Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Peter Von Poehl - Marie Modiano
La Cigale  (Paris)  30 mai 2006

Illustre et inconnue. L'affiche de la Cigale, ce soir, était belle comme une Suède mystique et ses suédois mythiques. Paraîtrait même qu'il y en a prénommé Peter Von Poehl, et que son premier album Going to see where tea trees are serait un succès, et que oui je te jure on le verrait même sur France 4 ou dans "A nous Paris" , c'est pour te dire.

C'est pour te dire que ce soir il y avait des bonnes et des mauvaises nouvelles à s'annoncer. Les bonnes ? Peut-être sans doute cet happening en préambule avec ce pianiste, cet organiste talentueux du nom de Charlie O, époustouflant de virtuosité.

L'espace d'un instant on aurait cru voir et entendre Jimmy Smith, et Charlie assurait, vraiment, clope au bec comme les grands. Oui c'est aussi le clavier de Peter Von Poehl, avec l'autre on se demandait s'il était le fils spirituel de Charlie Oleg, la coïncidence serait heureuse ne trouves-tu pas ?

Où est Charlie me demandes tu, ah ah ? Sur www.myspace.com/charlieooo pour l'instant mais quelqu'un m'a dit que l'artiste préparait un album solo…Contre-courant musical quand tu nous tiens….Charlie O distillait le boogie comme personne depuis longtemps à Paris. To be continued.

La mauvaise nouvelle alors ? Marie Modiano, la fragile fille de, qui égrenait ses chansons squelettes comme d'autres tapent la raquette. Oui c'est d'actualité je sais. Le genre de chansons à la Libération, style Télérama ++, la nouvelle scène française et ses apôtres ayant mal au cœur. Cette chanson parle des amours compliqués ? L'auditeur connaît-il des amours simples…Quelle question !.

Marie, corps de poupée, est un peu gonflante, et ses accents british à souhaits et refrains convenus. Que faire, que faire, si ce n'est souffler devant l'ersatz de Cat Power et Pj Harvey, ses gimmicks sans étincelles. On se cache et l'on fume, on empeste ses voisins tous attentifs à ce rock pour fille, s'il faut qualifier la chose.

Les arrangements à la Paul Personne sauvent l'affaire, l'ensemble gentil route 66 Amérique mystique s'avère dur, comme "C'est dur l'amour" (Sic) ou "Honolulu" . Donnez moi T-bone Walker ou JJ Cale par pitié… Joli grain de voix et consensus du public ébahi, je m'efface au bar.

Retour en fanfare dans la Cigale remplie à craquer pour Peter Von Poehl, et son album sensible, tout en cordes lumineuses.

Un rayon de soleil éclairant la salle.

Menu , discret et timide le rayon de soleil qui filtre à travers les cheveux de Peter, accompagné de son groupe.

Quasi-bilingue, le suédois s'excuserait presque dans la langue de Lorie d'être là ce soir, alors qu'il y est acclamé.

Début des hostilités avec "The story of the impossible", seul à l'acoustique et voix haut perchée, voix qui se chauffe dans les aigus. Poils qui se hérissent, et l'humeur romantique se propage dans les rangs, comme un virus.

Et vient "Global Conspiracy" , écrite suite à la rencontre avec un ami paranoïaque qui pensait être sur écoute, et l'on se dit à ce stade qu'il est dur de décrire une ambiance magnifique avec quelques mots fades.

Peter Von Poehl est bien le virtuose annoncé à la guitare, sèche ou électrique, comme sur "A broken skeleton key" ou "Scorpion grass" , joué à la mini guitare, sorte de ukulélé.

"Scorpion grass" s'avère être le single évident, salué par le public comme le "Jumpin' Jack Flash" des Stones. Les cuivres réchauffent un peu plus encore la salle à son comble de l'orgasme, la salle bouge et pleure, les titres s'enchaînent et aucune faute de goût à l'horizon.

