Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Peter Von Poehl - Marie Modiano
La Cigale  (Paris)  30 mai 2006

Illustre et inconnue. L'affiche de la Cigale, ce soir, était belle comme une Suède mystique et ses suédois mythiques. Paraîtrait même qu'il y en a prénommé Peter Von Poehl, et que son premier album Going to see where tea trees are serait un succès, et que oui je te jure on le verrait même sur France 4 ou dans "A nous Paris" , c'est pour te dire.

C'est pour te dire que ce soir il y avait des bonnes et des mauvaises nouvelles à s'annoncer. Les bonnes ? Peut-être sans doute cet happening en préambule avec ce pianiste, cet organiste talentueux du nom de Charlie O, époustouflant de virtuosité.

L'espace d'un instant on aurait cru voir et entendre Jimmy Smith, et Charlie assurait, vraiment, clope au bec comme les grands. Oui c'est aussi le clavier de Peter Von Poehl, avec l'autre on se demandait s'il était le fils spirituel de Charlie Oleg, la coïncidence serait heureuse ne trouves-tu pas ?

Où est Charlie me demandes tu, ah ah ? Sur www.myspace.com/charlieooo pour l'instant mais quelqu'un m'a dit que l'artiste préparait un album solo…Contre-courant musical quand tu nous tiens….Charlie O distillait le boogie comme personne depuis longtemps à Paris. To be continued.

La mauvaise nouvelle alors ? Marie Modiano, la fragile fille de, qui égrenait ses chansons squelettes comme d'autres tapent la raquette. Oui c'est d'actualité je sais. Le genre de chansons à la Libération, style Télérama ++, la nouvelle scène française et ses apôtres ayant mal au cœur. Cette chanson parle des amours compliqués ? L'auditeur connaît-il des amours simples…Quelle question !.

Marie, corps de poupée, est un peu gonflante, et ses accents british à souhaits et refrains convenus. Que faire, que faire, si ce n'est souffler devant l'ersatz de Cat Power et Pj Harvey, ses gimmicks sans étincelles. On se cache et l'on fume, on empeste ses voisins tous attentifs à ce rock pour fille, s'il faut qualifier la chose.

Les arrangements à la Paul Personne sauvent l'affaire, l'ensemble gentil route 66 Amérique mystique s'avère dur, comme "C'est dur l'amour" (Sic) ou "Honolulu" . Donnez moi T-bone Walker ou JJ Cale par pitié… Joli grain de voix et consensus du public ébahi, je m'efface au bar.

Retour en fanfare dans la Cigale remplie à craquer pour Peter Von Poehl, et son album sensible, tout en cordes lumineuses.

Un rayon de soleil éclairant la salle.

Menu , discret et timide le rayon de soleil qui filtre à travers les cheveux de Peter, accompagné de son groupe.

Quasi-bilingue, le suédois s'excuserait presque dans la langue de Lorie d'être là ce soir, alors qu'il y est acclamé.

Début des hostilités avec "The story of the impossible", seul à l'acoustique et voix haut perchée, voix qui se chauffe dans les aigus. Poils qui se hérissent, et l'humeur romantique se propage dans les rangs, comme un virus.

Et vient "Global Conspiracy" , écrite suite à la rencontre avec un ami paranoïaque qui pensait être sur écoute, et l'on se dit à ce stade qu'il est dur de décrire une ambiance magnifique avec quelques mots fades.

Peter Von Poehl est bien le virtuose annoncé à la guitare, sèche ou électrique, comme sur "A broken skeleton key" ou "Scorpion grass" , joué à la mini guitare, sorte de ukulélé.

"Scorpion grass" s'avère être le single évident, salué par le public comme le "Jumpin' Jack Flash" des Stones. Les cuivres réchauffent un peu plus encore la salle à son comble de l'orgasme, la salle bouge et pleure, les titres s'enchaînent et aucune faute de goût à l'horizon.

Peter, en homme de goût, explique ses chansons, comme "Tooth Fairy", l'histoire d'une fée qui volerait l'argent donné aux enfants lorsqu'ils perdent leurs dents, ou "Little Creatures", l'histoire d'une souris vue en rêve…

L'homme est poète, sensible. Artiste en un mot. Capable de reprendre "Heartbreak Hotel" comme si elle était faite pour lui.

Le temps s'étant perdu en route, Marie Modiano se joint à Peter pour un duo, reprise d'un titre des Righteous Brothers, étonnant moment de pureté et d'intimité, et acclamation du public. Plus un siège de libre, tout le monde en stand-up, et trois rappels pour un artiste en plein envol, dans ses cieux pop mirifiques.

