Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Fabien Martin
Interview  (Studio Little, Paris)  samedi 16 décembre 2023

"Pourquoi le fantasme est-il toujours plus beau que la réalité ?" est une question au coeur de la chanson qui ouvre Je Ne Fais Que Marcher Dans La Montagne de Fabien Martin.

Même s'il est auteur-compositeur-interprète et son propre producteur, Fabien Martin n'est pourtant pas un solitaire. Peut-être quelqu'un qui cherche d'abord la qualité des rapports humains à la quantité, tout comme pour ses disques puisqu'il a fallu attendre cinq ans pour entendre ces nouvelles chansons. Rencontre avec un artisan qui sait à travers ses chansons sublimer le quotidien. Fabien Martin était au Café de la Danse en concert le 9 janvier.

Est-ce que Je Ne Fais Que Marcher Dans La Montagne est un disque d'avant "le monde d'après" ?

Fabien Martin : Je crois que le monde est toujours maintenant et qu'en fait, on trouve toujours des raisons pour dire que le monde a changé. C'est vrai, le monde est tout le temps en train de changer mais en même temps, il est tout le temps en train d'être pareil. Donc je ne crois pas tellement à des césures comme ça. C'est un disque du moment. En tout cas, de mon moment à moi, tel que je l'ai vécu.

Ce sont des chansons qui ont grandi dans un environnement moins urbain que celles de tes précédents albums mais d'un autre côté, on retrouve quand même ton regard, le regard que tu avais sur les disques d'avant.

Fabien Martin : Ces chansons sont un vrai aller-retour entre la ville, la densité de la ville, la folie de la ville, et les sentiers perdus des montagnes où je m'absente, où je vais marcher plusieurs fois me perdre un peu, plusieurs fois par an. Et puis c'est un vrai aller-retour aussi entre mon intime et le monde dans lequel je vis. En fait, mon regard ne cesse de balancer entre les deux.

Quand tu écris ces textes, tu es un peu hors du bruit de la ville. Est-ce que ça t'aide, pour des idées d'arrangement, pour donner de l'ampleur aux chansons ?

Fabien Martin : Je ne peux pas dire que le processus soit toujours le même selon les titres. Mais, en général, c'est une espèce de puzzle. Je trouve à la fois des bribes de mots, de musiques toutes simples, au piano ou à la guitare. Là, pour le coup, c'était plutôt au piano. Et assez vite, je vais avoir une idée de la production parce que pour moi c'est indissociable.

C'est un langage aussi, la production, l'arrangement. La production, c'est un langage au même titre que que le texte ou la musique. Alors il ne doit pas prédominer, mais je sais très bien qu'une chanson peut être tout à fait gâchée. Une belle chanson, une chanson avec un beau texte peut être tout à fait gâchée par un arrangement ou une production qui ne sont pas à la hauteur. Aujourd'hui, on a tout à fait les moyens de faire de belles productions, en tout cas des prods qui correspondent à ce qu'on a envie de faire, mais ça prend énormement de temps.

Certes, tout prend du temps : écrire les textes me prend du temps, écrire une musique me prend un peu moins de temps que les textes. Par contre, travailler la production me prend énormément de temps.

Et c'est un aller-retour permanent. C'est-à-dire que je peux changer une mélodie ou je peux changer les mots en fonction de comment j'ai évolué dans mon processus de production. Donc il n'y a rien qui est figé. Il n'y a pas un texte qui est écrit qui soit figé une fois pour toutes et après je me mets à la production. Ça ne se passe pas comme ça. Ce sont des allers-retours entre ces trois choses-là, la musique, la production et les paroles.

Tu viens de produire l'album de Casagrande. Travailles-tu en tant que producteur pour quelqu'un d'autre de la même façon que tu travailles tes propres compositions ?

Fabien Martin : C'est à la fois différent et et pas différent. C'est-à-dire que quand je travaille pour moi-même, je me sens totalement libre en fait. Je n'ai pas tellement de trucs à à imposer à quelqu'un. Lorsque je travaille avec un autre artiste, je dois plutôt proposer des solutions.

Pour moi, si j'ai envie de faire un truc qui me passe par la tête et que j'estime que c'est n'importe quoi, je le fais quand même. Quand je travaille avec quelqu'un d'autre, je vais m'effacer un petit peu. Je n'ai pas du tout d'orgueil ou d'égo à mettre en jeu. Mon rôle, c'est juste de rendre la chanson le mieux le mieux possible et faire émerger des choses qu'il avait pas envisagé chez l'auteur-compositeur ou l'interprète. C'est ça qui est intéressant. Ce n'est pas uniquement reproduire ce qu'il a envie, ou ce qu'il a en tête. C'est une partie du truc, mais c'est aussi de lui faire découvrir des choses qu'il a en lui et dont il n'est même pas au courant.

