Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hyperclean - Monsieur Roux
La Maroquinerie  (Paris)  13 avril 2006

Soirée franco française ce soir à La Maroquinerie avec un double plateau.

C'est Mr Roux qui entame la soirée.

Mr Roux est déjà connu des lecteurs de Froggy's Delight. Pour les autres sachez que Mr Roux est un trio, composé d'un contrebassiste (Brandon Michel), d'un guitariste (Jauni Bernardo) et d'un chanteur, /compositeur/guitariste (Mr Roux donc).

En veste de survet' puis en marcel, Mr Roux et ses compagnons chantent la rue, la vie de tous les jours, tapent un peu à gauche et à droite sans trop se mouiller. Ils dénoncent avec un peu d'humour le fanatisme religieux ("Les papiers sacrés"), l'intégration ("Nourredine"), les pauvres mecs ("Le bouffon de la cité" pour les popeux, "Petite pouffe")…

En fait Mr Roux ça pourrait être un one man show dans un café théâtre quelconque. Eux ont choisi de chanter la beauf attitude et cela fonctionne plutôt bien.

Tantôt pop, tantôt reggae ("Petit rasta" celui "qui deviendra grand et aussi gland que ses parents") et toujours à la limite de la caricature, le groupe s'amuse et amuse son public. Cerise sur le gâteau, 2 de leurs compères arrivent sur scène travestis en lolitas peu farouches.

Dommage, personne n'a osé entamer une chenille dans le public…

Hyperclean ne tarde pas à arriver sur scène et sans plus attendre le spectacle commence… en râlant contre le technicien du son qui leur envoie des retours monstrueusement forts là où il ne faut pas et ridiculement faibles ailleurs. Le spectacle commence parce qu'Hyperclean est hypershow !

Il s'avérera que ce petit jeu (fait de vrai et de faux) sera le fil rouge de ce concert, sorte de ponctuation entre les morceaux.

Après une intro en douceur de chœurs séraphins, Hyperclean entame son set avec "Sortez dehors" en annonçant qu'il est le groupe promotionnel d'un groupe qui porte le même nom que lui.

Ce titre quasi atmosphérique sur disque, premier album éponyme qui vient de sortir, laisse présager un live plus tendu et dynamique. Frédéric Jean, le chanteur semble survolté et commence déjà à descendre dans le public et serre quelques mains avec de grands yeux exorbités (émerveillés ? illuminés ??).

Après cette mise en bouche, le groupe commence à se déchaîner. Si Ludovic Dulac aux claviers et Julien Gasc à la basse restent relativement sobres, Benjamin Gilbert s'en donne à cœur joie et fait grincer son instrument contre son ampli, plié en deux (pas l'ampli, le guitariste), Julien Barbagallo cogne férocement ses fûts tandis que le chanteur gesticule et bondit en tous sens !

En live, tout le rock sous-jacent dans l'album ressort comme un diablotin de sa boite. "Halo" devient un titre punk rock, "Prison" ou "Pistolet" gagnent en dynamisme et débordent d'énergie.

Les textes, en français, décalés et iconoclastes, revêtent un côté complètement surréalistes avec la scansion particulière du chanteur qui déclame, râle, crie les mots qui prennent une couleur parfois noire en décalage avec la musique.

La scène mais aussi le public deviennent un terrain de jeu pour Frédéric Jean, front man charismatique ayant le sens de la scène, qui se livre à un vrai numéro de théâtre.

Il joue avec le public plutôt réceptif en général. Il fait danser certains, s'inquiète de la profession d'autres, dérobent en courrant quelques sacs et manteaux (qu'il rendra à la fin je vous rassure si vous croisez un jour leur chemin).

C'est un savant mélange de show et de spontanéité, arrosé d'une bonne dose de rock, qui fait le secret de Hyperclean en live. Un groupe atypique et relativement novateur, à l'aise dans sa musique comme sur scène, qui s'est déjà forgé une image. C'est très certainement la découverte de ce début d'année en matière de groupes français.

A voir autant qu'à entendre, ne les ratez pas !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de Hyperclean
Hyperclean en concert au Festival des 3 éléphants 2006
La chronique de l'album Les derniers seront les premiers (Démo 6 titres) de Monsieur Roux
La chronique de l'album Ah si j'etais grand et beau... de Monsieur Roux
La chronique de l'album L'illégalité joyeuse de Monsieur Roux
Monsieur Roux en concert au Festival Festa Dies 2004
Monsieur Roux en concert au Centre Culturel d'Iffendic (3 février 2007)
Monsieur Roux en concert au Festival des Terre-Neuvas Bobital 2007 (vendredi)
L'interview de Monsieur Roux (août 2004)

En savoir plus :

Le site officiel de Hyperclean
Le site officiel de Monsieur Roux

Crédits photos :David (plus de photos sur Taste of indie )


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=