Et l'on repense à Burgalat, qui depuis longtemps déjà, l'avait encouragé à composer et jouer seul... Merci Bertrand merci Peter.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Going to see where the tea trees are de Peter Von Poehl
La chronique de l'album May Day de Peter Von Poehl
La chronique de l'album Sympathetic Magic de Peter Von Poehl
Peter Von Poehl en concert au Festival Art Rock 2006 (Dimanche)
Peter Von Poehl en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2007 (jeudi)
Peter Von Poehl en concert au Festival Summercase 2008 (Samedi)
Peter Von Poehl en concert à Paléo Festival #34 (2009)
Peter Von Poehl en concert au Festival FNAC Indétendances 2009
L'interview de Peter Von Poehl (avril 2007)
La chronique de l'album Outland de Marie Modiano
Marie Modiano parmi une sélection de singles (mai 2011)
L'interview de Marie Modiano (15 septembre 2008)

En savoir plus :

Le site officiel de Peter Von Poehl

Crédits photos : Didi Abdelwaheb (plus de photos sur Taste of indie)


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

Marie Modiano (15 septembre 2008)


# 14 avril 2024 : En avril, de la culture tu suivras le fil

Un peu de soleil, des oiseaux qui chantent, le calme avant la tempête olympique. En attendant, cultivons-nous plutôt que de sauter dans la Seine. Pensez à nous soutenir en suivant nos réseaux sociaux et nos chaines Youtube et Twitch.

Du côté de la musique :

"Kit de survie en milieu hostile" de Betrand Betsch
"Let the monster fall" de Thomas de Pourquery
"Etat sauvage" de Chaton Laveur
"Embers of protest" de Burning Heads
"Sin miedo" de Chu Chi Cha
"Louis Beydts : Mélodies & songs" de Cyrille Dubois & Tristan Raës
"Arnold Schönberg : Pierrot lunaire" de Jessica Martin Maresco, Ensemble Op.Cit & Guillaume Bourgogne
"C'est pas Blanche-neige ni Cendrillon" de Madame Robert
"Brothers and sisters" de Michelle David & True Tones
"Prokofiev" de Nikita Mndoyants
"Alas" de Patrick Langot, Alexis Cardenas, Orchestre de Lutetia & Alejandro Sandler
"Symptom of decline" de The Black Enderkid
"Tigers blood" de Waxahatchee
"Not good enough" de Wizard
et toujours :
"Le carnajazz des animaux" de Dal Sasso Big Band"
"Deep in denial" de Down To The Wire
"Eden beach club" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Ailleurs" de Lucie Folch
"Ultrasound" de Palace
quelques clips en vrac : Pales, Sweet Needles, Soviet Suprem, Mazingo
"Songez" de Sophie Cantier
"Bella faccia" de Terestesa
"Session de rattrapage #5", 26eme épisode de notre podcast Le Morceau Cach

Au théâtre

les nouveautés :
Notes de départs" au Théâtre Poche Montparnasse
"Les chatouilles" au Théâtre de l'Atelier
et toujours :
"Come Bach" au Théâtre Le Lucernaire
"Enfance" au Théâtre Poche Montparnasse
"Lîle des esclaves" au Théâtre Le Lucernaire
"La forme des choses" au Théâtre La Flèche
"Partie" au Théâtre Silvia Monfort
"Punk.e.s" Au Théâtre La Scala
"Hedwig and the angry inch" au théâtre La Scala
"Je voudrais pas crever avant d'avoir connu" au Théâtre Essaïon
"Les crabes" au Théâtre La Scala
"Gosse de riche" au Théâtre Athénée Louis Jouvet
"L'abolition des privilèges" au Théâtre 13
"Lisbeth's" au Théâtre de la Manufacture des Abbesses
"Music hall Colette" au Théâtre Tristan Bernard
"Pauline & Carton" au Théâtre La Scala
"Rebota rebota y en tu cara explota" au Théâtre de la Bastille
"Une vie" au Théâtre Le Guichet Montparnasse
"Le papier peint jaune" au Théâtre de La Reine Blanche
des reprises :
"Macbeth" au Théâtre Essaion
"Le chef d'oeuvre inconnu" au Théâtre Essaion
"Darius" au Théâtre Le Lucernaire
"Rimbaud cavalcades" au Théâtre Essaion
"La peur" au Théâtre La Scala

Une exposition à la Halle Saint Pierre : "L'esprit Singulier"

Du cinéma avec :

"Amal" de Jawad Rhalib
"L'île" de Damien Manivel
zt toujours :
"Le naméssime" de Xavier Bélony Mussel
"Yurt" de Nehir Tuna
"Le squelette de Madame Morales" de Rogelio A. Gonzalez

et toujours :
"L'innondation" de Igor Miniaev
"Laissez-moi" de Maxime Rappaz
"Le jeu de la Reine" de Karim Ainouz
"El Bola" de Achero Manas qui ressort en salle
"Blue giant" de Yuzuru Tachikawa
"Alice (1988)" de Jan Svankmajer
 "Universal Theory" de Timm Kroger
"Elaha" de Milena Aboyan

Lecture avec :

"L'origine des larmes" de Jean-Paul Dubois
"Mort d'un libraire" de Alice Slater
"Mykonos" de Olga Duhamel-Noyer
et toujours :
"Des gens drôles" de Lucile Commeaux, Adrien Dénouette, Quentin Mével, Guillaume Orignac & Théo Ribeton
"L'empire britanique en guerre" de Benoît Rondeau
"La république des imposteurs" de Eric Branca
"L'absence selon Camille" de Benjamin Fogel
"Sub Pop, des losers à la conquête du monde" de Jonathan Lopez
"Au nord de la frontière" de R.J. Ellory
"Anna 0" de Matthew Blake
"La sainte paix" de André Marois
"Récifs" de Romesh Gunesekera

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=