Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Damien
Interview  (Paris)  mai 2006

Damien : Le baroque ultime.

Jardin du palais royal, samedi après-midi, les enfants roulent en bicyclette, les femmes des fesses et les hommes des mécaniques. Après-midi idyllique et sainte journée pour parler musique et de L'art du disque, ultime pied de nez à l'industrie, puisqu'il faut parler en ces termes.

Comment peux tu définir ce premier album, incroyablement mature et je-m‘en-foutiste, abordant autant les ballades que la déconstruction avec des titres comme "Champs Ultime" par exemple ?

Damien : Au départ je préfère écouter la musique plutôt qu'en faire.. Disons qu'il aurait déjà pu sortir en 2001, tout était prêt, avec d'autres chansons cela dit, puis finalement j'ai pris mon temps, je suis assez fainéant en fait, et puis pas mal de soucis techniques, des bourdons dans mes enceintes, des bandes perdues….

J'ai enregistré toutes les parties instrumentales, guitare, claviers, batteries, flûtes, dans le grenier de mes parents, tranquillement, et je me dis qu'en sortant prématurément cet album aurait sans été différent, plus innocent, comme un amour de jeunesse. Seul Amandine est resté au bout du compte, c'est une ballade écrite à l'age de 17 ans, pure et naïve, le reste est nettement plus…Hétéroclite ! (Rires).

C'est un premier album oui, mais j'ai fait le conservatoire, et "L'art du Disque" est un disque artisanal réalisé seul dans ma chambre, en apprenant tel ou tel instrument en fonction de mes envies. Comme la flûte sur Fresh People, une flûte pourrie à dix euros, sur laquelle j'ai joué les trois notes que je connaissais (Rires) ou la batterie, que j'ai appris au cours de l'enregistrement.

Par contre, le choix de Record Makers, c'est un pur choix artistique, un coup de tête influencé par la signature de Sébastien Tellier, qui était à l'époque l'un des seuls à posséder une réelle vision artistique. Bien évidemment je suis admiratif…

Oui mais ce nom, "L'art du disque", pour un premier album, c'est un peu prétentieux non ? Paradoxal lorsqu'on te voit timide et humble comme aujourd'hui…

Damien : Oui bien sur ! J'ai toujours aimé la provocation tu sais…J'aime bien que chaque idée soit ponctuée d'une réaction du public ou de l'auditeur. "L'art du disque", c'est également et surtout une manière d'affirmer que le concept physique de disque est révolu, tout comme le concept de stéréo, quelle idée en fait…

"L'art du disque" c'est presque un anti-disque, le cul entre deux chaises trop écartées ! (Rires). Comme un crossover entre Bach et Snoop, Chopin et Dr Dre, avec un peu de Vincent Delerm, au-delà de sa caricature... Ce sont mes influences, que je retranscris de manière étrange, avec un second degré permanent. Tiens prend Champs Ultime , j'ai voulu déshumanisé la voix au maximum, comme si elle venait de l'espace, mais également en pensant à Jacques Pradel et ses vieilles émissions comme "Perdu de vue", où les mecs trafiquaient la voix des témoins.

En fait, je m'inspire de tout ce qui passe, de Natasha St Pier à Radiohead. J'adore l'ultime, quel qu'il soit, avec un gros son "bouffe ta gueule" qui percute l'auditeur par la production et les arrangements. Y que le jazz qui m'emmerde.

Ce n'est pas un peu risqué pour Record Makers, de sortir un OVNI comme ça, aussi génial soit-il ?

Damien : Si totalement ! (Rires). J'ai réussi à imposer tout mes choix artistiques, même la jaquette avec toutes ces photos de moi, le plus souvent seul. J'ai même réussi à imposer le fait qu'il n'y ait aucun crédit ni remerciement. C'est très prétentieux mais je ne voyais pas qui remercier.

Mais par contre merci à Record Makers pour m'avoir permis de sortir cet OVNI, qui navigue entre le punk et le dadaïsme. Encore une fois prend Mitzuki , je voulais absolument faire une performance, quelque chose que je ne pourrais pas dépasser, et je me suis dit qu'allais faire toute une ballade en japonais, voix super aigue. Bon j'ai du la faire en plusieurs fois mais j'ai réussi !

"L'art du Disque" est sorti, même Ardisson en parle, tu deviens fashionable. Bon tu fais quoi maintenant ?

Damien : Les bobos et les lieux branchés tu sais moi j'ai rien contre tu sais. Pour commencer j'aimerai tourner avec ce disque, à Paris et en Province comme récemment au Point Ephémère ou bientôt au Triptyque. Pour la suite, je me dis que j'aimerai bien gagner un peu d'argent quand même ! (Rires)

Et récemment je me suis dit : "Pourquoi pas faire un one shot, un gros coup sur un single tu vois, avec plein de ventes, tout en gardant une certaine qualité". Alors j'ai contacté Emma Daumas sur Myspace , avec l'idée de la rencontrer pour faire un truc avec elle, enregistrer quelque chose ensemble. Faut dire que j'ai adoré Gainsbourg des qu'il a commencé à enregistrer avec B.B., Greco, Jane Birkin….

Le coté Pygmalion quoi…

Damien : Oui tout à fait. En les manipulant, les modelant en quelque sorte, avec leurs images de femmes fragiles. Bon pour Emma Daumas, je sais pas trop comment ça finira mais l'idée de diffuser au plus grand nombre ma musique est excitante.

D'autant plus avec Myspace , qui est sans doute le meilleur réseau actuel pour se diffuser mondialement. C'est d'autant plus vrai pour ma musique qui est conçue sans a priori, sans message... C'est peut-être ca le message d'ailleurs, l'absence de message, avec la volonté de conserver les erreurs si elles sonnent justes.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album O de Damien Rice
La chronique de l'album L'ordre et le désordre de Damien
La chronique de l'album Saint Bartlett de Damien Jurado
La chronique de l'album Orchidées de Damien Jourdan
La chronique de l'album Homme Autonome de Damien Robitaille
La chronique de l'album Flirt de Damien
Damien en concert à La Maroquinerie (23 septembre 2006)
Damien en concert au Festival Radar 2010 (6ème édition)


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=