Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival Les femmes s'en mêlent 2006
Saint Etienne - An Pierlé - Under Byen  (La Cigale)  18 avril 2006

Marrant. C'est marrant comme les titres peuvent être trompeurs au bout du compte, comme à vouloir éviter les pièges on tomberait plus facilement dedans.

L'affiche est alléchante, l'agenda était bouclé depuis une semaine déjà. Imaginez deux secondes. Un obscur groupe danois oscillant entre l'harmonique chiadé et la symphonie baroque, une pianiste belge in the style of Tori Amos, et un mythe des années glorieuses de l'Angleterre 90' .

Au programme de cette deuxième soirée du festival "Les Femmes s'en mêlent" : Under Byen, An Pierlé et St Etienne. "Girls who are boys / Who like boys to be girls / Who do boys like they're girls / Who do girls like they're boys" qu'il chantait Damon Albarn en 1994. Ou 1993 on s'en fout en fait.

Le fait est qu'un festival spécial groupes de filles c'est, comment dire, un sacré bordel à organiser en fait. Un peu comme la journée de la femme, réducteur et flatteur à la fois. La salle est pleine d'hommes virils. Où sont les femmes se demande-t-on ? Sur scène.

Sur scène, oui, mais étonnamment en retrait pour Under Byen, premier groupe à ouvrir les hostilités.

A écouter l'étonnant groupe danois et sa chanteuse au timbre de voix si proche de celui de Bjork, on se demande bizarrement qui est le boss du live.

Le violoncelliste, le guitariste autiste, ou Henriette la chanteuse en retrait. On hésite on se demande, on écoute et on repense à la beauté sombre de Delt er mig der holder traeerne sammen, surprenant album s'écoutant au petit matin comme à la tombée de la nuit danoise.

Et la transcription de l'album sur scène s'avère périlleuse, pour le moins. La guitare entre deux chaises, hésitant entre chansons expérimentales à la Mogwai ou Sigur Ros, et lentes envolées portées par la voix d'Henriette, le public hésite. Hésiter à aller prendre une bière ou rester encore un peu.

L'auditeur à l'oreille sensible peine sans doute à reconnaître les titres tant écoutés sur platine, et l'ambiance jazzy si forte sur album manque ici fortement, noyée dans le dark maelström imposé par le backing band.

Dommage.

Déconcerté mais pas vaincu, changement de plateau et d'artiste. Arrivée sur son désormais fidèle ballon/tabouret de An Pierlé.

La belle et fringante An. Toujours belle. Qui déclare que ce soir, priorité aux nouvelles chansons du nouvel album, An Pierlé and White velvet. Risqué mais couillu, aussi couillu que puisse l'être un festival dédié aux femmes.

D'emblée, "Jupiter" s'impose comme le single évident de ce nouvel opus, dans la veine des titres passés, refrain entêtant et piano aérien, porté par une guitare discrète et moustachue, oui le guitariste est la copie conforme de Clapton période Unplugged MTV. Simple anecdote.

Les titres s'enchaînent et oui, An Pierlé lave plus blanc que blanc, livrant un show sans surprise. Mélodies belle comme le métro qui arrive lorsqu'on ne l'attendait plus, lascive mais un brin fleur bleu à l'encolure.

N'empêche. Les chansons telles que "How does it feel" (superbe "Ad lib" au passage) remporte à l'unanimité l'adhésion du public pas con, qui sait reconnaître les belles compositions lorsqu'elles sont bien jouées. An Pierlé, à mi-chemin entre Tori Amos et Axelle Red, s'égosille la voix à chauffer la salle, un peu molle du genou.

La faute à une programmation trop éclectique ? Sans doute. La masse féminine dans la salle reste discrète. L'écoute on stage laisse entrevoir de biens beaux moments sur l'album, à réécouter encore et encore, pour ses tonalités soul limite motown par moments.

Au final, vous l'avez bien mériter cher public, un "Sorry" accueilli avec toute la ferveur qu'il se doit. Bravo An.

Bien gentil tout ça. Mais l'évidence s'impose. La grande majorité du public ce soir, ankylosé des articulations, est venu pour Saint Etienne.

Comment leur en vouloir…Elle a de beaux restes la Sarah, dans son jean sec et moulant. Groupe improbable, duo de clavier aussi arty que les Duran Duran, groupe qui aurait presque l'air d'en avoir rien à foutre d'être la.

Et puis ELLE est la, Sarah, rayon de soleil et cheveux d'argent.

On voudrait avoir 40 ans et la séduire. Juste elle et nous, pour reprendre l'espace d'une heure les plus belles chansons d'une carrière, alternant la house pop des 90' et l'easy listening de Good Humor. Album des dimanches pluvieux londoniens.

Paradoxe, c'est l'ambiance gay friendly qui domine pour St Etienne, ambiance décontractée et festive, enfin un peu de mouvement.

Mouvements festifs malheureusement freinés par une cigale trop grande. De plus, et ce n'est pas un reproche, Saint Etienne ne se contentera pas d'un best of pour fans nostalgiques. Ce qui était annoncé comme un comeback sera en fait le concert d'un groupe qui n'a jamais cessé d'exister et si Sarah laisse échapper un "tonight we are playing our last gig" elle ajoute aussitôt ..."but well, probably not".

