Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Fancy
Interview  (Paris)  avril 2006

Une tranche de vie débordant de confiture marmeladée, rouge et or, les doigts encore collantes, et aucune envie de s’essuyer les mains.

Fancy c’est un peu ca, et bien plus encore. Un melting pot musical, la guitare pénétrant le public ahuri l’ayant déjà croisé à la Maroquinerie, au Paris Paris ou plus récemment à Bourges. Fancy n’est pas un groupe, plutôt Bombe H dans le style, Nagasaki dans la forme, crossover musical entre T-Rex, les New York Dolls, Chicago, Iron Maiden et indéniablement l’attitude Spinal Tap.

Là où Fancy passe, le son ne repousse pas, écouter "What’s your name again" s’apparente pour les téméraires à une lente plongée dans la cuvette boogie de Mick Ronson se faisant culbuter par Ziggy. Stardust et farewell…

Comme tous les VRAIS artistes, Fancy sont des artistes. Et tombe dans l’écueil si courant des groupes trop modernes, musicalement trop forts, mélodies trop superbes et trop d’intégrité. Trop trop en fait…

Trois ans à tourner, faire monter la sauce, collaborer avec Rinocerose (Jessie le chanteur en lead singer sur le single Bitch de Rino) et plein de "Merci on vous rappellera" de la part des maisons de disque.

Où sont les cochons truffiers, ces producteurs à l’oreille d’or ? Où sont Eddie Barclay, Jacques Wolfsohn? Tous ces gens…Le marketing supplante l’artistique, Fancy fait son trou, l’auditeur tombe raide dingue devant le Glam de ces quatre ovnis venus de Montreuil, France, mais cosmique par l’esprit.

Fancy, l’histoire ?

Jessie (Chant, Keyboards) : Mom, Ramon et moi nous jouons ensemble depuis un bon bout de temps, plusieurs formations ensemble et en 2002 nous nous sommes dit : Nouveau nom, nouvelles compositions, un nouveau manager/producteur et premières dates en 2003.

Et puis il y a eu cet épisode où on a été signé, en Angleterre, et ça nous immobilisé pendant un an. Jusqu'à un moment où ils ont voulu aseptiser notre produit, mais cette période anglaise a vraiment freiné l'ascension, même si on était flatté de signer là bas. Et grâce à la Flèche d'Or qui nous soutient depuis la rentrée 2005, nous revenons sur le devant de la scène.

D'habitude, un groupe sors son premier disque et puis le défend sur scène, vous c'est l'inverse, plutôt paradoxal quand même?

Ramon : Fancy possède une image de groupe live, pour ma part, cela me met un peu la pression, la peur de décevoir, on nous connaît un peu par les maquettes mais notre image forte vient de la scène. Fancy adore la production, une batterie bien produite, une basse bien placée?

Pas envie de commencer par un album live ?

Jessie : MC5 a commencé par un album live, tu vois ca a déjà été fait !

Ramon : Le coté live sera sans doute un peu perdu sur album, grosse pression mais gros challenge !

Des influences dans votre jeu de scène, qui est vraiment extraordinaire ? Je garde en mémoire votre première partie des Infadels, qui en menaient pas large après?La guitare était impressionnante

Jessie : Nan?Moi je trouve que le chanteur est vraiment exceptionnel, en plus il joue de la guitare (Rires). Ecoutes on va être sincère avec toi, non aucun groupe, aucune influence sur le live ! En fait on se mate nos vidéos en boucle, à se dire «putain la tu déchires !» (Re-rires) Oui évidemment, la liste est trop longue, des milliards de trucs, Mom et Ramon sont fans de Queen, moi les Stones, Sly & the Family Stone, Prince?

Ramon : C'est un peu un fourre-tout Fancy, la synthèse de nos passions, du jazz-rock 70' à la soul, le boogie?Le premier album sera le reflet de notre répertoire live, mais sans la reprise que nous faisons souvent sur scène, I'm so excited des Pointer Sisters. Que de l'original.

Dommage pour la reprise.

Ramon : Mais possible sur le prochain album qu'il y ait des surprises. Avec la vraie volonté de s'exprimer et surprendre, aller plus loin que le live.

Vous vous sentez français au bout du compte ?

Jessie : Oui et non? Plutôt non même si c'est prétentieux. Musicalement on a essayé de chanter en francais, mais ca ne passait pas. Même si nous ne sommes pas influencés par la variété française des années 70, comme Diane Tell dont nous sommes tous fans, au même titre qu'AC/DC ! Buzy également, dont je suis énorme fan, cet album, Adrian ?.En fait nous sommes tous d'accord pour enregistrer et signer à l'étranger, c'est exotique et tentant, car ma voix bloque ici?

Ramon : Mais nous ne ferons les fines bouches.

Jessie : Mais je vais te donner une news.. Nous avons pas mal de pistes à l'étranger, en France aussi ca se réveille. Il n'y a pas de label de rêve, juste un label idéal, avec un bon budget et une vraie promo ! Nous n'avons jamais eu de période de désespoir, il y a toujours eu des rebondissements.

Ramon : Mais là nous sommes vraiment impatients quand même, idéalement nous voudrions enregistrer avant la fin de l'année, partir en tournée?.

On parlait de cette voix extraordinaire.. Tu prends de l'hélium ?

Jessie : Justement cette voix, les avis sont partagés, y une histoire de culture, des voix hautes comme ça il y en eu plein avant, de Bon Scott à Stevie Wonder, ça a marché non ?! Et ça apporte quelque chose à notre identité?C'est dans ma tessiture, je suis ténor au départ.

Mom, ton jeu de guitare est proprement hallucinant de toucher et de virtuosité?D'où vient-il ?

Mom : Ca me fait chier d'en parler... J'ai lu plein d'interviews où des gens donnaient leurs références et du coup les gens focalisent la dessus. Je préfère jouer des clins d'?il à tel ou tel guitariste..

Votre coté mystérieux, le coté Androgyne de Mom, la chape de plomb sur votre age, c'est le syndrome Daft ?

Jessie : Au départ on ne voulait pas apparaître, pas qu'on voit nos visages et puis après nous nous a donné la comparaison, à la limite on aurait du faire Dj !

Ramon : Moi euh je mettrai?un bémol.

Jessie : Ramon c'est un peu l'intello du groupe, tout ce qui est beau gosse et intellectuel c'est Ramon..

Ouais mais t'as une nana toi ?

Jessie : Ouais mais j'ai envie de séduire quand même ! Le chanteur il est marrant mais c'est le bassiste le beau mec?

Ramon : Un bémol donc, en disant que c'est plus une astuce pour être plus en avant, faire parler de nous. On a cette culture du mystère, sans prétention.

Oui c'est vrai. Perso c'est le premier Alien de Ridley Scott, où on voit aucun monstre, qui m'a le plus fait peur. Vous avez raison. Bonne route.

 


45T disponible chez Disque Primeur

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Fancy parmi une sélection de singles (février 2007)
La chronique de l'album Kings Of The Worlds de Fancy
La chronique de l'album Fancy Machine de Fancy
Fancy en concert à La Maroquinerie (6 mars 2006)
Fancy en concert à La Boule Noire (11 octobre 2007)
Fancy en concert au Festival des terre-Neuvas Bobital 2008 - Samedi
Fancy en concert au Festival FNAC Indétendances 2008

En savoir plus :
Le site officiel de Fancy
Le Soundcloud de Fancy
Le Facebook de Fancy


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=