Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Nouvelle Vague
Bande à part  (PIAS)  juin 2006

Les fans de Ridley Scott et du premier Alien le savent (A ce stade de l'article le lecteur lambda se demande ce que vient foutre Ridley Scott dans une chronique d'album bobo...), c'est lorsqu'on ne voit pas le monstre qu'on a le plus de frissons.

Comprendre par là que les suites données au premier opus, tournées par un autre que Ridley, ne furent que suites infâmes et ridicules. On n'y voyait le monstre sous toutes ses coutures. On avait donc moins peur . La sauce prenait moins facilement. Et les violons devaient être joués plus fort pour surprendre .

Sur un mode de déclinaison musical, ce deuxième album de Nouvelle Vague concocté par Marc Collin et Olivier Libaux ressemble à s'y méprendre à la saga du monstre venu d'ailleurs.

Ici et ailleurs, le concept de covers, reprises dépoussiérées d'anciens tubes d'anciennes chansons, foisonne depuis plusieurs années déjà. Des Tribute to Polnareff par Burgalat au plus récent Ukuyéyé par Mareva Galanter, la mode est au recyclage. Au tri des déchets et du ménage.

Nouvelle vague avait suscité voila trois ans un vrai raz de marée avec ses reprises bossa de titres new-wave. Un vrai coup avec de splendides redécouvertes (d'"In a manner of speaking" des Tuxedomoon à "Love song" de P.I.L.) et une chaleur estival porté par la voix de Camille, entre autres chanteuses guest de cet album à facettes. Camille s'en est allée, le concept a fait des petits, juste nés pour le début de l'été.

La surprise n'est plus de mise pour Bande à part, qui sur la même idée des covers décalées, propose ici des versions réarrangées version samba caribéenne de 1940 aux 70'. Exercice de style autant que de choix, cette deuxième version a le vague à l'âme. Les oreilles entre deux chaises, à hésiter entre les sélections prestigieuses ("Bela Lugosi's dead" de Bauhaus, "Dance with me" des Lords of the new church) et les incongruités dont on se demande ce qu'elles viennent faire ici bas ("Let me go" des East 17).

Si les premières minutes ramènent à la beauté, la fraîcheur, du premier opus, la transpiration et l'agacement viennent vite. Ainsi, "The killing moon" (Org. Echo & the Bunnymen) et "Ever fallen in love" (Org. Buzzcocks) tirent leur épingle du jeu avec l'accordéon en sourdine pour de nouvelles visions de ces standards. Une vue maritime par le hublot de titres punks ou 80' .

Rapidement le mal de mer vient, des "Dancing with myself" en fait, et l'usure des voix qui minaudent se fait sentir. Comme si les kilomètres dévalés en décapotable se ressemblaient de plus en plus, le décor de moins en moins visible, sous le poids de la fatigue. La moulinette samba vire à l'inondation et les percus culbutent à coté de la plaque.

"O pamela" confirme le léger malaise qui s'installe, qui laisse à penser que Nouvelle Vague se déguste champagne à la main, pour reparler de ces fabuleuses 80' ; ambiance cosy lounge et fin de soirée, entre amis cadres supérieurs. Quelques exceptions à la règle bobo, notamment les deux fabuleuses reprises, "Dance with me" des Lords of the new church, taillées pour ce genre musical quand on y pense, avec son piano discret et son accordéon à l'ombre. Et puis, peut-être surtout, "Don't go" de Yazoo, sublimé ici par la voix de Gerald Toto, sensible et haut perché comme le "Horace Andy" de Massive Attack.

Toutes les bonnes choses ont une fin, et celle de Nouvelle Vague s'arrête à la reprise de "Blue Monday", reprise évidente et facile, dénaturée sans sa boite à rythme légendaire. Les voix féminines, justes et belles, le sont trop, justement. Comme s'il suffisait d'insérer le filtre "Nouvelle Vague" pour encenser chaque chanson.

La fraîcheur se perd au large des tropiques, faisant ça et là penser à un cachalot échoué sur le tropique du capricorne. Cette nouvelle mouture pourrait bien prendre la tasse.

Saluons l'initiative et la noirceur conservée de certains titres, comme ce "Bela Lugosi's dead" rentre dedans avec son orgue mortuaire. Pour le reste, les passionnés et amateurs banderont à part .

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album 3 de Nouvelle Vague
La chronique de l'album Couleurs sur Paris de Nouvelle Vague
La chronique de l'album I could be happy de Nouvelle Vague
Nouvelle Vague en concert au Festival Fnac Indétendances 2005
Nouvelle Vague en concert au Grand Rex (25 avril 2007)
Nouvelle Vague en concert au Fil (17 octobre 2008)
Nouvelle Vague en concert à Aéronef (samedi 12 février 2011)
La chronique de l'album Uncovered Queens of The Stone Age de Olivier Libaux
La chronique de l'album Uncovered Queens of the Stone Age - The Lost EP de Olivier Libaux
L'interview de Olivier Libaux - Les Objets (juin 2016)
Livres : Olivier Libaux & Jean-François Martin - La guitare dans la vitrine

En savoir plus :
Le site officiel de Nouvelle Vague
Le Bandcamp de Nouvelle Vague
Le Facebook de Nouvelle Vague


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=