Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Je pars sans moi
Théâtre de la Colline  (Paris)  janvier 2023

Spectacle écrit et interprété par Johanna Korthals Altes et Isabelle Lafon dans une mise en scène d'Isabelle Lafon.

"Je pars sans moi, tu n'as qu'à m'attendre là-bas", c'est une phrase extraite du "livre de Yanis" de Yanis Benhissen.

Il a huit ans et c'est Patrick Laupin qui a collecté ses mots, qui vont servir à Isabelle Lafon et Johanna Korthals Altes pour aller explorer les confins de la folie, du "désarroi mental" si l'on veut se débarrasser d'un terme qui fait peur, qui est aussi péjoratif que peu performant pour justement s'aventurer hors du pays où l'on se croit normal.

Quand la lumière s'efface dans la salle, une petite lueur reste allumée, là où les deux aventurières sont blotties. Elles ne vont monter sur scène qu'après s'y être encouragées. La scène est quasi vide. Sauf côté cour, où il y a une porte. Une porte blanche évidente dans sa solitude. Mais son heure n'est pas encore arrivée. Pas question, pour ce début qu'on révèle son secret. Le secret qu'il y a forcément derrière une porte.


C'est encore trop tôt, donc. Les deux femmes préfèrent parler. Elles vont parler, se parler, porter des paroles, la leur et celles des malades, des soignants, des psychiatres et des philosophes. Une exposera plutôt des mots du 19ème siècle, des mots qui se réfèrent au grand moment de la parole asilaire, compilée par Gaëtan de Clérambault auprès des hystériques de Saint Anne. L'autre empruntera les voix du 20ème siècle. Celle de Fernand Deligny, éducateur en lieux ouverts d'enfants et d'hommes fermés sur eux-mêmes, autistes ou murés dans leur silence.

Comme toujours chez Isabelle Lafon, il y a la passion de comprendre les textes, d'en dissoudre l'obscurité et de les mettre en lumière. C'est pour cela qu'il faut parler, se parler. Se référer à ceux qui ont inventé la psychiatrie institutionnelle, comme Francesc Tosquelles à Saint Alban, comme Louis Oury à La Borde.

Toujours d'un peu de lumière, jaillira l'éclair qui lui redonnera tout son éclat. Isabelle Lafon égrène toutes ses bonnes personnes, exilés des institutions traditionnelles à cause de leur gentillesse, de leur bonté, de leur envie de vivre avec ceux qu'on ne pourra jamais tout à fait comprendre.

Même si elle ne le cite pas, on pense au film lumineux de Martine Deyres, "Les Heures heureuses", consacré à Saint Alban pendant la guerre. Ce contre-exemple où les malades, les infirmiers et les gens du village ont mangé à leur faim pendant que plus de 40 000 internés mouraient affamés dans les autres institutions françaises.

Il ne s'agit pas de réenchanter la folie, de la définir littérairement avec des phrases astucieuses et l'enrober de poésie. Les deux femmes savent qu'il y a peut-être de la beauté dans tout ça mais il y a surtout de la souffrance à formuler, à verbaliser. On ne peut que voyager en bonne compagnie minoritaire, à petits pas, discrètement.

Isabelle Lafon, et Johanna Korthal Altes son alter ego, avancent d'abord avec le public. Il s'agit d'être clair, de ne pas se nourrir de belles paroles, mais de vraies paroles. Il faut saisir du concret, pas de l'esbroufe. En une heure et quelques minutes, elles se projettent dans un ailleurs dont l'issue est une porte blanche.

Ceci est-ce vraiment une porte ? Ou ne serait-ce qu'un leurre de plus ? On ne va pas tarder à le savoir. Mais est-ce si important que ça ? On n'aura de toute manière pas perdu son temps si tant est que le perdre ou le gagner fait sens... ou pas.

Un spectacle dans la lignée généreuse des précédents d'Isabelle Lafon. Jamais inutiles toujours riches en expérience et en questionnement, sensibles et limpides Du beau théâtre en chantier qui poursuit envers et contre tout sa route en toute liberté.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 5 février 2023 : Faites sauter les crêpes, pas la retraite !

