Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Peter Von Poehl
Going to see where the tea trees are  (Tot ou Tard)  mai 2006

Aout 2001. Michel Houellebecq transpire. Nous sommes en Espagne. A Benicassim plus précisément. Tournée promo live de Tricatel pour la sortie de Présence Humaine, opus en "talk over" de l'écrivain avec un backing band de rêve.

Burgalat, la première mouture d'AS Dragon, encore bon, et puis il y a ce blond sexy dans le fond. Décochant ses riffs comme un enfant déjà adulte, le contraire peut être, on ne sait plus, un guitariste charismatique intriguant, mèche qui tombe sur les yeux qu'on imagine bleus. Un suédois sans doute. Sur la pelouse, Burgalat doit sûrement parler musique et Bacharach avec deux groupies transies, on imagine Peter seul en backstage, buvant un Red Bull à l'abri des regards indiscrets, pensant à ses accords et ses Ad Lib….

Mai 2005. Les choses ont changés, indéniablement. Peter Von Poehl n'est plus guitariste. Peter est devenu artiste. A part entière avec un premier album créé dans l'indifférence du plus grand nombre, un Going to see where the tea trees are monté comme un buzz avec deux singles qui lentement ont ranimé la flamme, dont ce "Scorpion grass" s'échangeant sous le manteau numérique depuis plusieurs mois déjà. Une guitare reconnaissable entre mille, et cette voix si sensible, minaudée et pure, fragile comme un roc mais solide fine comme du sable d'une plage suédoise qu'on imagine en l'écoutant.

Des ressacs et des marées. Un vague à l'âme se dessine quel que soit l'ordre dans lequel on écoute les pistes. Les batteries filtrées et les arpèges de "Going to see where the tea trees are", chanson éponyme, plongent dans la solitude heureuse. Luxuriance des accords et des arrangements.

Ce disque est il le premier du jeune homme, pour être aussi mature et personnel ? Si référence il devait y avoir, sans doute faudrait-il chercher du coté de Nick Drake, sans doute…Souffrance et douleur, joie et plaisir, se confondent et se bousculent sur "Tooth fairy" , son intro en harmonique, guitares qui se croisent par le subtil jeu du mixage, basse placé à l'avant et ces chœurs angéliques. Une lente ascension vers les cieux grâce à l'ange blond.

De facto, Going to see where the tea trees are est une perle. Rare. Assez rare pour le dire. Construit sur la plupart des titres en mid-tempos avec violons à l'appui, les compositions de ce premier album ne lassent qu'en peu de moment ("The Lottery" et sa tentation World Music), laissant place à de grands espaces et d'envol pop, de "Travelers" et son groove laconique à "A broken skeleton key" et sa tentation disco/ Motown.

Guitares, orgues, cuivres ("Global conspiracy") et saxos. Von Poehl ne recule devant rien pour le voyage, thème récurrent de cet exilé né d'un père suédois et d'une mère allemande, vivant à Paris depuis 1998. Disque des fins de soirées autant que des réveils du dimanche, ceux ou le café chaud s'évapore dans l'air, Going to see where the tea trees are, avec le cor lointain de "Little creatures" en fond sonore.

Un appel à tous les bateaux ayant quitté le port depuis trop longtemps.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album May Day de Peter Von Poehl
La chronique de l'album Sympathetic Magic de Peter Von Poehl
Peter Von Poehl en concert à La Cigale (30 mai 2006)
Peter Von Poehl en concert au Festival Art Rock 2006 (Dimanche)
Peter Von Poehl en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (jeudi)
Peter Von Poehl en concert au Festival Summercase 2008 (Samedi)
Peter Von Poehl en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Peter Von Poehl en concert au Festival FNAC Indétendances 2009
L'interview de Peter Von Poehl (avril 2007)

En savoir plus :

Le site officiel de Peter Von Poehl


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 20 octobre 2019 : De tout, pour Tous

Encore un programme bien chargé et très éclectique au travers de notre sélection culturelle hebdomadaire. Beaucoup à lire, à voir, à écouter... alors ne perdons pas de temps. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Engine of paradise" de Adam Green
"Phantom solids" de Lunt
"Fear of an acoustic planet" de Tahiti 80
"A wonder plante to" de Nilok 4tet & Daniel Zimmermann
"Six strings under" de Eric Legnini
Sarah McCoy et Dom La Nena au Nancy Jazz Pulsation
"Nothin' but" de Flyin' Saucers Gumbo Special
"Comfort zone" de Hugo Lippi
"Hors l'amour" de Jean Felzine
"A ciel ouvert" de Kaori
Rencontre avec Lady Arlette, accompagnée d'une session live et acoustique
"Vinyles, suite" c'est le titre de l'émission #3 de Listen in Bed
"Déluge" c'est le troisième volume des Mix de Listen in Bed
"Hybrid" de Yosta
et toujours :
"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Orouni en session live dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Cirque Leroux - La Nuit du Cerf" au Théâtre Libre
"Un jardin de silence" à La Scala
"Frida jambe de bois" au Théâtre de l'Union à Limoges
"Fleur de peau" au Théâtre Essaion
"Habiter le temps" au Lavoir Moderne Parisien
"Wilde - Chopin" au Théâtre Le Ranelagh
"En ce temps là l'amour..." au Théâtre des Mathurins
"Imposture posthume" au Centre Culturel Suisse
"Fred Tousch - Fée" au Théâtre de Belleville
"Corinne Zarzavatdjian - Un nom à coucher dehors !" au Mélo d'Amélie
des reprises :
"L'Ingénu" au Théâtre Le Lucernaire
"Le Crépuscule" au Théâtre de l'Epée de Bois
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et la chronique des spectacles déjà à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Vampires - De Dracula à Buffy" à la Cinémathèque française

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"Cléopâtre" de Alberto Angela
"Histoire du Canada" de Daniel de Montplaisir
"Je te suivrai en Sibérie" de Irène Frain
"La source de l'amour propre" de Toni Morrison
"Ordinary people" de Diana Evans
"Vik" de Ragnar Jonasson
et toujours :
"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Guerilla, le temps des barbares" de Laurent Obertone
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=