Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Snobs
Beatniks in the USSR  (Autoproduction)  mai 2006

Il y a quelques années, on pouvait encore se demander si les Snobs étaient bien sérieux. Ces deux frères aux pseudonymes cocasses ("Mad rabbit" et "Duck feeling"), qui proposaient en téléchargement gratuit des albums autoproduits ne dépassant pas une demi-heure, poussant la plaisanterie jusqu'à proposer un EP de moins de 5 minutes (Karcher EP, 2005), n'étaient-ils réellement que des plaisantins, qui n'auraient retenu des expérimentations sonic-youthiennes qu'un art subtil de la provocation par l'extrême, où la concision et l'atmosphère angoissante des morceaux le disputent à leur concision ?

Avec l'album précédent, Clean your moustache (2005), on avait pu commencer à en douter, tant il est vrai que les morceaux semblaient s'étoffer, la musique gagner en sérieux.

Avec ce Beatniks in the USSR , il n'y a plus de place pour le doute : sans renier leur univers décalé, leurs sonorités brutes, parfois agressives tant elles sont dissonantes, ni même un certain goût pour la prouesse créative aux allures provocantes de gratuité, les Snobs réussissent à donner à leur répertoire une ampleur que l'on n'osait trop espérer, où l'intéressant et l'expérimental savent faire la place à l'écoutable – au simple sens de l'agréable à écouter.

Les plus puristes, masse indistincte de nihilistes, d'avant-gardistes de premier ordre et de même degré, de dadaïstes survivants et d'élitistes néo-grognon, ces plus puristes-là, peut-être, déploreront que les Snobs aient perdu de leur radicalité, pour flirter même, du côté de la pop music ("Antidote"). Mais si les Snobs s'acoquinent de pop, ce n'est encore que pour la distordre, la massacrer, même, en proposer une version démente, grotesque comme un cauchemar enfiévré. Que l'on songe encore au sort qu'ils font subir à leur "I want you (so)" , dont on pensera certainement qu'il aurait pu être un tube (si…), et l'on verra que si la référence aux Beatles est claire quant au titre, la filiation musicale, elle, n'est rien moins qu'assurée.

Dire que les Snobs se sont assagis serait mensonger. Il semble bien en revanche qu'après avoir expérimenté de façon forcenée, ils aient fini par trouver quelque chose, qu'ils aient dompté leur penchant naturel pour une créativité jubilatoire et débridée, le mettant au service d'une sensibilité qui trouve ainsi enfin à s'exprimer.

En témoigne le dernier titre de l'album, "Brian Jones was shot down by the KGB" . S'étirant sur près de douze minutes, cette composition instrumentale minimaliste aurait très bien pu n'être qu'un pied de nez. Loin de là, on se surprendra à la réécouter, à la repasser dans sa tête, à inventer des images, scènes de films muettes, qui pourraient l'illustrer. Sachant enfin s'apaiser sans pouffer de rire, les Snobs montrent d'eux un nouveau visage qui ne peut qu'enrichir leur propos.

Petit à petit, les Snobs grandissent. Avec toujours la générosité de la gratuité (toute leur discographie est autoproduite et téléchargeable gratuitement sur leur site), ils prennent une ampleur inattendue, plus grande à chaque opus.

Pas de rupture dans leur biographie, mais une croissance continue, en douceur, qui permet de suivre leur cheminement, avec attention, avec délectation, tant il est vrai que chaque nouveau pas de ces enfants terribles du rock indépendant français est émouvant.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Karcher de The Snobs

En savoir plus :

Le site officiel de The Snobs


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=