Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Nouvelle Vague
Bande à part  (PIAS)  juin 2006

Les fans de Ridley Scott et du premier Alien le savent (A ce stade de l'article le lecteur lambda se demande ce que vient foutre Ridley Scott dans une chronique d'album bobo...), c'est lorsqu'on ne voit pas le monstre qu'on a le plus de frissons.

Comprendre par là que les suites données au premier opus, tournées par un autre que Ridley, ne furent que suites infâmes et ridicules. On n'y voyait le monstre sous toutes ses coutures. On avait donc moins peur . La sauce prenait moins facilement. Et les violons devaient être joués plus fort pour surprendre .

Sur un mode de déclinaison musical, ce deuxième album de Nouvelle Vague concocté par Marc Collin et Olivier Libaux ressemble à s'y méprendre à la saga du monstre venu d'ailleurs.

Ici et ailleurs, le concept de covers, reprises dépoussiérées d'anciens tubes d'anciennes chansons, foisonne depuis plusieurs années déjà. Des Tribute to Polnareff par Burgalat au plus récent Ukuyéyé par Mareva Galanter, la mode est au recyclage. Au tri des déchets et du ménage.

Nouvelle vague avait suscité voila trois ans un vrai raz de marée avec ses reprises bossa de titres new-wave. Un vrai coup avec de splendides redécouvertes (d'"In a manner of speaking" des Tuxedomoon à "Love song" de P.I.L.) et une chaleur estival porté par la voix de Camille, entre autres chanteuses guest de cet album à facettes. Camille s'en est allée, le concept a fait des petits, juste nés pour le début de l'été.

La surprise n'est plus de mise pour Bande à part, qui sur la même idée des covers décalées, propose ici des versions réarrangées version samba caribéenne de 1940 aux 70'. Exercice de style autant que de choix, cette deuxième version a le vague à l'âme. Les oreilles entre deux chaises, à hésiter entre les sélections prestigieuses ("Bela Lugosi's dead" de Bauhaus, "Dance with me" des Lords of the new church) et les incongruités dont on se demande ce qu'elles viennent faire ici bas ("Let me go" des East 17).

Si les premières minutes ramènent à la beauté, la fraîcheur, du premier opus, la transpiration et l'agacement viennent vite. Ainsi, "The killing moon" (Org. Echo & the Bunnymen) et "Ever fallen in love" (Org. Buzzcocks) tirent leur épingle du jeu avec l'accordéon en sourdine pour de nouvelles visions de ces standards. Une vue maritime par le hublot de titres punks ou 80' .

Rapidement le mal de mer vient, des "Dancing with myself" en fait, et l'usure des voix qui minaudent se fait sentir. Comme si les kilomètres dévalés en décapotable se ressemblaient de plus en plus, le décor de moins en moins visible, sous le poids de la fatigue. La moulinette samba vire à l'inondation et les percus culbutent à coté de la plaque.

"O pamela" confirme le léger malaise qui s'installe, qui laisse à penser que Nouvelle Vague se déguste champagne à la main, pour reparler de ces fabuleuses 80' ; ambiance cosy lounge et fin de soirée, entre amis cadres supérieurs. Quelques exceptions à la règle bobo, notamment les deux fabuleuses reprises, "Dance with me" des Lords of the new church, taillées pour ce genre musical quand on y pense, avec son piano discret et son accordéon à l'ombre. Et puis, peut-être surtout, "Don't go" de Yazoo, sublimé ici par la voix de Gerald Toto, sensible et haut perché comme le "Horace Andy" de Massive Attack.

Toutes les bonnes choses ont une fin, et celle de Nouvelle Vague s'arrête à la reprise de "Blue Monday", reprise évidente et facile, dénaturée sans sa boite à rythme légendaire. Les voix féminines, justes et belles, le sont trop, justement. Comme s'il suffisait d'insérer le filtre "Nouvelle Vague" pour encenser chaque chanson.

La fraîcheur se perd au large des tropiques, faisant ça et là penser à un cachalot échoué sur le tropique du capricorne. Cette nouvelle mouture pourrait bien prendre la tasse.

Saluons l'initiative et la noirceur conservée de certains titres, comme ce "Bela Lugosi's dead" rentre dedans avec son orgue mortuaire. Pour le reste, les passionnés et amateurs banderont à part .

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album 3 de Nouvelle Vague
La chronique de l'album Couleurs sur Paris de Nouvelle Vague
La chronique de l'album I could be happy de Nouvelle Vague
Nouvelle Vague en concert au Festival Fnac Indétendances 2005
Nouvelle Vague en concert au Grand Rex (25 avril 2007)
Nouvelle Vague en concert au Fil (17 octobre 2008)
Nouvelle Vague en concert à Aéronef (samedi 12 février 2011)
La chronique de l'album Uncovered Queens of The Stone Age de Olivier Libaux
La chronique de l'album Uncovered Queens of the Stone Age - The Lost EP de Olivier Libaux
L'interview de Olivier Libaux - Les Objets (juin 2016)
Livres : Olivier Libaux & Jean-François Martin - La guitare dans la vitrine

En savoir plus :
Le site officiel de Nouvelle Vague
Le Bandcamp de Nouvelle Vague
Le Facebook de Nouvelle Vague


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 5 avril 2020 : sous le soleil... mais pas vraiment

Les beaux jours sont au rendez vous en ce début avril mais nous, sages et confinés n'allons pas cette année envahir parcs et terrasses à comparer son bronzage à coup de vin rosé douteux... non on attend que la mort détourne les yeux de notre pauvre monde. Donnons nous un peu de baume au coeur avec notre sélection culturelle hedbo.

