Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Holden
La Maroquinerie  (Paris)  5 avril 2006

La musique de et par les filles est à la mode. C'est les Inrocks qui le dit, qui l'écrit et l'affirme en couverture de sa nouvelle formule populiste (cf. numéro Camille Vs Emilie Simon). Qu'ont-elles de plus que nous les hommes, virils et insensibles ? La voix qui miaule, les doux accords de guitares et les métaphores le long de rivières roses, le vent qui soufflerait sur d'invisibles bambous en barbapapa….

Aussi, se demande-t-on si résumer Holden à un groupe de filles est possible.

Tout d'abord non, Holden c'est un groupe, avec une chanteuse certes, mais également un trio basse guitare batterie masculin.

Et puis oui finalement, car Armelle s'avère être la colonne vertébrale du groupe, l'épine dorsale et vocale d'une bande d'artiste remplissant ce soir la Maroquinerie comme rarement elle a pu l'être…

Dingue le nombre de têtes présentes ce soir, allant avec leurs corps rêver au son de Chevrotine, onirique album féminin dans l'approche. Tout y caché, offert en cadeau généreux, aérien comme une barrette de cheveux propres.

Comme "C'est plus pareil", premier titre d'un concert qu'on imagine marathon, titre langoureux soutenu par un backing band souple et dur comme le fer, bassiste possédé et guitares souple à l'appui.

D'emblée, Holden propose un set plus nerveux que dix Emilie Simon, moins propre et hum, plus pénétrable.

Voix en place et groupe soudé, Holden convainc sans force l'auditoire, féminin, en douceur et silencieusement. Les têtes qui dodelinent, répétant du bout des lèvres les paroles, en chœur, dans le silence de la Maroquinerie discrète. Assez étonnant comme concert.

Concert électrique et humide, joli mariage des matières qui contraste avec le rock ambiant, un doux malaise suintant par la bouche d'Armelle, présente sans être charismatique, à sa place sans fureur, et cette guitare rappelant tantôt Piano Magic tantôt le jazz de Gainsbourg des 60' période Scenic Railway…

En frôlant l'easy listening d'April March sur certains titres, Holden risque le dérapage (Ce que je suis) et retarde l'explosion, faisant au passage penser à Françoise. Hardy. Plutôt un compliment. Armelle chante "Qu'est ce qui m'arrive ?" et l'on se demande à notre tour quel est notre sexe, pour apprécier cette musique en décalage.

Vient le temps de la tempête sur le génialissime Sur le pavé, peut être le meilleur titre du set, rythmé par un merveilleux jeu de batterie, nerveux et sec, ode à l'instrument si invisible d'habitude.. Batteur aux cheveux grisonnant et pourtant si envoûtant…Chaque roulement de batterie comme un orgasme, prenant comme un shoot.

Et pourtant, Holden, sur la longueur, lasse un brin, par des mélodies quelques fois répétitives, et un jeu de scène minimaliste.

Les têtes dodelinaient encore, que mon corps s'était enfuit. "Nous ne sommes des êtres humains, rien que des êtres incertains" chantait Armelle. Mon être à moi s'en était déjà allé voir si la certitude était ailleurs, si la musique pour fille me conviendrait. Ou pas.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Chevrotine de Holden
La chronique de l'album Fantomatisme de Holden
Holden dans la rubrique Ni Vus Ni Connus
La chronique de l'album L'essentiel de Holden
La chronique de l'album Sidération de Holden
Holden en concert à OPA (2 mars 2006)
Holden en concert à La Maroquinerie (20 mars 2009)
Holden en concert au Festival des Attitudes Indé 2009 (mardi 29 septembre 2009)
Holden en concert à Casino de Paris (jeudi 26 novembre 2009)
Holden en concert au Festival Marsatac #14 (édition 2012) - Samedi 29 septembre
L'interview de Holden (8 février 2006)
L'interview de Holden (mercredi 11 mai 2011)

En savoir plus :

Holden sur le site de Village Vert

Crédits photos : Laurent (plus de photos sur Taste of indie)


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Holden (11 mai 2011)
Holden (28 mars 2009)


# 29 mars 2020 : On continue à s'égayer le cerveau

On attaque la troisième semaine de confinement. On ne va pas baisser les bras, et nous vous proposons encore un joli contenu histoire de s'oxygéner le cerveau comme on peut. C'est parti.

Du côté de la musique :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds
et toujours :
"La course" de Bon Voyage Organisation
"Où ça en est ?" de Ceylon
"Blossom" de Coralie Royer
"Brothers of string" de Duplessy & the Violins of the World
"Atomised single" de Gogo penguin
"Onkalo" de Julie Campiche Quartet
"Single carry me home" de Kokoroko
"The pain, the blood and the sword" de Lion's Law
"Five for five" de Michael Fine
"Mon étrangère" de Valentin Vander

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
une comédie contemporaine avec la captation de la création originelle de "Art"
du boulevard avec :
le streaming de "Fleur de cactus"
le streaming de "Jo"
un classique revisité avec la captation de "Peer Gynt"
une évocation de l'univers de Lewis Caroll avec la captation de "Lewis versus Alice"
dans la rubrique "Au Théâtre ce soir" :
"Peau de vache"
avec Sophie Desmarets
et "La Puce à l'oreille" avec Louis de Funès
une gourmandise pour fan addict avec Fabrice Luchini en vidéo dans "Le point sur Robert"
et des spectales à voir ou a revoir en DVD :
"Le Paradoxe amoureux"
"Dieu habite Dusseldorf"
"ABC D'airs"

Expositions :

en toute tranquillité mais musicales avec sur le Musée de la Sacem :
"L'Opérette" de son Age d'or à la Belle Epoque au regain d'engouement avec sa réactivation par des compagnies contemporaines tels "Azor" et "La Grande duchesse de Gerolstein"
et celle dédiée à son roi "Jacques Offenbach"
au Musée de la Monnaie de Paris :
la visite virtuelle des collections permanentes et la visite de sa dernière exposition en date "Kiki Smith"
et passer les frontières avec la visite virtuelle des collections du Musée Guggenheim de New York

Cinéma :

Ciné-Club at home avec :
"Blue Velvet" de David Lynch
"Casanova" de Federico Fellini
"Les 39 marches" d'Alfred Hitchock
le téléfilm "Paris Best" de Philippe Lioret
et des films récents sortis en DVD :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"Alice et le maire" de Nicolas Pariser
"Noura" de Hinde Boujemaa

Lecture avec :

"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot
et toujours :
"Confession téméraire" de Anita Pittoni
"L'âne mort" de Chawki Amari
"L'archipel des larmes" de Camilla Grebe
"Riposte" de David Albertyn
"Temps noirs" de Thomas Mullen
"Toute la violence des hommes" de Paul Colize
"Une île sur la Volga" de Iwan Lépingle

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=