Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Jack The Ripper - Cabwaylingo
Le Poste à Galène  (Marseille)  19 mai 2006

Quelques heures plus tôt, en songeant au concert à venir, me demandant qui en assurerait la première partie, je me souviens très clairement m'être dit, comme je dois me dire souvent, ces jours de concerts aux premières parties inconnues, que ces prestations préliminaires ne m'avaient pas souvent enchanté – jamais de bonne surprise, trop rarement, en tout cas ; rien d'impérissable, de bonnes introductions, à la rigueur, des chauffeurs de salles méritants, besogneux et parfois même prometteurs ; mais rien de véritablement marquant non plus.

Lorsque j'ai vu monter sur scène un jeune homme brun et sombre, sorte de demi sosie de Nick Cave, portant t-shirt large et informe, avec une élégance faite de cette fausse nonchalance que seuls maîtrisent réellement les roadies les plus aguerris, j'ai même cru qu'il s'agissait d'un technicien de plus, venu faire le dernier branchement avant ce début de concert qui, dans un Poste à Galène plein à craquer, commençait à se faire attendre.

Visiblement ému, visage tendu, vaguement tremblotant, c'était pourtant bien Cabwaylingo qui venait de monter sur scène. Un mot de bienvenue, un regard aux techniciens, les vrais, derrière leur console, la musique d'ambiance s'arrête. Seul à la guitare, Cabwaylingo se lance dans la difficile tâche de défendre en solitaire une sensibilité rock romantique tendance jeff buckleyenne – et s'en sort divinement bien.

L'homme a une voix, douce, puissante, sincère, qui porte à merveille, avec beaucoup d'expressivité, des compositions anglophonées douces-amères, pleines d'une jolie souffrance retenue, de démons domestiques, de la plus pure peine infinie, bref, de chagrins d'amours et de larmes joyeuses – dans la plus pure tradition d'un rock venu du blues qui sait parler de ses malheurs sans s'apitoyer sur soi ; sans confondre, donc, sensibilité et sensiblerie. Il s'en sort si bien, à vrai dire, qu'avant même la fin du premier titre je me dis que dans pas si longtemps c'est lui que je viendrais voir en concert.

Autour de moi, sur les visages, dans les regards des spectateurs, dans les petites phrases qu'ils s'échangent, je trouve de quoi me confirmer dans l'impression d'assister à la naissance d'un grand – je pense à Buckley fils, encore, du temps où il lui restait à se faire un prénom. Mais Cabwaylingo ne sera pas facile à suivre : pas de disque à vendre, pas de site, pas de matériel de promo, rien. Cabwaylingo, c'est juste un guitariste, des chansons, à peine un groupe, d'ailleurs, tant il a expédié les présentations rapidement, articulant à peine son nom, simple formalité.

L'essentiel n'est pas là. A chaque titre les applaudissements, les bravos se font plus forts, les bavardages d'avant concert se taisent un peu plus, le chanteur se détend, ses interprétations se libèrent et s'il chancelle encore sur scène ce n'est pas par timidité, mais saisi par quelque vertige intérieur, tout entier prostré sur la force de ses émotions, concentré, tendu, pour nous les faire goûter.

Cabwaylingo triomphe ce soir, en toute modestie, réussissant à partager l'intimité de son rock avec un public d'amateurs de musique aussi blasés que moi, ayant de longue date désespéré des premières parties - bien à tort, il faut le reconnaître. CQFD.

Après un court set de 5 ou 6 chansons à peine, Cabwaylingo sort. Changement de scène rapide - juste le temps de se dire que l'on aurait aimer quelques chansons de plus. Entrent les Jack The Ripper, à la file, sept gaillards, allures simples, élégance quelque peu surannée qui rappelle déjà les Bad Seeds auxquels on les compare si souvent, dandys sombres, avec un zeste de décadence pour égayer leur austérité.

