Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Peter Von Poehl
Going to see where the tea trees are  (Tot ou Tard)  mai 2006

Aout 2001. Michel Houellebecq transpire. Nous sommes en Espagne. A Benicassim plus précisément. Tournée promo live de Tricatel pour la sortie de Présence Humaine, opus en "talk over" de l'écrivain avec un backing band de rêve.

Burgalat, la première mouture d'AS Dragon, encore bon, et puis il y a ce blond sexy dans le fond. Décochant ses riffs comme un enfant déjà adulte, le contraire peut être, on ne sait plus, un guitariste charismatique intriguant, mèche qui tombe sur les yeux qu'on imagine bleus. Un suédois sans doute. Sur la pelouse, Burgalat doit sûrement parler musique et Bacharach avec deux groupies transies, on imagine Peter seul en backstage, buvant un Red Bull à l'abri des regards indiscrets, pensant à ses accords et ses Ad Lib….

Mai 2005. Les choses ont changés, indéniablement. Peter Von Poehl n'est plus guitariste. Peter est devenu artiste. A part entière avec un premier album créé dans l'indifférence du plus grand nombre, un Going to see where the tea trees are monté comme un buzz avec deux singles qui lentement ont ranimé la flamme, dont ce "Scorpion grass" s'échangeant sous le manteau numérique depuis plusieurs mois déjà. Une guitare reconnaissable entre mille, et cette voix si sensible, minaudée et pure, fragile comme un roc mais solide fine comme du sable d'une plage suédoise qu'on imagine en l'écoutant.

Des ressacs et des marées. Un vague à l'âme se dessine quel que soit l'ordre dans lequel on écoute les pistes. Les batteries filtrées et les arpèges de "Going to see where the tea trees are", chanson éponyme, plongent dans la solitude heureuse. Luxuriance des accords et des arrangements.

Ce disque est il le premier du jeune homme, pour être aussi mature et personnel ? Si référence il devait y avoir, sans doute faudrait-il chercher du coté de Nick Drake, sans doute…Souffrance et douleur, joie et plaisir, se confondent et se bousculent sur "Tooth fairy" , son intro en harmonique, guitares qui se croisent par le subtil jeu du mixage, basse placé à l'avant et ces chœurs angéliques. Une lente ascension vers les cieux grâce à l'ange blond.

De facto, Going to see where the tea trees are est une perle. Rare. Assez rare pour le dire. Construit sur la plupart des titres en mid-tempos avec violons à l'appui, les compositions de ce premier album ne lassent qu'en peu de moment ("The Lottery" et sa tentation World Music), laissant place à de grands espaces et d'envol pop, de "Travelers" et son groove laconique à "A broken skeleton key" et sa tentation disco/ Motown.

Guitares, orgues, cuivres ("Global conspiracy") et saxos. Von Poehl ne recule devant rien pour le voyage, thème récurrent de cet exilé né d'un père suédois et d'une mère allemande, vivant à Paris depuis 1998. Disque des fins de soirées autant que des réveils du dimanche, ceux ou le café chaud s'évapore dans l'air, Going to see where the tea trees are, avec le cor lointain de "Little creatures" en fond sonore.

Un appel à tous les bateaux ayant quitté le port depuis trop longtemps.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album May Day de Peter Von Poehl
La chronique de l'album Sympathetic Magic de Peter Von Poehl
Peter Von Poehl en concert à La Cigale (30 mai 2006)
Peter Von Poehl en concert au Festival Art Rock 2006 (Dimanche)
Peter Von Poehl en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (jeudi)
Peter Von Poehl en concert au Festival Summercase 2008 (Samedi)
Peter Von Poehl en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Peter Von Poehl en concert au Festival FNAC Indétendances 2009
L'interview de Peter Von Poehl (avril 2007)

En savoir plus :

Le site officiel de Peter Von Poehl


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=