Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Grandaddy
Just like the family cat  (V2)  mai 2006

La parution d'un nouvel album de Grandaddy est toujours un moment attendu. Et celui là davantage encore, car il marque la fin de ce groupe qui, en 14 ans, a su tranquillement imprimer son empreinte dans le monde rock indé US.

Annoncée officiellement en début d'année, la dissolution du groupe Grandaddy intervient au moment de la parution de leur cinquième album Just Like The Fambly Cat. Une lassitude de la vie en groupe et de ses contraintes ainsi que des problèmes financiers seraient les raisons de cette séparation.

Ainsi, et, puisque la décision avait été officieusement prise aux trois quarts des sessions d'enregistrement, cet opus a pratiquement valeur d'album posthume, véritable chant du cygne du groupe.

Du coup on en attendait beaucoup, trop peut-être. L'album ne déçoit pas intrinsèquement et il marque même, après le beau mais quelque peu plat opus précédent Sumday, un retour plutôt heureux vers l'éclectisme des débuts. Mais Grandaddy fait du Grandaddy et le problème est justement là. Ce qui nous enthousiasmait lors des premiers albums nous lasse peu à peu.

Mené par Jason Lytle, le quintet avait su imposer, dès ses débuts, un style propre, mélange de folk, rock et de bidouillages électroniques. Avec leur deuxième album Under the western freeway, les californiens avaient démontré un sens mélodique et un éclectisme qui s'était affiné et canalisé dans The sophtware slump, qui reste à ce jour leur meilleur album.

Dans Just Like The Fambly Cat, les qualités mélodiques sont toujours là et le chant de Jason irrémédiablement sur le fil. Des arrangements peaufinés et complexes, mais toujours accessibles, aux bidouillages électroniques et autres synthés déglingués, Grandaddy donne à voir son univers.

Et puisque cet album fait office de conclusion on y retrouve une variété qui faisait défaut à l'album précédent.

L'album s'ouvre sur "What happened", un instrumental piano accompagné de voix enfantine (symbole de pureté pour Jason !?) il faut bien dire un peu déconcertant. Mais le morceau suivant, "Jeez Louise" remet les choses à leur place et impose un rythme rock aux guitares saturées, ce qui est de la meilleure augure.

Ensuite, variant les plaisirs, suivent des ballades pop ("Summer it's gone", "Where I'm anymore") qui tirent parfois sur le folk ("Guide Down Denied", "Campershell Dreams") et des instrumentaux (pas vraiment utiles !) ("Oxygen - Aus send", "Skateboarding saves me twice"). Et alors que la pop s'énerve ("Rear new mirror") pour flirter avec les limites du punk (50%), l'aérien et le bidouillage ("The animal world") refait surface.

"Shangri-la outra" qui termine l'album est un véritable chant d'adieu où la voix, pleine de lyrisme, de Jason est immergée dans la musique. Il s'agit en fait d'une reprise d'Electric Light Orchestra, influence incontestable du leader du groupe. Le sens de la chanson a été détourné et il conclut sa chanson (et donc l'album, et donc l'aventure Grandaddy ... ce qui fait pas mal de choses !) sur ces paroles empreintes nostalgie (ou pas !) : "I never return to Shangri-La"*.

Un album inventaire donc, qui s'inscrivant dans une continuité (de haut niveau) ne réinvente pas leur style, mais continue d'exploiter le filon. Un disque cependant indispensable pour les amateurs du groupe, et une bonne entrée en matière pour les autres.

Souhaitons cependant que Jason Lytle, qui au passage a laissé tomber la barbe (sûrement signe d'un nouveau départ, cf. "la psychologie pour les nuls"), réussisse à s'extirper de son carcan musical et mette son immense talent pour évoluer, on n'en doute pas, dans sa très prochaine carrière solo.

