Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Je pars sans moi
Théâtre de la Colline  (Paris)  janvier 2023

Spectacle écrit et interprété par Johanna Korthals Altes et Isabelle Lafon dans une mise en scène d'Isabelle Lafon.

"Je pars sans moi, tu n'as qu'à m'attendre là-bas", c'est une phrase extraite du "livre de Yanis" de Yanis Benhissen.

Il a huit ans et c'est Patrick Laupin qui a collecté ses mots, qui vont servir à Isabelle Lafon et Johanna Korthals Altes pour aller explorer les confins de la folie, du "désarroi mental" si l'on veut se débarrasser d'un terme qui fait peur, qui est aussi péjoratif que peu performant pour justement s'aventurer hors du pays où l'on se croit normal.

Quand la lumière s'efface dans la salle, une petite lueur reste allumée, là où les deux aventurières sont blotties. Elles ne vont monter sur scène qu'après s'y être encouragées. La scène est quasi vide. Sauf côté cour, où il y a une porte. Une porte blanche évidente dans sa solitude. Mais son heure n'est pas encore arrivée. Pas question, pour ce début qu'on révèle son secret. Le secret qu'il y a forcément derrière une porte.


C'est encore trop tôt, donc. Les deux femmes préfèrent parler. Elles vont parler, se parler, porter des paroles, la leur et celles des malades, des soignants, des psychiatres et des philosophes. Une exposera plutôt des mots du 19ème siècle, des mots qui se réfèrent au grand moment de la parole asilaire, compilée par Gaëtan de Clérambault auprès des hystériques de Saint Anne. L'autre empruntera les voix du 20ème siècle. Celle de Fernand Deligny, éducateur en lieux ouverts d'enfants et d'hommes fermés sur eux-mêmes, autistes ou murés dans leur silence.

Comme toujours chez Isabelle Lafon, il y a la passion de comprendre les textes, d'en dissoudre l'obscurité et de les mettre en lumière. C'est pour cela qu'il faut parler, se parler. Se référer à ceux qui ont inventé la psychiatrie institutionnelle, comme Francesc Tosquelles à Saint Alban, comme Louis Oury à La Borde.

Toujours d'un peu de lumière, jaillira l'éclair qui lui redonnera tout son éclat. Isabelle Lafon égrène toutes ses bonnes personnes, exilés des institutions traditionnelles à cause de leur gentillesse, de leur bonté, de leur envie de vivre avec ceux qu'on ne pourra jamais tout à fait comprendre.

Même si elle ne le cite pas, on pense au film lumineux de Martine Deyres, "Les Heures heureuses", consacré à Saint Alban pendant la guerre. Ce contre-exemple où les malades, les infirmiers et les gens du village ont mangé à leur faim pendant que plus de 40 000 internés mouraient affamés dans les autres institutions françaises.

Il ne s'agit pas de réenchanter la folie, de la définir littérairement avec des phrases astucieuses et l'enrober de poésie. Les deux femmes savent qu'il y a peut-être de la beauté dans tout ça mais il y a surtout de la souffrance à formuler, à verbaliser. On ne peut que voyager en bonne compagnie minoritaire, à petits pas, discrètement.

Isabelle Lafon, et Johanna Korthal Altes son alter ego, avancent d'abord avec le public. Il s'agit d'être clair, de ne pas se nourrir de belles paroles, mais de vraies paroles. Il faut saisir du concret, pas de l'esbroufe. En une heure et quelques minutes, elles se projettent dans un ailleurs dont l'issue est une porte blanche.

Ceci est-ce vraiment une porte ? Ou ne serait-ce qu'un leurre de plus ? On ne va pas tarder à le savoir. Mais est-ce si important que ça ? On n'aura de toute manière pas perdu son temps si tant est que le perdre ou le gagner fait sens... ou pas.

Un spectacle dans la lignée généreuse des précédents d'Isabelle Lafon. Jamais inutiles toujours riches en expérience et en questionnement, sensibles et limpides Du beau théâtre en chantier qui poursuit envers et contre tout sa route en toute liberté.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 09 juin 2024 :Les nouveautés débarquent

Entre 2 tours de scrutin, il reste du temps pour découvrir notre sélection culturelle hebdomadaire. Cette semaine, c'est aussi le retour des sessions Froggy et ça fait plaisir !
Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaînes YouTube et Twitch.

Du côté de la musique :

Rencontre avec Baptiste Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agrémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
We Hate You Please Die, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols
et toujours :

"Nos courses folles" de Les Fouteurs de Joie
quelques clips avec Lux, Tramhaus, Coeur Joie, Mélys, Resto Basket
"Ravage club" de Ravage Club
"A life of suitcase" de The Rapports
"The giant rooster" de Trigger King
"Homecoming" c'est le 31ème épisode du Morceau Caché

Au théâtre :

les nouveautés :

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon

"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon
et toujours :
"L'affaire Rosalind Franklin" au Théâtre de la Reine Blanche
"Un mari idéal" au Théâtre Clavel
"Chère insaisissable" au Théâtre Le Lucernaire
"La loi du marcheur" au Théâtre de la Bastille
"Le jeu des ombres" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses

Cinéma avec :

"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine

"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein
et toujours :
"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=