Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Our brother the native
Tooth and claw  (Fat Cat Records / PIAS)  juin 2006

Il y a des disques improbables. Le premier album d'Our brother the native, l'excellent Tooth and Claw, est l'un de ceux-là. Fruit du labeur de trois jeunes américains, dont l'âge oscille aujourd'hui en 18 et 20 ans, il a été composé par email, par adjonctions successives. Il faut dire que l'un des membres du trio n'avait jamais rencontré les deux autres, vivant à des milliers de kilomètres d'eux - pas jusqu'à leur première prestation live en février dernier, en tout cas.

Du point de vue musical, les amateurs de Cocorosie se retrouveront peut-être en terrain connu. Même légèreté, même indolence, mêmes sonorités, même, faites de brics et brocs et bruits divers ; autant de candeur ici que là-bas d'insouciance. A ceci près qu'Our brother the native ne milite pas pour le même minimalisme, le même dépouillement acoustique. Au contraire, avec Tooth and Claw, le trio parvient à dissocier la sérénité du vide - pour la lier avec un foisonnement réjouissant, celui de compositions sans queue ni tête faites d'instrumentations étranges : guitares, banjo, percussions, piano, voix étranglées ou noyées d'effets et, surtout, nombre d'éléments dont on aura du mal à discerner la nature exacte. Musique noise laconique, évocatrice, emplie de douceur, qui illustre surtout la volonté farouche des trois jeunes musiciens de ne pas s'enfermer dans le confort de compositions trop maîtrisées.

Se met ainsi en place, petit à petit, un univers bigarré, où domine une certaine douceur, où l'étrange et l'incongru le disputent à une beauté qui pourrait bien être de l'ordre de l'extatique. Un univers tout de brillance, jusque dans ses recoins les plus sombres. Comme un havre de paix, sanctuaire d'un certain amour un peu candide, juvénilement, où l'on viendrait avec plaisir se reposer de l'apprêté parfois épuisante de la musique indépendante - au sens le plus expérimental et extrême que sait prendre cet adjectif. Un univers minuscule, sans prétention, dont on fait le tour en 54 minutes, presque sans y penser.

Un voyage si court peut certainement paraître anodin. Une fois le dernier pas achevé, d'ailleurs, quel souvenir en restera-t-il ? Rien de bien précis. A peine une sensation de lumière diffuse, omniprésente, très douce. Il n'en est pas moins vrai qu'il y aura toujours un moment opportun pour revenir sur ses propres traces, parcourir à nouveau ces paysages, exagérés comme des dessins d'enfants ; y retrouver avec bonheur l'improbable - comme si l'on avait eu raison, tout simplement, de croire aux contes de fées pendant toutes ces années. Tooth and Claw est un disque magnifique, tout simplement, d'une grandeur sans affectation, d'une richesse et d'une liberté qui pour être outrées ne sont jamais déplacées.

 

En savoir plus :

Le site officiel de Our brother the native
Our brother the native sur Fat Cat Records


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=