Comment as-tu envisagé le passage à la scène, en particulier en raison des arrangements du disque ?

Fabien Martin : Pour l'interprétation, on va être 4 musiciens sur scène, plus des invités. Pas d'ordinateur, pas de boucles, pas de trucs comme ça. On va chercher un son de groupe pour essayer d'être fidèle à l'album. Mais l'important, surtout, c'est de créer du live et du jeu ensemble.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Ever Everest de Fabien Martin
La chronique de l'album Comme un seul homme de Fabien Martin
La chronique de l'album Littoral de Fabien Martin
La chronique de l'album aMour(s) de Fabien Martin
La chronique de l'album Je ne fais que marcher dans la montagne de Fabien Martin
Articles : Fabien Martin - 10 singles "Automne-Hiver" hors commerce gagnés !
Fabien Martin en concert à L'Européen (4 octobre 2004)
Fabien Martin en concert au Café de la Danse (7 mars 2005)
Fabien Martin en concert à La Cigale (26 octobre 2005)
L'interview de Fabien Martin (29 novembre 2004)
L'interview de JP Nataf - Fabien Martin (21 avril 2005)
L'interview de Fabien Martin (8 septembre 2006)
L'interview de Fabien Martin (samedi 18 janvier 2020)

En savoir plus :
Le site officiel de Fabien Martin
Le Soundcloud de Fabien Martin
Le Facebook de Fabien Martin

Crédits photos : Arnaud Kehon


Laurent Coudol         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Fabien Martin and Friends au Studio LITTLE (13 décembre 2023)
Fabien Martin (18 janvier 2020)


# 14 avril 2024 : En avril, de la culture tu suivras le fil

Un peu de soleil, des oiseaux qui chantent, le calme avant la tempête olympique. En attendant, cultivons-nous plutôt que de sauter dans la Seine. Pensez à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Kit de survie en milieu hostile" de Betrand Betsch
"Let the monster fall" de Thomas de Pourquery
"Etat sauvage" de Chaton Laveur
"Embers of protest" de Burning Heads
"Sin miedo" de Chu Chi Cha
"Louis Beydts : Mélodies & songs" de Cyrille Dubois & Tristan Raës
"Arnold Schönberg : Pierrot lunaire" de Jessica Martin Maresco, Ensemble Op.Cit & Guillaume Bourgogne
"C'est pas Blanche-neige ni Cendrillon" de Madame Robert
"Brothers and sisters" de Michelle David & True Tones
"Prokofiev" de Nikita Mndoyants
"Alas" de Patrick Langot, Alexis Cardenas, Orchestre de Lutetia & Alejandro Sandler
"Symptom of decline" de The Black Enderkid
"Tigers blood" de Waxahatchee
"Not good enough" de Wizard
et toujours :
"Le carnajazz des animaux" de Dal Sasso Big Band"
"Deep in denial" de Down To The Wire
"Eden beach club" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Ailleurs" de Lucie Folch
"Ultrasound" de Palace
quelques clips en vrac : Pales, Sweet Needles, Soviet Suprem, Mazingo
"Songez" de Sophie Cantier
"Bella faccia" de Terestesa
"Session de rattrapage #5", 26eme épisode de notre podcast Le Morceau Cach

Au théâtre

les nouveautés :
Notes de départs" au Théâtre Poche Montparnasse
"Les chatouilles" au Théâtre de l'Atelier
et toujours :
"Come Bach" au Théâtre Le Lucernaire
"Enfance" au Théâtre Poche Montparnasse
"Lîle des esclaves" au Théâtre Le Lucernaire
"La forme des choses" au Théâtre La Flèche
"Partie" au Théâtre Silvia Monfort
"Punk.e.s" Au Théâtre La Scala
"Hedwig and the angry inch" au théâtre La Scala
"Je voudrais pas crever avant d'avoir connu" au Théâtre Essaïon
"Les crabes" au Théâtre La Scala
"Gosse de riche" au Théâtre Athénée Louis Jouvet
"L'abolition des privilèges" au Théâtre 13
"Lisbeth's" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Music hall Colette" au Théâtre Tristan Bernard
"Pauline & Carton" au Théâtre La Scala
"Rebota rebota y en tu cara explota" au Théâtre de la Bastille
"Une vie" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Le papier peint jaune" au Théâtre de La Reine Blanche
des reprises :
"Macbeth" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Une exposition à la Halle Saint Pierre : "L'esprit Singulier"

Du cinéma avec :

"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
zt toujours :
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

et toujours :
"L'innondation" de Igor Miniaev
"Laissez-moi" de Maxime Rappaz
"Le jeu de la Reine" de Karim Ainouz
"El Bola" de Achero Manas qui ressort en salle
"Blue giant" de Yuzuru Tachikawa
"Alice (1988)" de Jan Svankmajer
 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
et toujours :
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=