??

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album You are the Quarry de Morrissey
La chronique de l'album Live at Earls Court - Who put the M in Manchester ? de Morrissey
Morrissey parmi une sélection de singles (juin 2006)
La chronique de l'album Tomorrow will be beautiful de Flo Morrissey
Morrissey en concert à La mutualité (28 octobre 2002)
Morrissey en concert au Festival Les Eurockéennes 2006 (samedi)
Morrissey en concert au Festival International de Benicassim 2006 (samedi)
Morrissey en concert au Festival International Benicàssim 2008
Morrissey en concert au Festival International Benicàssim 2008 - 2ème
Morrissey en concert au Zénith (vendredi 13 novembre 2009)
Morrissey en concert au Grand Rex (27 octobre 2014)

En savoir plus :

Le site officiel de Morrissey


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 23 février 2020 : Eclectisme n'est pas un gros mot

Classique, pop, rock, découvertes, artistes confirmés, comédies, drames, art moderne ou plus classique, romans et livres historiques, tout se cotoient encore dans cette nouvelle et riche édition de Froggy's Delight. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Contemporary" de Adélaide Ferrière
"Un moment musical chez les Schumann" de Cyrielle Golin & Antoine Mourias
Rencontre avec Cyril Adda, autour de on album "L'îlot" et de sa session live de 5 titres
"Beethoven : intégrale des sonates pour piano" de Fazil Say
"Happy mood !" de François Ripoche
"L'appel de la forêt" de Julien Gasc
"Satchidananda", nouveau et 11eme mix de Listen in Bed
"Song for" de Noé Huchard
"Amours, toujours !" de Smoking Joséphine
"Rêve d'un jour" de The Chocolatines
"The Bear and other stories" de The Fantasy Orchestra
"Saint Cloud" de Waxahatchee"
et toujours :
"Monolithe" de Octave Noire
"Origenes" de Sotomayor
"Perdida" de Stone Temples Pilots
"Endless voyage" de Sunflowers
"Brothers in ideals" de The Inspector Clouzo
"Come on in" de Thorbjorn Risager & The Black Tornado
"Bury the moon" de Asgeir
"The wall single" de Fontiac
"M. I. A." la 10ème émission de Listen in Bed à écouter en ligne
"Cailloux & météores" de Mira Cétii
"Ghosts" de Mokado
Frustration & The Jackson pollock au Fil de Saint Etienne

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Transmission" au Théâtre Hébertot
"Play Loud" au Théâtre La Flèche
"Satsang !" au Théâtre La Croisée des Chemins-Belleville
"Labiche Repetita" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Le Tour du théâtre en 80 minutes" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Dieu est mort. Et moi non plus j'me sens pas trop bien !" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Palais des Glaces
"Cabaret décadent - Revue Electrique n°25" au Cirque Electrique
"Les Amants de Varsovie" au Théâtre du Gymnase
les reprises :
"Dementia Praecox" au Théâtre Elizabeth Czerzuk
"Ruy Blas" au Théâtre Gérard Philippe de Saint-Denis
"Dieu, Brando et moi" au Studio Hébertot
et la chronique des spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Coeurs" au Musée de la Vie romantique
et la dernière ligne droite pour :
"Hans Hartung - La fabrique du geste" au Musée d'Art moderne de la Ville de Paris

Cinéma avec :

"Le Cas Richard Jewell" de Clint Eatswood
"L'Etat sauvage" de David Perrault
et la chronique des films sortis en février

Lecture avec :

"Ada & Rosie" de Dorothée de Monfreid
"De rien ni de personne" de Dario Levantino
"La mémoire tyranique" de Horacio Castellanos Moya
"Santa muerte" de Ganino Iglesias
"Tout pour la patrie" de Martin Caparros
"Bon Rundstedt, le maréchal oublié" de Laurent Schang
et toujours :
"Apaiser hitler" de Tim Bouverie
"L'odysée du plastique" de Eric Loizeau
"La résurrection de Joan Ashby" de Cherise Wolas
"Les lumières de Niteroi" de Marcello Quintanilha
"Préférer l'hiver" de Aurélie Jeannin
"Ted" de Pierre Rehov et "Grand froid" de Cyril Carrère
"Undercover" de Amaryllis Fox

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=