Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Ariane Moffatt
Le coeur dans la tête  (Labels / EMI)  mai 2006

Ses premiers mots lors de son concert à l'Européen furent "Je suis Ariane Moffatt et je fais partie de la nouvelle livraison de chanteuses québécoises en France".

Provocation ou lucidité ? Le fait est qu'elle a bougrement raison. Les québécoises sont partout.

Pourtant, ce ne sont pas les artistes qui manquent en France, bien au contraire, simplement on préfère les laisser au placard au détriment de chanteuses plus exotiques tout en étant parfaitement compréhensible (du moins quand elles chantent - encore que pas toujours - puisqu'il est de mise d'importer de la québécoise au nom de la sempiternelle culture francophone, sûrement ce que l'on appelle désormais l'immigration choisie ?).

La québécoise donc, fait recette en France. Et c'est cette recette qu'applique bien entendu la jeune Ariane Moffatt.

Textes simples tout d'abord. Petites histoires de tous les jours, si possible en rapport direct avec l'affect, les sentiments, le bien être. Tout y passe, nostalgie de son Montréal, petite maison dans la prairie, la famille, l'amour fleur bleue. C'est bien simple on se croirait en train d'écouter Bridget Jones chanter !

Musicalement c'est aussi plutôt zen, agréable, avec quelques petits arrangements électro doucereux mêler à quelques guitares bien peignées.

Ariane Moffatt à la chance de ne pas faire partie de ces québécoises à grande gueule. Elle se situe plutôt dans un registre intimiste et folk que l'on pourrait comparer à celui de notre Pauline Croze nationale (quand je vous le disais qu'on a les mêmes à la maison) comme sur "Farine 5 roses" et cette voix à la limite de la soul.

Cela dit, ce "Cœur dans la tête" (Morrissey disait qu'on avait le cerveau entre les jambes, cela commence à faire une sacrée gymnastique tout ça !) contient quelques beaux moments. "Combustion lente" est un de ceux là. Une électro minimaliste élégante sur lequel le texte n'est que prétexte au rythme.

"Se perdre" garde cette ligne électro renforcé par la guitare et un rappeur vient se greffer un peu comme un cheveu sur la soupe. L'ensemble reste tout de même interessant avec un côté Emilie Simon agréable.

"Le cœur dans la tête" et ses pseudos riff rock commence pourtant à gâcher le joli tableau et "Montréal" déçoit franchement par rapport au début d'album avec un reggae franchement léger et un texte "tranche de vie" fort peu original nous racontant l'incroyable histoire d' Ariane dans un aéroport en attendant l'avion pour Montréal. Les riffs de "Retourne chez elle" flirtent avec les sons déjà entendus chez M ("parrain" de Ariane d'ailleurs, ah bon ? tiens quelle curieuse coincidence !).

Visiblement à l'aise dans un registre électro folk on regrette presque que ce "Cœur dans la tête" se veuille trop éclectique et cherche à s'adresser à un public trop large. Une fois n'est pas coutume mais on se prend à rêver d'un album de remixes de ces 11 chansons… et pourquoi pas par Ariane elle-même ?

D'ici là on réécoutera "Combustion lente", "Se Perdre", "Farine 5 roses" ou l'anglophone et audacieux "Will you follow me" jazzy en prenant soin d'éviter "Imparfait" par exemple, tout droit sorti d'une comédie musicale … québécoise !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album MA Remix de Ariane Moffatt
Ariane Moffatt en concert à L'Européen (19 mai 2006)

En savoir plus :

Le site officiel d'Ariane Moffat


David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=