Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce La Femme de Tchaikovski
Kirill Serebrennikov  (février 2023) 

Réalisé par Kirill Serebrennikov. Russie. Biopîc/Drame. 2h23 (Sortie 15 février 2022). Avec avec Alyona Mikhailova, Odin Lund Biron, Philip Avdeev, Ekaterina Ermishina et Natalia Pavlenkova.

En trois films, "Leto", "La Fièvre de Petrov" et "La Femme de Tchaïkovski", Kirill Serebrennikov a gagné ses galons de cinéaste majeur. Jamais, il ne filme pour ne rien dire. Toujours sa caméra est signifiante.

La preuve ? Ce film sur Tchaïkovski. En principe un "biopic" sur les amours d'un des grands compositeurs russes du 19ème siècle ne devrait pas susciter de polémiques... Perdu !

Raconter aux russes cinéphiles; à cours de grands films romantiques, que le mariage du célèbre compositeur a été problématique du fait de son homosexualité avérée, n'est pas politiquement correct dans la Fédération Russe.

Antonina Miliukova, elle, n'y a vu que du feu : ayant fait la connaissance du musicien, elle va tout faire pour devenir sa femme, en ignorant son terrible secret. Même une fois révélé, aveuglée par sa passion, elle sera longtemps persuadée qu'elle peut "convertir à l'hétérosexualité" le grand artiste.

"La Femme de Tchaïkovski" de Kirill Serebrennikov est d'abord un grand film sur la passion amoureuse. Une œuvre romantique où l'on va suivre la lente descente aux enfers de celle qui croyait qu'épouser l'auteur de "Casse-Noisette" allait la conduire dans un paradis sur terre, que cette musicienne allait vivre une vie au service de la musique et connaître des émotions dont elle n'avait même pas l'idée. Antonina croyait vivre un rêve.

En réalité, tout de suite, elle mettait ses pas vers une vie funeste où elle connaîtrait toutes les étapes de la déchéance. Cette grande bourgeoise finirait dans l'indigence et cela à cause de sa passion pour un des génies russes du 19ème siècle.

Comme dans ses précédents films, Kirill Serebrennikov ne lâche aucun plan. Tous sont lourds de sens à la fois pour l'histoire qu'il raconte et pour le monde dans lequel il vit. On se doute que, s'il en est ainsi, il va vite provoquer l'ire du pouvoir en place en 2023. Et cela n'a pas manqué, les autorités post-soviétiques se sont senties visées par un récit qui se déroule pourtant en plein milieu du 19ème siècle.

Voir comment l'actrice Alyona Mikhailova s'empare du personnage de la femme de Tchaïkovski est un grand moment de cinéma. Cette femme, d'une beauté absolue, se flétrit peu à peu, perd la raison par amour pour un homme qui ne pouvait partager son amour. Elle aurait mérité le prix d'interprétation à Cannes, tout comme son réalisateur pouvait prétendre à la Palme d'Or.

Certains prétendent que le jury cannois ignorait le sort de Kirill Serebrennikov, emprisonné par le pouvoir poutinien. On y croit à peine et l'on craint qu'il s'agisse plutôt d'une preuve de russophobie qui englobe même ceux qui s'opposent au régime en place. Cela est grave et l'on espère que cela ne corresponde pas à un climat de guerre dépassant la raison.

Heureusement, il semble que toute la critique soit unanime à défendre ce film qui montre, une fois de plus, que les grands artistes peuvent être de grands consciences. "La Femme de Tchaïkovski" de Kirill Serebrennikov est une œuvre de premier plan qu'on ne peut passer sous silence.

Aller la voir, c'est aussi comprendre qu'un pays qui peut la produire n'est pas qu'un pays de va-t-en guerre et qu'il ne faut pas répondre à ceux-ci en acceptant de fait la fuite en avant vers l'apocalypse qu'ils souhaitent ardemment.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 25 février 2024 : Quoi de neuf cette semaine ?

De la musque, du théâtre, de la littérature, de la bonne humeur et du replay au programme cette semaine sur Froggy's Delight que ce soit ici, sur Twitch ou sur Youtube. Comme disent les jeunes, suivez-nous et mettez des pouces bleus ! .

Du côté de la musique:

"Session de rattrapage 3", nouvel épisode de notre podcast Le Morceau Caché
quoi de neuf du côté de Caesaria, Archi Deep, Chester Remington, Dirty Fonzy
"She Reaches Out to She" de Chelsea Wolfe
"Victoire de la musique" de Cotonete
"Back to the wall" de Grand March
"Please, wait" de Maxwell Farrington & Le SuperHomard
"La reine du secourisme" de Nicolas Jules
"On the spot" de Philippe Soirat
"#puzzled" de Pierre-François Blanchard
"Goodbye black dog" de PURRS
"Print, Secrets for you" de Sylvain Cathala
"Witchorious" de Witchorious
et toujours :
"Brahms le Tzigane" du Choeur de Chambre Mélisme(s), Colette Diard & Bankal Trio
"Folklores" de Dumka
"Songes" de Elodie Vignon
"Et il y avait" de Geins't Naït, Laurent Petitgrand & Scanner
"Caravan party II" de Johan Farjot & Friends
"Hors-piste" de Le Pied de la Pompe
"Pop sauvage" de Métro Verlaine
"Bright" de Soulmate
"Family and friends" de The Twin Souls
"Haydn all stars (Haydn, Ravel, Fontyn, Brahms)" de Trio Ernest

Au théâtre

les nouveautés :

"A qui elle s'abandonne" au Théâtre La Flèche
"Les quatres soeurs March" au Théâtre du Ranelagh
"Mémoire(s)" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"N'importe où hors du monde" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Quand je serai un homme" au Théâtre Essaïon
"Le petit Prince" à La Scala
"Frida Kahlo" à La Scala
"Les petits chevaux, une histoire d'enfants des lebensborn" à La Reine Blanche
et toujours :
"Burn baby burn" au Petit Théâtre du Gymnase Marie Bell
"Looking for Jaurès" au Théâtre Essaïon
"L'addition" au Théâtre Sylvia Monfort
"Tout le monde il est Jean Yanne" Au Théâtre Le Funambule Montmartre
"Les Travailleurs de la mer" au" au Théâtre Le Lucernaire
"Ds Ombres et des Armes" à La Manufacture des Abbesses
"Les Caroline" au Théâtre Les Enfants du Paradis
et les autres spectacles à l'affiche

Du cinéma avec :

 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"La vie précieuse" de Yrsa Daley-Ward
"Le bureau des prémonitions" de Sam Knight
"Histoire politique de l'antisémitsme en France" Sous la direction d'Alexandre Bande, Pierre-Jerome Biscarat et Rudy Reichstadt
"Disparue à cette adresse" de Linwood Barclay
"Metropolis" de Ben Wilson
et toujours :
"Archives de la joie" et "Le vent léger" de Jean-François Beauchemin
"Le diable sur mon épaule" de Gabino Iglesias
Morceaux choisis de la masterclass de Christophe Blain à Angoulême
"Camille s'en va" de Thomas Flahaut
"Le fantôme de Suzuko" de Vincent Brault
"Melody" de Martin Suter
"tempo" de Martin Dumont

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=