Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Black Heart Procession - Collage
La Maroquinerie  (Paris)  29 mai 2006

Le public est venu nombreux pour voir ce soir The Black Heart Procession qui entame son European Tour 2006 avec son nouvel opus The spell.

En première partie, le groupe Collage. C'est seul que Jérôme Suzat-Plessy arrive sur scène avec sa guitare acoustique en annonçant qu'il jouera quelques titres solo avant d'être rejoint par son groupe.

C'est pieds nus qu'il évoluera sur scène, parce que il se relie ainsi à la terre, non pas pour le côté mystique, tel un druide qu'il pourrait être avec ses clés d'appartement autour du cou en guise de talisman, mais parce que cela permet d'enlever le buzz de sa guitare.

C'est donc quelques morceaux de folk qui seront joués avant que le groupe fasse son entrée pour un rock plus pêchu. Avec sa gueule d'acteur, Jérôme est totalement dans ses chansons. Détendu et taquin entre les morceaux (se réjouissant de voir une salle aussi pleine) il entre en transe lorsqu'il chante et joue.

Il s'échappera d'ailleurs rapidement de son tabouret pour se tordre sur scène au gré de sa guitare à tel point que l'on se demande lequel des deux dirige l'autre.

Débordant d'énergie la musique de Collage se fout des modes. Pas vraiment garage, pas du tout power pop, on aurait bien du mal à situer le groupe dans un genre particulier.

Du rock, du bon, viscéral et tendu, de celui que l'on aime écouter dans les clubs enfumés de New york, voilà ce que l'on pense quand on évoque Collage. A croire qu'il y a heureusement un avenir rock en cette bonne vieille ville de Paris qui passe par autre chose que quelques enfants arrogants.

Atypique c'est aussi comme cela que l'on pourrait qualifier The Black Heart Procession. Groupe, collectif, projet, concept, appelez cette formation comme vous voulez. Le fait est que The Black Heart Procession existe depuis 10 ans maintenant mené de main de maître par le duo Pall Jenkins et Tobias Nathaniel.

A son actif, cinq albums tous d'une musicalité et d'une beauté sans cesse renouvelée. Le dernier en date, The spell, foisonnant et lumineux, s'avère sans doute l'album de la maturité.

TBHP c'est avant tout des atmosphères lourdes et sinon sombres du moins introspectives dans laquelle la réalité est subjectivisée et transcendée, un son unique, inclassable, entre pop et post-rock, un groupe qui sait être politiquement engagé et créer en même temps un univers surréaliste et décalé. Un univers kaléidoscopique et cinétique qui mêle réalité et onirisme, passions et détachement.

Il est parfois difficile de recréer sur scène de tels univers face aux contingences matérielles inhérentes au live et cela relève d'un véritable défi que de capter l'attention de l'auditeur, l'emmener dans un univers et l'y immerger.

Tout cela sans grosse ficelle. Pas de titre à faire danser les stades, pas de jeu de scène, pas d'esbrouffe. Juste des émotions… et des musiciens inspirés au-delà même des textes.

TBHP remportera haut la main le challenge malgré quelques soucis de balances sur leur instruments en début de concert.

Tout en finesse et en douceur les 5 membres, entr'aperçus lors du changement de matériel, s'installent dans le noir de La Maroquinerie et le charme opère immédiatement (ne devrait on pas parler d'envoûtement d'ailleurs ?).

Pall Jenkins, maître de cérémonie en lunettes noires, introduit le concert avec sa fameuse scie musicale, low tempo, un concert qui va monter en puissance à chaque morceau et notamment avec "Not just words".

Sa voix puissante, à la scansion étrange, sorte de mélopée incantatoire, empoigne la musique que tisse notamment le clavier maîtrisé, aux touches défoncées, de Tobias Nathaniel.

Le groupe de San Diego livre sans retenue son nouvel album The Spell et glisse quelques incontournables issus de Three et de Amor Del Tropico.

Les autres musiciens sont tout autant indispensables, comm ele bassiste, plus discret ou le batteur, Joe Plummer (qui officie également au sein de Modest mouse et The Magic Magicians) le seul imberbe, qui tient la rythmique de manière impeccable malgré une jambe immobilisée par une attèle.

Matt Resovich (de The Album Leaf) sévit au clavier ou, et surtotu, au violon, violon qui remplace la scie musicale quasi absente dans leur dernier opus, un violon vibrant et pulpeux, qui magnifie le morceau ("The letter").

Une heure pile. Le public est loin d'être rassasié et applaudit à tout rompre. The Black Heart Procession revient pour un long rappel avec notamment le titre phare "The spell" et "GPS".

Entre deux morceaux, les musiciens étanchaient leur soif directement au goulot d'une bouteille de vin rouge. Pall Jenkins avait ironisé en disant que le concert s'achèvera lorsque la bouteille sera vide. Il regarde la bouteille qui contient encore du vin. Il boit au goulot et la montre ensuite au public. Le concert est fini.

Point de tristesse, The spell est sur la platine et le groupe revient à l'automne !

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album The Spell de The Black Heart Procession
La chronique de l'album Six de The Black Heart Procession
The Black Heart Procession en concert au Festival Art Rock 2006 (Vendredi)
La vidéo de A tropical murder mystery presented by The Black Heart Procession par The tropics of love
L'interview de The Black Heart Procession (29 mai 2006)
Collage en concert au Festival Maroq'n roll 2006 (jeudi)

En savoir plus :

Le site officiel de The Black Heart Procession

Crédits photos : David (plus de photos sur Taste of indie)


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=