Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Roqya
Saïd Belktibia  (mai 2024) 

Réalisé par Saïd Belktibia. Comédie. 1 heure et 18 minutes. Sortie le 8 mai 2024. Avec Golfshifteh Farahani, Jérémy Ferrari, Amine Zariouhi, Denis Lavant, Issaka Sawadogo.

On dit souvent que les films qui sortent pendant qu'à lieu le Festival de Cannes seront sacrifiés parce qu'on ne parlera dans le landernau médiatique que des "chefs-d'œuvre" qui auront eu droit au strass et aux paillettes. Alors, on suppose que les sorties des deux semaines sont des "rebuts", des films perdus d'avance qu'on va sortir en catimini en profitant que la lumière surchauffée des projecteurs est sur la Croisette.

Ces a priori sont en général faux et cette année, c'est particulièrement vrai où l'on pourra aller voir des films de genre très pêchus, très imaginatifs  tels La Morsure, film français avec vampires pré-soixante-huitard, When Evil Lurks, film d'horreur dans la pampa argentine malgré son affreux titre anglais, Reines, un thriller marocain plein d'aventurières mal embouchées et Roqya.

On a choisi "Roqya" de Saïd Belktibia parce qu'il émane d'un néo-réalisateur qui ne fait pas du cinéma pour le simple plaisir de montrer qu'il sait filmer. On n'a pas encore vu les "merveilles" cannoises, mais on se dit que "Roqya" aurait pu avoir sa place dans la sélection française, à l'instar, il y a quelques années, de "Titane" de Julia Ducournau. On a l'impression que le rouleau-compresseur conformiste cannois a repris la route et qu'on ne voudrait plus qu'un film dans la mouvance des "Misérables" de Ladj Ly y obtienne une "grosse récompense".

Saïd Belktibia se contentera donc d'avoir donné un de ses meilleurs rôles à Golfshifteh Farahani et d'avoir tourné un film puissant sur la banlieue française sans jamais être passé par les poncifs attendus. Cela vaut toutes les récompenses de la terre.

Nour est une femme qui se débrouille et qui est dans les embrouilles. Pour vivre, cette banlieusarde fait le trafic d'animaux exotiques qu'elle utilise pour fabriquer des poudres de perlimpinpin chargées de guérir des gens qui ignorent ce qu'est une carte vitale.  Chez elle, un écologiste s'évanouirait tant elle empile dans son appartement les spécimen rares qu'elle ramène clandestinement d'Afrique. Dans ce personnage haut en couleur, vivant de la crédulité de ses voisins croyant aux fétiches , aux djinns, aux possédés, Golfshifteh Farahani s'en donne à cœur joie. Elle doit tchatcher pour tout : vendre ses breuvages, pratiquer de la magie très noire comme essayer de récupérer son fils confié à son mari tant elle ne paraît pas digne de confiance. Elle sent le souffre et a du souffle... 

Saïd Belktibia va transformer son cadre de survie en parcours du combattant. Des caves au sommet des tours, le moindre espace de sa cité  sera bientôt pour elle l'occasion d'escalades périlleuses, de cascades improbables qu'elle fera elle-même.

On ne savait pas qu'il y avait du Bébel dans cette Iranienne impertinente qui traverse d'ordinaire le cinéma occidental avec douceur et mélancolie. Ici, après un exorcisme qui tourne mal, une séquence avec un Denis Lavant qui pourrait s'appeler Antonin Artaud ou Lon Chaney, elle devient pour tout le monde, c'est-à-dire toutes les ethnies réunies dans ce grand ensemble, la femme libre à abattre et l'incarnation moderne de la sorcière sans scrupules et sans autres croyances que les espèces sonnantes et trébuchantes. Le mot "Rokya" fait d'ailleurs référence aux pratiques occultes et charlatanesques dont elle a, il faut le reconnaître, abusés...

