Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Hyperclean - Monsieur Roux
La Maroquinerie  (Paris)  13 avril 2006

Soirée franco française ce soir à La Maroquinerie avec un double plateau.

C'est Mr Roux qui entame la soirée.

Mr Roux est déjà connu des lecteurs de Froggy's Delight. Pour les autres sachez que Mr Roux est un trio, composé d'un contrebassiste (Brandon Michel), d'un guitariste (Jauni Bernardo) et d'un chanteur, /compositeur/guitariste (Mr Roux donc).

En veste de survet' puis en marcel, Mr Roux et ses compagnons chantent la rue, la vie de tous les jours, tapent un peu à gauche et à droite sans trop se mouiller. Ils dénoncent avec un peu d'humour le fanatisme religieux ("Les papiers sacrés"), l'intégration ("Nourredine"), les pauvres mecs ("Le bouffon de la cité" pour les popeux, "Petite pouffe")…

En fait Mr Roux ça pourrait être un one man show dans un café théâtre quelconque. Eux ont choisi de chanter la beauf attitude et cela fonctionne plutôt bien.

Tantôt pop, tantôt reggae ("Petit rasta" celui "qui deviendra grand et aussi gland que ses parents") et toujours à la limite de la caricature, le groupe s'amuse et amuse son public. Cerise sur le gâteau, 2 de leurs compères arrivent sur scène travestis en lolitas peu farouches.

Dommage, personne n'a osé entamer une chenille dans le public…

Hyperclean ne tarde pas à arriver sur scène et sans plus attendre le spectacle commence… en râlant contre le technicien du son qui leur envoie des retours monstrueusement forts là où il ne faut pas et ridiculement faibles ailleurs. Le spectacle commence parce qu'Hyperclean est hypershow !

Il s'avérera que ce petit jeu (fait de vrai et de faux) sera le fil rouge de ce concert, sorte de ponctuation entre les morceaux.

Après une intro en douceur de chœurs séraphins, Hyperclean entame son set avec "Sortez dehors" en annonçant qu'il est le groupe promotionnel d'un groupe qui porte le même nom que lui.

Ce titre quasi atmosphérique sur disque, premier album éponyme qui vient de sortir, laisse présager un live plus tendu et dynamique. Frédéric Jean, le chanteur semble survolté et commence déjà à descendre dans le public et serre quelques mains avec de grands yeux exorbités (émerveillés ? illuminés ??).

Après cette mise en bouche, le groupe commence à se déchaîner. Si Ludovic Dulac aux claviers et Julien Gasc à la basse restent relativement sobres, Benjamin Gilbert s'en donne à cœur joie et fait grincer son instrument contre son ampli, plié en deux (pas l'ampli, le guitariste), Julien Barbagallo cogne férocement ses fûts tandis que le chanteur gesticule et bondit en tous sens !

En live, tout le rock sous-jacent dans l'album ressort comme un diablotin de sa boite. "Halo" devient un titre punk rock, "Prison" ou "Pistolet" gagnent en dynamisme et débordent d'énergie.

Les textes, en français, décalés et iconoclastes, revêtent un côté complètement surréalistes avec la scansion particulière du chanteur qui déclame, râle, crie les mots qui prennent une couleur parfois noire en décalage avec la musique.

La scène mais aussi le public deviennent un terrain de jeu pour Frédéric Jean, front man charismatique ayant le sens de la scène, qui se livre à un vrai numéro de théâtre.

Il joue avec le public plutôt réceptif en général. Il fait danser certains, s'inquiète de la profession d'autres, dérobent en courrant quelques sacs et manteaux (qu'il rendra à la fin je vous rassure si vous croisez un jour leur chemin).

C'est un savant mélange de show et de spontanéité, arrosé d'une bonne dose de rock, qui fait le secret de Hyperclean en live. Un groupe atypique et relativement novateur, à l'aise dans sa musique comme sur scène, qui s'est déjà forgé une image. C'est très certainement la découverte de ce début d'année en matière de groupes français.

A voir autant qu'à entendre, ne les ratez pas !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de Hyperclean
Hyperclean en concert au Festival des 3 éléphants 2006
La chronique de l'album Les derniers seront les premiers (Démo 6 titres) de Monsieur Roux
La chronique de l'album Ah si j'etais grand et beau... de Monsieur Roux
La chronique de l'album L'illégalité joyeuse de Monsieur Roux
Monsieur Roux en concert au Festival Festa Dies 2004
Monsieur Roux en concert au Centre Culturel d'Iffendic (3 février 2007)
Monsieur Roux en concert au Festival des Terre-Neuvas Bobital 2007 (vendredi)
L'interview de Monsieur Roux (août 2004)

En savoir plus :

Le site officiel de Hyperclean
Le site officiel de Monsieur Roux

Crédits photos :David (plus de photos sur Taste of indie )


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=