Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Molly ou l'Odyssée d'une Femme
Théâtre Essaïon  (Paris)  mai 2024

Spectacle autour d'un texte de James Joyce traduit et adapté par Hélène Arié, mis en scène par Hélène Arié et Antony Cochin avec Hélène Arié.

Que ceux qui ont des préjugés contre le grand roman de James Joyce, "Ulysse", prétendument illisible et ennuyeux, se rassurent : la version de "Molly" que présente Hélène Arié, sera, au contraire, une excellente introduction à une œuvre majeure.

Personne n'ignore que l'écrivain irlandais à lunettes rondes a transféré l'Odyssée de la Méditerranée en Irlande, précisément à Dublin, où pendant une journée de 1904, le publiciste Leopold Bloom, le plus souvent accompagné du jeune Stephen Dedalus, va revivre métaphoriquement les errances du héros d'Homère, partant de Troie pour rejoindre sa patrie, l'île d'Ithaque.

Si une journée à Dublin vaut une odyssée grecque, elle doit forcément s'achever par le retour du héros auprès de son aimée. La Pénélope de Leopold Bloom s'appelle Molly. Elle est son épouse et quand commence son monologue, qui est l'ultime partie d'"Ulysse", elle vient de se réveiller, a constaté que son époux était enfin allongé à ses côtés et qu'il dormait profondément.

Elle, au contraire, est insomniaque et va parler. Un long monologue qui dans le roman occupe plusieurs dizaines de pages écrites sans ponctuation et qui s'achève par un "Oui" final.

Hélène Arié a traduit, adapté et mis en scène avec Antony Cochin le texte de Joyce. Elle l'a intitulé "Molly ou l'Odyssée d'une femme". Elle l'a épuré de toute référence au roman de Joyce, notamment en ce qui concerne l'amitié quasi paternelle de Bloom pour Dedalus.

C'est pour cela qu'il n'y a rien à craindre : tout ici est compréhensible même si on n'est pas un fan de Joyce et que l'on ignore tout du "Bloomsday". Tout est donc contraire à l'hermétisme supposé de Joyce. Par sa traduction, magnifiée par son interprétation, Hélène Arié a rendu limpide ce qui est considéré par certains comme un des textes fondant la modernité littéraire. Joyce est aux anglo-saxons ce que Proust est aux francophones : celui qui les fait passer dans un monde où les mots s'affranchissent de la rigidité des phrases.

Hélène Arié vit avec délectation ce passage et quand on a vu d'autres actrices s'attaquer au monologue de Molly - comme Anouk Grinberg, par exemple - on ne souvenait qu'elle racontait des choses aussi drôles et qu'on pouvait dégager autant d'émotion de ce passage de Joyce, réputé pour sa virtuosité plus que par son contenu.
Dans la version présentée par Hélène Arié, il y a l'appétit d'une femme pour le sexe et son amour malgré tout ce qui s'est passé entre eux pour un mari hors du commun.

Debout, ou parfois assise dans un fauteuil au dossier rouge théâtre, elle captive l'attention de tous et de toutes, donne vraiment envie de se plonger dans le roman de Joyce et pas seulement dans le monologue de Molly. Jamais, elle ne pers son auditeur. Au contraire, celui-ci comprend, peu à peu, qu'il a la chance, rare, de voir une grande actrice aux prises avec un grand texte, qu'elle sait interpréter jusqu'à l'évidence.

Il faudrait vraiment n'avoir aucune sensibilité pour ne pas saisir que cette heure est un moment exceptionnel de théâtre, quelque chose qui restera inoubliable pour les privilégiés qui l'auront vécu.

 

Philippe Person         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 16 juin 2024 : Culture en danger ?

Alors que la France est virtuellement sans gouvernement, il y a de quoi, entre autres problèmes, s'inquiéter pour la culture. Quoi qu'il en soit on sera toujours là pour la rendre la plus accessible possible.
Pensez aussi à nous suivre sur nos réseaux sociaux.

Du côté de la musique :

"La marche des enfants" de BabX & la Maitrise populaire de l'Opéra-Comique
"Shalalalala" de Theo Hakola
"Time!" de Eels
rencontre avec Dendana, illustrée par une session de 2 titres
"Brahms, sonates pour clarinette et piano, trio pour cor" de Geoffroy Couteau
"Haydn, intégrale des trio avec flûte" de Jean Pierre Pinet & Les Curiosités Esthétiques
"Sun without the heat" de Leyla McCalla
"Meilleur erreur" de Meilleur Erreur
"Leaving you alone part 1" de The Desperate Sons
"IV" de Wildstreet
"Broadcast - Spell Blanket" c'est le 32ème épisode du Morceau Caché
er retrouvez les photos de Eric Ségelle de Hala Duett et L'Etrangleuse à La Cale
et toujours :
Rencontre avec Baptsite Dosdat autour de son album "Batist & The 73", agémenté d'une session
"The afternoon of our lives" de Olivier Rocabois
"Ciel, cendre et misère noire" de Houle
Alain Chamfort était au Point Ephémère
"Middle class luxury" de Beau Bandit
"As seasons changed" de Indigo Birds
"Jusqu'où s'évapore la musique" de Jérôme Lefebvre / FMR Ochestra
Lux, Jules & Jo et Hippocampe Fou dans un petit tour des clips de la semaine
"Upside down" de Manila Haze
"Volupté" de Marie Pons & Geoffrey Jubault
"Hey you" de Mazingo
"Réalité" de Moorea
"Bleu" de Olivier Triboulois
"Thalasso" de Soft Michel
"Rockmaker" de The Dandy Wharols

Au théâtre :

les nouveautés :

"La mécanique du coeur" au Théâtre Le Funambule Montmartre
"King Kong théorie" au Théâtre Silvia Montfort

"Du domaine des murmures" au Théâtre Le Lucernaire
"Hepta, le grand voyage du Petit Homme" au Théâtre Essaïon
"Pourquoi Camille ?" au Théâtre La Flèche (et bientôt Avignon)

et toujours :
"Les vagues" au Théâtre de La Tempête
"Molly ou l'Odyssée d'une Femme" au Théâtre Essaïon
"Dictionnaire amoureux de l'inutile" au Théâtre La Scala
"La contrainte" au Théâtre La Verrière de Lille
"Les possédés d'Illfurth" au Théâtre du Rond Point
"Les tournesols" au Théâtre Funambule Montmartre
"Un faux pas dans la vie d'Emma Picard" au Théâtre Essaïon

Cinéma avec :

"Six pieds sur terre" de Hakim Bensalah
"Nouveau monde" de Vincent Capello
et toujours :
"La Gardav" de Thomas et Dimitri Lemoine
"Heroico" de Davis Zonana
"Roqya" de Saïd Belktibia
"L'esprit Coubertin" de Jérémie Sein

Lecture avec :

"Joli mois de mai" de Alan Parks
"Se perdre ou disparaitre" de Kimi Cunningham Grant
"Vic Chestnutt, le calme et la fureur" de Thierry Jourdain
et toujours :
"La cité des mers" de Kate Mosse
"Merci la résistance !" par un Collectif d'auteurs
"Mon homme marié" de Madeleine Gray
"Rien de spécial" de Nicole Flattery
"Le temps des cerises" de Montserrat Roig
"Neuf mois" de Philippe Garnier
"De sable et d'acier" de Peter Caddick-Adams
"Je ne suis pas un héros" de Eric Ambler
"Après minuit" de Gillian McAllister

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=