Seule véritable concession au bon vieux temps, celui ou Saint Etienne était un groupe majeur de la scène anglo saxonne, un duo un rien nostalgique avec Etienne Daho, "She's on the phone" tiré du célèbre "Week end à Rome".

Décidément, ce soir c'était la Saint Etienne quoi qu'on puisse en penser.




Au final, soirée mitigée. De trop grands crossover musicaux, de l'expérimental danois à la pop 90', un fossé difficile à combler somme toute, avec le risque que les pinceaux, eux, s'emmêlent...

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Articles : SOS Radio Dio - Saint Etienne
Saint Etienne en concert à Saint Etienne (15 juin 2003)
La chronique de l'album eponyme de An Pierlé & White Velvet
La chronique de l'album Hinterland de An Pierlé & White Velvet
La chronique de l'album Strange Days de An Pierlé
La chronique de l'album Strange Ways de An Pierlé
La chronique de l'album Arches de An Pierlé
La chronique de l'album Cluster de An Pierlé
An Pierlé en concert au Festival de Dour 2006 (samedi)
L'interview de An Pierlé (septembre 2003)
L'interview de An Pierlé (lundi 5 septembre 2016)

En savoir plus :

Le site officiel de Saint Etienne
Le site officiel d'An Pierlé
Le Soundcloud d'An Pierlé
Le Myspace d'An Pierlé
Le Facebook d'An Pierlé
Le site officiel d'Under Byen

Crédits photos : David (plus de photos sur Taste of indie)


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 17 février 2019 : Presque le printemps

De Kafka à Kukafka, Miossec à Berlioz, il y a de quoi lire, voir, écouter cette semaine dans la petite sélection culturelle de nos chroniqueurs. En route pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Gallipoli" de Beirut
"Ulysse et Mona" de Minizza
Rencontre avec Miossec autour de son album "Les Rescapés"
Une discographie d'Hector Berlioz par Jérôme Gillet
"Been meaning to tell you" de Ina Forsman
"4eme jour, Kan Ya Ma Kan" de Interzone
"A thousand days" de June Bug
EP de Bertille
"Morning room EP" de Catfish
"Souviens toi" de Laurent Montagne
"Blood siren" de Sarah McCoy
"Complètement flippé" de 16 Kat
et toujours :
"Persona" de Betrand Belin
"Les rivages barbelés" de Intratextures
"The mirror" de Nicolas Gardel et Rémi Panossian
"La révolte des couverts" de Wildmimi
"The sublime" de Yeruselem
"Aksham" de Aksham
"Last train" de Big Dez
"Tightrope EP" de Bigger
Caroline Loeb au Grand Point Virgule pour jouer "Comme Sagan" en live
Présentation du 11ème festival de Beauregard et de sa programmation
"Kalune EP" de Kalune

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Kafka sur le rivage" au Théâtre de la Colline
"Matin et Soir" au Théâtre de l'Aquarium
"J'ai pris mon père sur mes épaules" au Théâtre du Rond-Point
"Pourquoi dis, m'as-tu volé mes yeux" au Théâtre La Croisée des Chemins
"Les membres fantômes" au Théâtre La Flèche
"Le bois dont je suis fait" au Théâtre de Belleville
"Peur(s)au Théâtre L'Etoile du Nord
"A vue" au Théâtre de la Tempête
"Merci" à La Folie Théâtre
"Barber Shop Quartet - Chapitre IV" au Théâtre Essaion
"Maria Dolorès y Habibi Starlight" au Café de la Danse
les reprises:
"Grande" au Centquatre
"Politiquement correct" au Théâtre de l'Oeuvre
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en février

Expositions avec :

"Roux ! De Jean-Jacques Henner à Sonia Rykiel" au Musée Jean-Jacques Henner
et dernière ligne droite pour "Rodin - Dessiner Découper" au Musée Rodin

Cinéma avec :

le film de la semaine : "Le jeune Picasso" de Phil Bradsky

Lecture avec :

"Dans la neige" de Danya Kukafka
Interview de Nylso dans le cadre du festival de la Bande Dessinée d'Angoulême
"L'île longue" de Victoire de Changy
"La main noire" de Robert Vincent illustré des musiques de Anthony Reynolds
"Le manufacturier / responsabilité absolue" de Mattias Köpling / Jocko Willink & Leif Babin
"Sans compter la neige" de Brice Homs
"So sad today" de Melissa Broder
et toujours :
"Angola janga" de Marcelo D'Salete
Interview de Stella Lory dans le cadre du festival de la BD d'Angoulême
"Gangs of L.A." de Joe Ide
"Hunger : une histoire de mon corps" de Roxane Gay
"L'Amérique derrière moi" de Erwan Desplanques
"L'ombre d'un père" de Christoph Hein
"Le président des ultra riches" de Michel Pinçon et Monique Pinçon Charlot
"Que faire des cons ?" de Maxime Rovere
"Une éducation" de Tara Westover

Froggeek's Delight :

"I Will Survive" petit tour d'horizon des jeux dits "Survival"

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=