Peter, en homme de goût, explique ses chansons, comme "Tooth Fairy", l'histoire d'une fée qui volerait l'argent donné aux enfants lorsqu'ils perdent leurs dents, ou "Little Creatures", l'histoire d'une souris vue en rêve…

L'homme est poète, sensible. Artiste en un mot. Capable de reprendre "Heartbreak Hotel" comme si elle était faite pour lui.

Le temps s'étant perdu en route, Marie Modiano se joint à Peter pour un duo, reprise d'un titre des Righteous Brothers, étonnant moment de pureté et d'intimité, et acclamation du public. Plus un siège de libre, tout le monde en stand-up, et trois rappels pour un artiste en plein envol, dans ses cieux pop mirifiques.

Et l'on repense à Burgalat, qui depuis longtemps déjà, l'avait encouragé à composer et jouer seul... Merci Bertrand merci Peter.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Going to see where the tea trees are de Peter Von Poehl
La chronique de l'album May Day de Peter Von Poehl
La chronique de l'album Sympathetic Magic de Peter Von Poehl
Peter Von Poehl en concert au Festival Art Rock 2006 (Dimanche)
Peter Von Poehl en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (jeudi)
Peter Von Poehl en concert au Festival Summercase 2008 (Samedi)
Peter Von Poehl en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Peter Von Poehl en concert au Festival FNAC Indétendances 2009
L'interview de Peter Von Poehl (avril 2007)
La chronique de l'album Outland de Marie Modiano
Marie Modiano parmi une sélection de singles (mai 2011)
L'interview de Marie Modiano (15 septembre 2008)

En savoir plus :

Le site officiel de Peter Von Poehl

Crédits photos : Didi Abdelwaheb (plus de photos sur Taste of indie)


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Marie Modiano (15 septembre 2008)


# 17 novembre 2019 : 4 ans déjà

13 novembre 2015. inoubliable nuit de terreur dont on commémorait les 4 ans cette semaine. Un 13 novembre 2019 avec plein de concerts à Paris et un pincement au coeur pour beaucoup d'entre nous. Mais la vie continue, et elle doit continuer d'être culturelle et festive.

Du côté de la musique :

"L'année du loup" de Alma Forrer
"Lucarne" de Cassagrande
"Air India" de David Sztanke
"Immanent fire" de Emily Jane White
"Bach, Liszt, Wido : Organ works at La Madeleine" de Jae Hyuck Cho
"What's in it for me ?" le Mix numéro 4 de Listen In Bed
"Femme idéale" de Ludiane Pivoine
et toujours :
"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"On s'en va" au Théâtre national de Chaillotl
"Les guêpes de l'été nous piquent encore en novembre - L'Affaire de la rue de Lourcine" au Théâtre de la Tempête
"Pièce" au Théâtre des Abbesses
"La Vie est belle" au Théâtre 13/Jardin
"Adieu Ferdinand ! Le Casino de Namur II" au Théâtre du Rond-Point
"Adieu Ferdinand ! - La Baleine et le Camp naturiste" au Théâtre du Rond-Point
"Bartleby" au Théâtre Essaion
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereau - aaAhh Bibi" au Théâtre Le Lucernaire
"Pour ceux qui parlent tout seuls" au Théâtre Darius Milhaud
des reprises :
"Berlin 33" au Théâtre L'Atalante
"La Magie lente" au Théâtre de la Reine Blanche
"Je ne me souviens pas" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph
"La vie devant soi" au Théâtre de Sartrouville
"G.R.AI.N. - Histoire de fous" à la Manufacture des Abbesses
"Evita - Le destin fou d'Evita Peron" au Théâtre de Poche-Montparnasse
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec :

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"L'affaire Lord Spenser" de Flynn Berry
"La curée d'après le roman d'Emile Zola" de Cédric Simon & Eric Stainer
"Les faire taire" de Ronan Farrow
"Mondes en guerre tome 2, l'âge classique" de Hervé Drévillon
"Résistante" de Jacqueline Fleury Marié
"Une histoire de France tome 1, La dalle rouge" de Michel Onfray, Thomas Kotlarek & JEF
et toujours :
"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=