N'ayant découvert le groupe qu'avec le troisième album, Ladies First (Village Vert, octobre 2005), je n'avais pas encore eu l'occasion de les voir sur scène.Et les quelques photos que j'avais pu trouver étaient loin de rendre toute la fièvre du regard du chanteur, son extrême agitation, sa très grande angoisse. Cet homme-là réussit le tour de force de n'être pas moins noir que ses chansons - condition nécessaire pour qu'elles lui aillent comme un gant - le gant de l'étrangleur, de l'éventreur, de l'assassin.

Rapidement, sans se perdre dans de bavards intermèdes, les titres s'enchaînent, Jack the Ripper monte sur scène son cabaret rock grinçant, avec autant de talent que sur ses excellents albums, la chaleur et la sueur en plus. Avec une complicité agréable à voir, les musiciens organisent autour du chanteur un ballet tranquille, passant d'un instrument à l'autre, sortant et rentrant de scène, se tenant sur les côtés – et lui, en véritable maître de cérémonie, les yeux rapaces, les mains tantôt crochues tantôt caressantes, passe d'un rôle à l'autre, change de voix, fume, se penche hors de scène, s'allonge dans les bras du premier rang du public, s'égare, visiblement, dans les méandres de ses histoires, perd pied comme on perd son sang froid, se jette au sol, se relève, crie, esquisse quelques pas de danse, prend la guitare sur "Son of…", fait tournoyer son micro, captive, en tout cas, l'auditoire, conteur et acteur, cascadeur trébuchant dans sa propre noirceur.

A voir l'énergie déployée sur scène, cette absence de toute concession dans l'interprétation, le refus de toute économie, on comprend que le groupe ait été forcé d'interrompre sa tournée en mars dernier pour prendre un peu de repos.

Quant aux morceaux eux-mêmes, si le dernier album est majoritairement représenté, The book of lies (Village Vert, septembre 2001) et I'm coming (Village Vert, mars 2003), les deux opus précédents, ne sont pas délaissés, loin de là.

On mentionnera notamment une version rageuse de "Party Dowtown" et une interprétation particulièrement inspirée de "The assassin", le chanteur se jetant soudainement sur une femme, la femme, certainement, égarée dans le public, au fond de la salle, l'assistance saisie, hébété, effrayée, ne pouvant alors qu'assister, médusée, au meurtre.

Et si le groupe ne reprend plus le "Mercy seat" de Nick Cave, qui m'aurait pourtant fait trembler, il nous a tout de même gratifié du plus sage mais néanmoins tout aussi jubilatoire "First we take Manhattan" de Leonard Cohen, dans une orchestration plutôt rock et remontée.

Quand le concert finit par s'achever, tout le monde est épuisé, tant la prestation fut intense. La salle se vide assez rapidement - chercher dans la rue un peu d'air frais, un peu d'air, tout simplement, aérer la carcasse épuisée. Le groupe est là, détendu, heureux, léger. Il est minuit, étrangement. Je n'aurais pas su le dire. Une bonne heure pour quitter Jack the Ripper.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album I'm Coming de Jack the Ripper
La chronique de l'album Ladies first de Jack the Ripper
Jack The Ripper en concert à L'Européen (12 juin 2003)
Jack The Ripper en concert à La Clef (14 novembre 2003)
Jack The Ripper en concert à l'Elysée Montmartre (9 juin 2004)
Jack The Ripper en concert au Trianon (1er février 2006)
Jack The Ripper en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (dimanche)
Jack The Ripper en concert au Festival FNAC Indétendances 2006
Jack The Ripper en concert à Passagers du Zinc (6 octobre 2006)
L'interview de Jack the ripper (10 avril 2003)
L'interview de Jack the ripper (13 novembre 2003)
L'interview de Jack the Ripper (13 octobre 2005)
L'interview de Jack The Ripper (30 avril 2006)
La chronique de l'album Sad songs for ordinary happiness de Cabwaylingo

En savoir plus :

Le site officiel de Jack the ripper

Crédits photos : Cédric Chort (plus de photos sur Taste of indie)


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=