Encore une semaine mouvementée en perspective mais entre 2 mouvements sociaux et pendant votre télétravail il y a de quoi se cultiver, tant qu'il reste la culture ! c'est parti pour le programme de la semaine avec notamment le replay de la MAG #60 !

Du côté de la musique :

"Tarbes" de La Féline
"The world ended a long time ago" de This Immortal Coil
"Invisible heart" de She Owl
"Dans la splendeur" de Rivière
"Inner songs" de Olvier Temime
"Before I saw the sea" de Me and My Friends
"DJ Jerri" la 17eme de la saison 4 de Listen In Bed
"Head above water" de Laura Cox
"Messages from water" de Ichiro Onoe
"What's your name ?" de Archi Deep
Dirty Deep, Lana Desôza, Diamond Dog, Who Parked the Car à découvrir
et toujours :
"Cacti" de Billy Nomates
"Quadrachromie" de Bat
"Bach / Rachmaninov" de Guilhem Fabre
"Un violon dans l'histoire" de Isabelle Durin & Michaël Ertzscheid
"Les 10 chansons préférées de Maxime Chamoux" c'est le nouveau podcast de Listen In Bed
"An unexpected Mozart" de Louis Noel Bestion de Camboulas & Ensemble Les Surprises
"Prokofiev Violins Concertos" de Maria Milstein, Phion Orchestra & Otto Tausk
"Mendelssohn : Complete String Quartets Vol.1" de Quatuor Van Kuijk
Paddang, Skopitone Sisko, Madam, Gliz et dropdead Chaos à découvrir

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Oncle Vania" au Théâtre national de l'Odéon
"Kingdom" aux Ateliers Berthier
"En attendant Godot" à La Scala
"HOP !"" au Centquatre
"Salle des fêtes" au Théâtre Public de Montreuil
"Madame Ming" au Théâtre Rive-Gauche
"Le manteau de Janis" au Théâtre du Petit-Montparnasse
"Ranger" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Quand je serai grande je serai Patrick Swayze" au Théâtre du Rond-Point
les reprises :
"Les Faux British" à la Comédie des Champs Elysées
"Dévaste-moi" à l'International Virtual Théâtre
"Marie des Poules"au Studio des Champs Elysées
"Mon âge d'Or" au Théâtre Essaion
"Mon Tchaikovski' au Théâtre Essaion
"L'Ingénu" au Théâtre Essaion
et les autes spectacles déjà l'affiche

Expositions :

"La Fabuloserie" à la Halle Saint-Pierre
dernière ligne droite pour :
"Oskar Kokoschka - Un fauve à Vienne" au Musée d4art Moderne de la Ville de Paris
et les expositions encore à l'affiche

Cinéma :

en streaming gratuit :
"Summers Survivors" de Marija Kavtaradze
"Les Fleurs amères" d'Olivier Meys
"Un beau voyou" de Lucas Bernard
"La Religieuse" de Guillaume Nicloux
"L'Intrusa" de Leonardo Di Costanzo
en salle pour les amateurs de documentaires :
"La ferme à Gégé" de Florent Verdet

Lecture avec :

Interview de Eric Dérian lors du festival d'Angoulême 2023
"Finir prof" de Mara Goyet
"Guillotinées" de Cécile Berly
"Petite et grande histoire de la Cité interdite" de Bernard Brizay
"Shamane" de Marc Graciano
"Stalingrad, le tournant de la guerre" de François Kersaudy
et toujours :
"A prendre ou à laisser" de Lionel Shriver
Exposition de Julie Doucet à Angoulême
Anaïs Schenké - Yvan Agalbé - David Snug au Off d'Angoulême
"Les derniers jours de Staline" de Joshua Rubenstein
"Les heures abolies" de Lou Darsan

un jeu vidéo plutôt original pour terminer : Hell is Others sur PC

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=