Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Le Douanier Rousseau : Jungles à Paris
Grand Palais  (Paris)  Du 15 mars au 19 juin 2006

Au Grand Palais, l'exposition "Jungles à Paris" invite à entrer dans l'univers pictural du Douanier Rousseau.

Qui ne connaît pas cet aimable fonctionnaire, peintre du dimanche, qui s'auto-représente en costume avec les insignes culturels du peintre, le béret et la palette?

Mais qu'on ne s'y trompe pas. Les peintures d'Henri Rousseau ne sont pas que de ludiques trames pour album de coloriages pour enfants. Précurseur de l'art naïf, il est particulièrement novateur dans son esthétique et dans son inspiration.

En effet, autodidacte, il doit se satisfaire d'une peinture en aplats, dépourvue de perspective et de lumière. Par ailleurs, il introduit une nouvelle idée de la représentativité et puise son inspiration dans l'imagerie populaire autant que dans l'imagerie contemporaine qui lui servira notamment à créer ses jungles.

Mais les fameuses jungles ne sont pas les seuls tableaux exposés au Grand Palais. Portraits, paysages et allégories sont également au programme d'une exposition qui permet de mesurer l'ampleur de l'œuvre du Douanier Rousseau.

Rousseau est un portraitiste académique qui se veut avoir inventer le "portrait-paysage" dans lequel le sujet, traité dans un style primitif, est plaqué sur un paysage correspondant à son environnement.

Ses premières peintures sont des paysages de Paris et ses environs traités de manière simple, comme des illustrations avec un souci du détail qui n'est pas forcément synonyme de réalisme.

Mais ce sont également des paysages fantasmatiques composés de forêts énigmatiques comme celle de "Un soir de carnaval" dans lequel deux personnages costumés en Pierrot et Colombine semblent égarés dans une forêt lugubre.

Rousseau s'essaie également à la peinture allégorique pour célébrer les vertus républicaines que sont "La liberté", "Le centenaire de l'Indépendance" ou "Les représentants des puissances étrangères venant saluer la République"

En empruntant l'escalier en colimaçon pour accéder au 2ème niveau de l'exposition, des cris d'animaux vous invitent déjà auditivement à entrer dans une jungle d'opérette créée elle-même à partir de reproductions, de photographies ou d'illustrations. Car le Douanier Rousseau ne peignait certes pas sur le vif et n'a même jamais quitté le territoire français.

L'exposition comporte d'ailleurs des espaces documentaires permettant de voir les documents iconographiques qui servaient de base à l'inspiration exotique du Douanier Rousseau comme "Bêtes sauvages" qui comportaient "200 illustrations amusantes de la vie des animaux avec texte instructif, Le Petit Journal et des cartes postales du Jardin des Plantes. Affiches, gazettes, y sont présentés ainsi que d'amusantes lunettes pour voir des dessins en 3D.

En 1904, Rousseau inaugure sa série des jungles. A première vue, ces jungles luxuriantes, de couleurs chaudes et enivrantes, constituent de grands décors paisibles dans lesquels des combats terrifiants se déroulent ou se dérouleront même si Rousseau n'en peint souvent que les prémisses.

Ainsi dans "Les joyeux farceurs" ou "Forêt tropicale", les singes jouent paisiblement mais un serpent noir guette dans les fleurs.

Si le tigre de "Surpris" montre un profil de tigre de nouvel an chinois, dans "Le cheval attaqué par un jaguar", au milieu d'une jungle idyllique, calme et fleurie, les corps des deux animaux, un cheval blanc qui ressemble à une licorne et un tigre puissant dont la gueule est cachée, sont enlacés dans une sorte d'étreinte amoureuse, si elle n'était mortelle.

De même "Le combat du tigre et du buffle" semble davantage relater une manifestation de puissance et de soumission qu'un égorgement pourtant inéluctable.

A cet égard, "Le lion ayant faim se jette sur l'antilope" sous le regard des vautours et des charognards ne laisse place à aucune ambiguïté compte tenu des blessures infligées à cette dernière.

Mais il n'y a pas de peinture innocente et quand on prend le temps de regarder une de ces jungles, le côté anecdotique s'estompe pour s'effacer progressivement et laisse à penser que Rousseau n'était sans doute pas si naïf et primaire qu'on se plaît à le croire. Sa peinture est le reflet de son imaginaire et le véhicule de ses propres fantasmes.

Ses dernières œuvres, comme "La charmeuse de serpents" et "Le rêve", dans lesquelles un personnage humain, une femme, se subtitue aux animaux dans une jungle plus obscure, sont nettement plus sombres et explicites également. Au demeurant, ces jungles oniriques et troublantes retiendront l'attention des surréalistes.

Une exposition à voir au delà de la simple apparence.

 

Crédits photos : MM (plus de photos sur la galerie )
avec l'aimable autorisation de la Réunion des Musées Nationaux


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=