Bouc-émissaire de toutes les rancœurs et de toutes les peurs, elle n'est pas particulièrement sympathique. Elle le redevient peu à peu, en s'acharnant dans une fuite qui paraît illusoire pour se sauver de l'hystérie générale et pour se rapprocher d' un fils pas très convaincu au départ de ses bonnes intentions...

Saïd Belktibia se réclame de l'influence du cinéma d'action coréen. Du coup, sa banlieue baroque baignant dans un climat fantastique est bien éloignée de celle qu'on dessine habituellement. On y sent de la vie, de la passion, de l'exubérance. On est loin de la description policière d'une cité qui valut une palme d'Or à Jacques Audiard.

On lui saura gré d'avoir mis en avant un personnage féminin aussi fort et contradictoire que celui de Nour et d'avoir donné à Golfshifteh Farahani l'occasion de prouver qu'elle pourrait être l'avenir du cinéma français si celui-ci préfère la voir en sorcière de banlieue plutôt qu'en porte-manteau chic pour tapis rouge.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 19 mai 2024 : Le plein de news avant l'été

L'été approche et avec lui la pénurie de sorties en tout genre mais d'ici là, on fait le plein !.
Pensez aussi à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Amour noir" de Bad Juice
"Session" de Bruit d'Avril
"Tonight will only make me love you more" de Caesaria
"What the thunder said" de Elysian Fields
"Une vie cool" de Matt Low
MATW, Soft Michel, Sun, Sunshade, Seppuku, Servo et Dye Crap à découvrir
"The Lake" de Morgane Imbeaud
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"London tropical" de Space Alligators
"Slydee" de Sylvain Daniel
"Nos chansons préférées de WHY" c'est le 30ème épisode du Morceau Caché
et toujours :
"Following the sun" de Alexis Valet
"Batist & the 73'" de Batist & The 73'
"El magnifico" de Ed Harcourt
"Big anonymous" de El Perro Del Mar
Petit coup d'oeil sur le Festival Paysage Pop #2
"Until now" de Gabriel Pierre
"A kingdom in a cul-de-sac" de Ha The Unclear
"Dysphorie" de Intrusive Thoughts
"Family affair" de Kokopeli
"La balade sauvage" de Nicolas Paugam
"Korzéam" de Thibaut Wolf
"Folk tales of today" de Two Magnets

Au théâtre :

les nouveautés :

"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

"L'affaire Rosalind Franklin" au Théâtre de la Reine Blanche
"Un mari idéal" au Théâtre Clavel
"Chère insaisissable" au Théâtre Le Lucernaire
"La loi du marcheur" au Théâtre de la Bastille
"Le jeu des ombres" au Théâtre des Bouffes du Nord
et toujours :
"Capharnaüm, poème théâtral" au Théâtre de la Cité Internationale
"Jean Baptiste, Madeleine, Armande et les autres" au Théâtre Gérard Philipe
"Majola" au Théâtre Essaïon
"Mon pote" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Tout l'or du monde" au Théâtre Clavel
"Dans ton coeur" au Théâtre du Rond Point
"Du pain et des jeux" au Théâtre 13 Bibliothèque
"Vernon Subutex" au Théâtre des 2 Rives
"37 heures" au Théâtre la Flèche
"Fantasmes" au Théâtre La Croisée des Chemins
des reprises :
"Rembrant sous l'escalier" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Une exposition à la Halle Saint Pierre : "L'esprit Singulier"

Du cinéma avec :

"Roqya" de Saïd Belktibia

"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein
et toujours :
"Le déserteur" de Dani Rosenberg
"Marilu" de Sandrine Dumas
"Que notre joie demeure" de Cheyenne-Marie Carron
"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

Lecture avec :

"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier

"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

"C'était mon chef" de Christa Schroeder
"L'embrasement" de Michel Goya
"Nouvelle histoire d'Athènes" de Nicolas Simon

"Hervé le Corre, mélancolie révolutionnaire" de Yvan Robin
"Dans le battant des lames"' de Vincent Constantin
"L'heure du retour" de Christopher M. Wood
"Prendre son souffle" de Geneviève Jannelle
et toujours :
"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=