Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Raconteurs
Broken Boy Soldiers  (XL Recordings / Beggars)  mai 2006

La fureur n'a plus de sens, on m'a drogué les idées; ma solitude n'a plus lieu d'être, ma TV est constamment allumer; mon envie sexuelle est coupée, Delarue a tout démystifié. Nous vivons dans un monde bien triste. C'est dans ce seul état d'esprit que "Steady As She Goes" peut prendre un autre sens que "grosse tuerie du super groupe monté pour l'année 2006".

Une guitare qui se débat pour on ne sait trop quelle raison, les canons entre l'ami White et Benson exècrent car ils sont vains. Cette chanson devient un acte complètement gratuit, sans queue ni tête. Démonstration rock and roll, comme il est facile de faire une super chanson quand on connaît tous les ingrédients de la recette. Dommage que les paroles restent insipides.

Alors "Steady As She Goes" est le single de The Raconteurs, c'est la bête qui vous donnera envie d'acheter l'album, l'air qui traîne dans votre tête toute la journée à cause d'un petit déjeuner dépensé devant MTV. La grosse vitrine en fait, celle qui apate la presse et toutes les personnes encore assez désespérées pour ACHETER leur cd, ça ou détenir un baladeur autre que mp3... faut être un peu cruche quand même.

Bon, le nom du groupe est en tout cas très inspirant, les Raconteurs, "stories teller". Comme dans la belle tradition folk avec Woodie Gutrie et Leadbelly qui chantent des histoires d'amour impossible, des meurtres par passion et autres actes de dernier recours. Tout ça sans oublier l'ode à la campagne américaine, aux villes émergentes et aux bizarreries de l'époque moderne.

Bon là, on y est pas vraiment, je pense pas que ça soit vraiment le but de l'histoire. D'ailleurs j'ai beaucoup de mal à comprendre le but d l'histoire. Peut être tout simplement faire de la musique. C'est vrai que l'idée est plaisante : Jack White et sa bande de potes de Détroit se sont réunis dans un pur esprit rebelle pour exploser le garage des parents. Ca concorde après tout, ne serait-ce que dans le choix de la pochette. Les deux Grennhornes, le White et le Benson la gueule cassée dans un ascenseur, comme si il venait de se battre à la sortie d'une boite de ploucs du midwest américain.

Est-ce la vérité ou vous me prenez pour un désabusé qui a l'écriteau "coup commercial" qui s'allume à l'arrière du crâne ? Bah non, Jack White s'emble être un homme trop passionné, véritable amant du rock dans ce qu'il a de plus gras, de plus enraciné dans la terre... bref un mec trop bien pour faire ça.

Alors faire des chansons et filer un coup de pouce à ses potes complètement inconnus sur la majorité du globe. Ca donne quoi ça comme sorte d'album? Malheureusement une pièce qui ne choque pas vraiment. L'album passe tranquillement dans vos oreilles, caressant votre nuque douce et vos lèvres bombées. Le problème des caresses, c'est que trop longtemps ça irrite (les vendeurs de papier toilette en savent quelque chose).

L'album n'a pas vraiment de défaut, il a tout ce qu'il faut : le slow improbable en 2006 qu'est "Together"; le bon rock américain basique des années 70 comme savait en faire America, Dire Straits ou je ne sais quel fan de blues possédant une Les Paul (je parle du morceau "Hands") ; puis le rappel pop 60 qui parle de matin ensoleillé, je vous le donne dans le mille... "Yellow Sun". Le tout n'est pas désagréable du tout, il y a même de bonnes chansons. "Broken Boy Soldier" par exemple avec de drôles d'arrangements aux sonorités étirées, dansant avec la voix de Jack Whites suraigüe, le tout rythmé par des percussions tribales. Une sorte de drôle de transe, un flux tendue de musique, une lance qui redresse... un truc que l'on ressent très bien sur le "On the beach" de Neil Young par exemple.

Bon, et le côté White Stripes alors? Un peu, dans "Level" surtout avec les accords qui tombent en demi temps et la batterie vraiment très simple. Le plus, ce sont les arrangements, les multiples parties de guitare, solos, clavier... bref, tout ce que l'on peut faire quand un groupe à plus de quatre bras. Puis il y a un peu de Whites Stripes dans les plusieurs voix de "Store Broken Bones", chanson absolument inaudible d'ailleurs.

Et puis comme sur tous les albums où Jack White est dans les parages, on termine le tout sur une superbe chanson. "Blue Veins" et le vrai esprit Rythm & Soul des 60's, la musique noir que l'on filme toujours dans le même cliché, avec un éclairage bleuté et un saxophoniste de Chigago sous un profil trois quart. Une bonne chanson qui sent la cigarette qui ne tue pas, celle qui n'est qu'une image de beauté, une culture et la classe. Une chanson qui fait dire que l'on est vraiment las. Rien que pour cela les Raconteurs ont atteint le droit à un titre de groupe. Puis en plus ils ont un super batteur, le batteur qui donne une bonne raison de regarder Greenhornes en concert. Il y a lui et la tronche improbable du bassiste.

Alors les Racounteurs, un groupe dont on s'engueule sur la prononciation, un groupe qui a fait quelques bonnes chansons, un groupe qui a fait quelques chansons pourries... un groupe dont la sortie d'un deuxième album en étonnerait plus d'un (surtout moi).

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

The Raconteurs en concert au Festival International Benicàssim 2008

En savoir plus :

Le site officiel de The Raconteurs


L.J.Jet         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=