Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Music Hall Colette
Théâtre Tristan Bernard  (Paris)  mars 2024

One woman show écrit par Cléo Sénia et Alexandre Zambeaux, mis en scène par Léa Bréhan avec Cléo Sénia

Tandis que sur le rideau de fils qui sert d'écran est diffusé le film d'archive en noir et blanc des obsèques nationales de Sidonie-Gabrielle Colette dite Colette, Cléo Sénia telle une meneuse de revue vient présenter cet hommage à cette grande dame de la littérature dans ce "Music-Hall Colette" qu'elle annonce "librement inspiré de sa vie".

Et voilà le spectateur projeté immédiatement dans la maison d'enfance de Sidonie à Saint-Sauveur-en-Puisaye en Bourgogne à la fin du XIXème siècle. Un havre de paix où elle goûtera l'appel de la nature sur les conseils de sa mère qui lui en montrera tous ses trésors.

Mais la famille excentrique, bientôt ruinée, devra déménager et quitter la maison familiale. Ce sera un traumatisme important pour Sidonie-Colette qui ne s'en remettra pas facilement.

A Paris, où elle a d'abord du mal à se plaire, elle fera la connaissance d'Henry Gauthier- Villars surnommé Willy, auteur et éditeur qu'elle épousera et qui lui fera découvrir le monde littéraire et musical mais pas seulement...

Celui-ci, voyant ses dons d'écriture qu'elle n'a jamais cultivés, lui conseille de raconter son enfance et Colette crée ainsi le personnage de Claudine, co-signé par son mari à qui elle sert de prête-plume.

Elle connaîtra une ascension fulgurante et sa faculté à observer et décrire les choses de façon poétique ainsi que son style impertinent en feront rapidement la coqueluche du tout-Paris de la Belle époque.

Avec ce spectacle qu'elle a co-écrit avec Alexandre Zambeaux, Cléo Sénia propose une rétrospective à la fois ludique et moderne sur une des plus grandes femmes de lettre de la littérature française (qui présidera même l'Académie Goncourt à la fin de sa vie) mais aussi journaliste et artiste de music-hall à la réputation sulfureuse.

Avec une extraordinaire inventivité et des bulles de joie pure, s'appuyant sur la scénographie de Marie Hervé, le travail vidéo de Julien Dubois, les chansons d'Hervé Devolder ou les lumières de Denis Koransky, Léna Bréban signe une mise en scène en tout point magnifique.

Que ce soit les costumes superbes d'Alice Touvet, les chorégraphies inspirées de Jean-Marc Hoolbecq ou la musique et la composition sonore brillantes de Victor Belin et Raphaël Aucler, tout concourt à la grande qualité de cet original biopic.

Quant à Cléo Sénia, telle une tornade, terriblement attachante et drôle, elle est impressionnante d'aisance et d'énergie dans ce feu d'artifice. Quel plaisir de l'admirer dans toute l'étendue de son talent tant celui-ci est immense...

Avec malice, sensualité et émotion, elle donne corps à la vie de Colette. En vraie artiste de music-hall, elle sait tout faire : chanter, jouer la comédie, danser et mène avec un tempérament de feu (ses "whouhou !" sont définitivement irrésistibles) cet hommage à cette femme qu'elle admire et on le comprend, toutes deux ayant en commun un caractère bien trempé et une intarissable soif de liberté.

A travers le parcours de la grande femme de lettre, son âme irrévérencieuse et sa quête d'absolu à la recherche du bonheur de son enfance, Cléo Sénia, merveilleusement accompagnée par Léna Bréban, propose avec une générosité totale un spectacle kaléidoscopique surprenant, émouvant et terriblement beau qui parle aussi d'une artiste d'aujourd'hui.

Une merveilleuse ode à la vie !


 

Nicolas Arnstam         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 14 avril 2024 : En avril, de la culture tu suivras le fil

Un peu de soleil, des oiseaux qui chantent, le calme avant la tempête olympique. En attendant, cultivons-nous plutôt que de sauter dans la Seine. Pensez à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Kit de survie en milieu hostile" de Betrand Betsch
"Let the monster fall" de Thomas de Pourquery
"Etat sauvage" de Chaton Laveur
"Embers of protest" de Burning Heads
"Sin miedo" de Chu Chi Cha
"Louis Beydts : Mélodies & songs" de Cyrille Dubois & Tristan Raës
"Arnold Schönberg : Pierrot lunaire" de Jessica Martin Maresco, Ensemble Op.Cit & Guillaume Bourgogne
"C'est pas Blanche-neige ni Cendrillon" de Madame Robert
"Brothers and sisters" de Michelle David & True Tones
"Prokofiev" de Nikita Mndoyants
"Alas" de Patrick Langot, Alexis Cardenas, Orchestre de Lutetia & Alejandro Sandler
"Symptom of decline" de The Black Enderkid
"Tigers blood" de Waxahatchee
"Not good enough" de Wizard
et toujours :
"Le carnajazz des animaux" de Dal Sasso Big Band"
"Deep in denial" de Down To The Wire
"Eden beach club" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Ailleurs" de Lucie Folch
"Ultrasound" de Palace
quelques clips en vrac : Pales, Sweet Needles, Soviet Suprem, Mazingo
"Songez" de Sophie Cantier
"Bella faccia" de Terestesa
"Session de rattrapage #5", 26eme épisode de notre podcast Le Morceau Cach

Au théâtre

les nouveautés :
"Tant que nos coeurs flamboient" au Théâtre Essaïon
Notes de départs" au Théâtre Poche Montparnasse
"Les chatouilles" au Théâtre de l'Atelier
et toujours :
"Come Bach" au Théâtre Le Lucernaire
"Enfance" au Théâtre Poche Montparnasse
"Lîle des esclaves" au Théâtre Le Lucernaire
"La forme des choses" au Théâtre La Flèche
"Partie" au Théâtre Silvia Monfort
"Punk.e.s" Au Théâtre La Scala
"Hedwig and the angry inch" au théâtre La Scala
"Je voudrais pas crever avant d'avoir connu" au Théâtre Essaïon
"Les crabes" au Théâtre La Scala
"Gosse de riche" au Théâtre Athénée Louis Jouvet
"L'abolition des privilèges" au Théâtre 13
"Lisbeth's" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Music hall Colette" au Théâtre Tristan Bernard
"Pauline & Carton" au Théâtre La Scala
"Rebota rebota y en tu cara explota" au Théâtre de la Bastille
"Une vie" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Le papier peint jaune" au Théâtre de La Reine Blanche
des reprises :
"Macbeth" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Une exposition à la Halle Saint Pierre : "L'esprit Singulier"

Du cinéma avec :

"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
zt toujours :
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

et toujours :
"L'innondation" de Igor Miniaev
"Laissez-moi" de Maxime Rappaz
"Le jeu de la Reine" de Karim Ainouz
"El Bola" de Achero Manas qui ressort en salle
"Blue giant" de Yuzuru Tachikawa
"Alice (1988)" de Jan Svankmajer
 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
et toujours :
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=