Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Scott Walker
The Drift  (4AD / Beggars)  mai 2006

"How To disappear completely".

Cette chanson de Radiohead (par ailleurs grands admirateurs de Scott Walker) résume parfaitement ce que fait Scott Engel (le vrai nom de Scott Walker) depuis une bonne vingtaine d'années.

La disparition, l'effacement, l'abstraction, ces mots collent parfaitement au bonhomme. Difficile de se dire à l'écoute de The Drift qu'il y a une grosse quarantaine d'années Walker déclenchait l'hystérie chez les jeunes adolescentes britanniques. Difficile de se dire que cette voix spectrale, fantômatique, croonait des standards de music hall aux orchestrations luxuriantes que l'on pouvait siffloter sous la douche…

Scott Walker a rapidement choisit son camp. Trop à l'étroit dans son costume de pop star et de sex symbole, il a préféré la fuite vers l'inconfort, il a fait le choix de dissoudre le mythe du play-boy chantant.

Depuis le début des années 80, l'homme est coutumier de ce que l'on appelle communément dans l'industrie du disque le "suicide commercial". D'autres étaient déjà passés par-là. Mark Hollis et Talk Talk avaient surpris tout le monde en tournant le dos à la pop synthétique pour yuppies afin de se tourner vers l'abstraction et le silence.

D'ailleurs Walker est connu pour avoir été la pire vente de Virgin avec son Climate Of The Hunter sorti en 84. Trop exigeant. En 1995, Walker récidivait avec The Tilt, album difficile, qui plongeait l'auditeur à la limite de la suffocation. Ce disque avait fini d'achever les adorateurs de Scott 2, Scott 3 ou encore Scott 4.

The Drift marque une nouvelle étape dans les abstractions sonores du bonhomme. On ne parlera pas de chansons mais de pièces, de matière brute perpétuellement en mouvement. Sur The Drift (la dérive mais aussi le sens, la portée) l'accès au sens reste opaque, tout comme la musique. Walker tisse un écheveau de références complexes, d'événementé marquants du 20ème et du 21eme siècle…

"Cossacks are" démarre sur une rythmique martiale, imposante, emplissant l'espace, et puis la voix de Walker, sortie de nulle part, inquiétante, morbide. Les guitares sont acérées, incisives, atonales. "Clara" évoque la fin de Mussolini et de sa maîtresse. Le morceau est lugubre, parsemé de violons malsains et stridents croisés dans les œuvres de Xénakis. Les percussions sont épaulées par des rythmiques tapées à même sur de la chair animale.

Sur "Jesse", Walker évoque le jumeau mort né d'Elvis Presley et évoque l'attaque des tours du World Trade Center. L'habillage sonore est pesant : quelques notes de guitares éparses résonnent dans l'air, des violons angoissants surgissent de nulle part… Twin Peaks en pire… Le morceau se termine par un déchirant "I'm the Only one left alone".

"Hands me up" est un déluge apocalyptique prétexte à une critique en règle de la télé-réalité. Le morceau est construit sur un riff de guitare que l'on croirait sorti de chez Nine Inch Nails… Walker promène sa voix mélodramatique, de hurlements se font entendre en arrière plan.

Seul le dépouillé "A Lover Loves" ramène un peu d'humanité dans le chaos. L'apaisement reprend ses droits, seule une guitare acoustique et la voix de Walker occupent l'espace.

The Drift restera une œuvre ultime, difficilement classable, à la croisée du rock avant-gardiste et de la musique classique contemporaine. Ce disque hisse surtout Walker au Zénith de la narration. Pour toute personne normale, ce disque semblera être l'œuvre futile et grand-guignolesque d'un mégalomane prétentieux. Or, The Drift est à sa manière un classique, l'équivalent musical des "Dublinois" de James Joyce.

Reste à trouver la patience de se laisser emporter…

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Une 2ème chronique de l'album The Drift de Scott Walker


Julien P.         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 17 novembre 2019 : 4 ans déjà

13 novembre 2015. inoubliable nuit de terreur dont on commémorait les 4 ans cette semaine. Un 13 novembre 2019 avec plein de concerts à Paris et un pincement au coeur pour beaucoup d'entre nous. Mais la vie continue, et elle doit continuer d'être culturelle et festive.

Du côté de la musique :

"L'année du loup" de Alma Forrer
"Lucarne" de Cassagrande
"Air India" de David Sztanke
"Immanent fire" de Emily Jane White
"Bach, Liszt, Wido : Organ works at La Madeleine" de Jae Hyuck Cho
"What's in it for me ?" le Mix numéro 4 de Listen In Bed
"Femme idéale" de Ludiane Pivoine
et toujours :
"We were young when you left home" de Tim Linghaus
"Glam shots" de Rich Deluxe
"Imago" de Manuel Etienne
"Women" la 4ème émission de notre podcast radiophonique Listen In Bed
"Silent scream" de Holy Bones
"Stregata / stregato" de Gilia Girasole & Ray Borneo
"Révolution" de David Kadouch
"Jusqu'ici tout va bien" de Bazar Bellamy
Lysysrata, It It anita et The Eternal Youth au Normandy

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"On s'en va" au Théâtre national de Chaillotl
"Les guêpes de l'été nous piquent encore en novembre - L'Affaire de la rue de Lourcine" au Théâtre de la Tempête
"Pièce" au Théâtre des Abbesses
"La Vie est belle" au Théâtre 13/Jardin
"Adieu Ferdinand ! Le Casino de Namur II" au Théâtre du Rond-Point
"Adieu Ferdinand ! - La Baleine et le Camp naturiste" au Théâtre du Rond-Point
"Bartleby" au Théâtre Essaion
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Julien Cottereau - aaAhh Bibi" au Théâtre Le Lucernaire
"Pour ceux qui parlent tout seuls" au Théâtre Darius Milhaud
des reprises :
"Berlin 33" au Théâtre L'Atalante
"La Magie lente" au Théâtre de la Reine Blanche
"Je ne me souviens pas" au Théâtre Les Déchargeurs
"La Magie de l'argent" au Théâtre Aleph
"La vie devant soi" au Théâtre de Sartrouville
"G.R.AI.N. - Histoire de fous" à la Manufacture des Abbesses
"Evita - Le destin fou d'Evita Peron" au Théâtre de Poche-Montparnasse
et la chronique des spectacles à l'affiche en novembre

Expositions avec :

"Kiki Smith" à la Monnaie de Paris

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Les Eblouis" de Sarah Suco
la chronique des films à l'affiche en octobre
et la chronique des films à l'affiche en novembre

Lecture avec :

"L'affaire Lord Spenser" de Flynn Berry
"La curée d'après le roman d'Emile Zola" de Cédric Simon & Eric Stainer
"Les faire taire" de Ronan Farrow
"Mondes en guerre tome 2, l'âge classique" de Hervé Drévillon
"Résistante" de Jacqueline Fleury Marié
"Une histoire de France tome 1, La dalle rouge" de Michel Onfray, Thomas Kotlarek & JEF
et toujours :
"Profession romancier" de Haruki Murakami
"Feel good" de Thomas Gunzig
"Histoire mondiale de la guerre froide (1890-1991)" de Odd Arne Westad
"L'avenir de la planète commence dans notre assiette" de Jonathan Safran Foer
"L'écho du temps" de Kevin Powers
"Psychotique" de Jacques Mathis & Sylvain Dorange
"Une famille presque normale" de M T Edvardsson

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=