* Shangri-La est le nom d'un lieu imaginaire décrit dans le roman "Horizons perdus" écrit par James Hilton en 1933 . On parle dans ce livre d'un lieu fermé aux extrémités occidentales de l'Himalaya et dans lequel l'on voit de merveilleux paysages, le temps est détendu dans une atmosphère de paix et tranquillité.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Sumday de Grandaddy
La chronique de l'album Below the radio de Grandaddy
La chronique de l'album Last Place de Grandaddy
Grandaddy en concert au Café de la Danse (18 juin 2003)
Grandaddy en concert à Ninkasi (5 décembre 2003)
Grandaddy en concert au Festival Rock en Seine 2012 - Programmation du dimanche

En savoir plus :
Le site officiel de Grandaddy
Le Bandcamp de Grandaddy
Le Soundcloud de Grandaddy
Le Facebook de Grandaddy


Big Ben         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 8 décembre 2019 : Et si Noël n'avait pas lieu ?

Grève générale, transports bloqués, morosité ambiante, réchauffement climatique... Et si cette année Noël n'avait pas lieu ? Quoi qu'il en soit vous aurez largement de quoi vous réjouir avec notre proposition de découvertes culturelles hebdomadaires dès maintenant. Par ailleurs, suivez notre facebook pour gagner des places pour le concert de She Owl.

Du côté de la musique :

"The undivided five" de A Winged Victory for the Sullen
Rencontre avec Lofofora autour de leur album "Vanités"
"Fly fly" de Céline Bonacina
"Romantic sketches" de Fred Perreard Trio
"Not married anymore" de Hasse Poulsen
"Enfer et paradis" de Les Nus
"Une certaine urgence", émission #6 de notre podcast Listen In Bed
"De temps et de vents" de Bodh'aktan
"Building site" de Mata Hari
"Gréty : Raoul Barbe Bleue" de Orkester Nord, Martin Wahlberg
et toujours :
"D'où vient le nord" de Francoeur
"Other side effects" de Lion Says
"Black Cofvefe" 5eme volume des mixes en podcast de Listen in Bed
"Santa Maria Remix" de Carmen Maria Vega
"Paganini, Schubert" de Vilde Frang & Michail Lifits
"I don't want to play the victim, But i'm really good at it" de Love Fame Tragedy
"Little ghost" de Moonchild
"Los Angeles" de Octave Noire
"A blemish in the great light" de Half Moon Run
"Older" de Quintana Dead Blues eXperience
"C'est pas des manières" de The Glossy Sisters
"Zimmer" de Zimmer

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Architecture" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Elvira" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"New Magic People" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"A" à la Scène Parisienne
"Deux amoureux à Paris" au Studio Hébertot
"Nobody is perfect" à la Scène Parisienne
des reprises :
"Allers-Retours" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Portrait de Ludmilla en Nina Simone" au Théâtre des Abbesses
"Métropole" au Théâtre de la Reine Blanche
"Chambre noire" au Monfort Théâtre
et la chronique des spectacles à l'affiche en décembre

Expositions avec :

"Marche et démarche - Une histoire de la chaussure" au Musée des Arts Décoratifs
"Helena Rubinstein - La Collection de Madame" au Musée du Quai Branly

Cinéma avec :

Les nouveautés de la semaine :
"La Vie invisible d'Euridice Gusmao" de Avénarius d’Ardronville
"Le Roi d'Ici" de Karim Aïnouz
Oldies but Goodies avec "Kanal" de Andrzej Wajda
et la chronique des films sortis en novembre

Lecture avec :

"Au plus près" de Anneli Furmark & Monika Steinholm
"Evolution " de Marc Elsberg
"L'amexique au pied du mur" de Clément Brault & Romain Houeix
"Rien que pour moi" de J.L. Butler
"Secret de polichinelle" de Yonatan Sagiv
et toujours :
"Le chant du bouc" de Carmen Maria Vega
"La tempête qui vient" de James Ellroy
"Le crime de Blacourt" de Daphné Guillemette
"Pas de répit pour la reine" de Frédéric Lenormand
"Stalingrad" de Antony Beevor
"Un peu, beaucoup, passionnément, à la folie, pas du tout" de Alice Munro

Froggeek's Delight :

"Oculus Quest" Le casque de réalité virtuel autonome

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=