Du côté de la musique :

"Shut up Mix #13" par Listen in Bed à écouter en ligne
"Cerc" de Artus
Interview avec Christophe Chassol autour de son album "Ludi"
"Que faire de son coeur ?" de Eskimo
"Bonheur ou tristesse" de Lesneu
"Super lâche" de Maalers
"Zeno" de Muzi
"Shostakovich : Symphony N 8" de Orchestre National du Capitole de Toulouse & Tugan Sokhiev
"It's a mighty hard road" de Popa Chubby
"Chapter 3" de Tropical Mannschaft
"Cimes" de Volin
et toujours :
"44" de François Puyalto
"Yene mircha" de Hailu Mergia
"Le silence et l'eau" de Jean-Baptiste Soulard
"Gigaton" de Pearl Jam
"Metal band" de Bernard Minet
"Connection loss" de Caesaria
"The black days session #1" de Daniel Roméo
"Sixième sens" de Faut Qu'ça Guinche
Péroké, Coco Bans, Al Qasar, quelques clips pour lutter contre l'ennui du confinement
"Alterations" de Robin McKelle
"Love of life" de Vincent Courtois, Robin Fincker et Daniel Erdmann
"No return" de We are Birds

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

en diffusion sur le net :
un classique revisité avec la vidéo de "Le Misanthrope"
une comédie dramatique historique avec le streaming de "A tort et à raison"
une comédie dramatique contemporaine avec le streaming de "Ils n'avaient pas prévu qu'on allait gagner"
une comédie contemporaine avec "L'heureux élu"
du divertissement caustique avec des inoxydables :
"J'aime beaucoup ce que vous faites"
"Sexe, magouilles et culture générale"
du boulevard avec :
"Ma femme s'appelle Maurice"
"Le Nouveau testament"
dans la série "Au Théâtre ce soir" :
"Folie douce"

"Chat en poche"
une gourmandise avec "La Belle Hélène" façon peplum hybridé comics
et des spectacles à voir ou a revoir en DVD :
"Orphée"
"Poisson et Petits pois !"
"Road Trip"

Expositions avec:

des balades muséales à Paris en en bord de Seine avec la visite virtuelle des collections permanentes du Musée d'Orsay, du Musée des Arts Décoratifs et du Musée du Quai Branly
pousser en province jusqu'au Musée des Beaux Arts de Lyon et même au Mucem à Marseille
et commencer un Tour d'Europe par l'Italie direction Galerie d'Art Moderne de Milan puis la Galerie des Offices à Florence
mettre la zapette dans le sac à dos pour s'aventurer dans les musées du bout du monde du Japon au The National Museum of Modern Art de Tokyo aux Etats Unis avec le Musée Guggenheim à New York
enfin retour at home en toute tranquillité mais en musique en son électro avec sur le Musée de la Sacem "Musiques électroniques - Des laboratoires aux dance floors"

Cinéma at home avec :

en mode Ciné-Club avec :
"Dementia" de Francis Ford Coppola
"M le maudit" de Fritz Lang
"La maman et la putain" de Jean Eustache
découvrir en DVD la filmographie de Jean-Daniel Pollet, réalisateur atypique - et méconnu - de la Nouvelle Vague pour lequel la Cinémathèque française avait prévu une rétrospective avec en parallèle la sortie en salles de ses films restaurés avec en streaming "Méditérranée
et des films récents sortis en DVD :
"Adults in the room" de Costa Gavras
"Au bout du monde" de Kiyoshi Kurosawa
"Martin Eden" de Pietro Marcello

Lecture avec :

"Aotea" de Paul Moracchini
"Fille et loup" de Roc Espinet
"Ghosts of L.A." de Nicolas Koch
"Pierre le Grand" de Thierry Sarmant
"Propriétés privées" de Lionel Shriver
et toujours :
"Banditi" de Antoine Albertini
"Champ de tir" de Linwood Barclay
"Chasseurs et collectionneurs" de Matt Suddain
"Les cents derniers jours d'Hitler" de Jean Lopez
"Les plumes du pouvoir" de Michaël Moreau
"Nefertari dream" de Xavier-Marie Bonnot

Froggeek's Delight :

"Shadow, le cloud computing", retour d'expérience de l'utisation d'un PC dans les nuages
Une sélection de jeux pour moins vous ennuyer pendant le confinement et plus tard
"Call of Cthulhu" sur Switch, PS4, Xbox One et PC
"Call of Duty Modern warfare" sur PS4, XboxOne, PC

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=