Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Thom Yorke
The Eraser  (XL Recordings / Beggars)  juillet 2006

Un album solo de Thom Yorke, c'est un peu Noël avant l'heure, comme un album de Lennon après le Blanc. Comme une avancée de terre dans la mer noire, entre les rêves humides de Thom et ses doutes acérés.

Echappé de la monture Radiohead, l'homme à tête de radio livre un objet aux mille facettes, sans concessions ni faiblesses, car taillé pour l'élite, sorte de cheval schizophrénique mutilé par les plaies électroniques.

The Eraser, dans un sens, représente la malle à secrets de Thom, ses désirs enfouis sous les années de succès qui passent, et son amour de Brian Eno qui remonte enfin à la surface. Ouvrir ses victimes et ses compositions au scalpel en y insérant boîtes à rythmes tribales, échos et delays sans refermer son patient.

The Eraser, sans y réfléchir, représente l'oubli de soi dans la musique, comme une catharsis, un cri dans la nuit, seul et hypnotisé. Titre d'ouverture, la chanson éponyme "The Eraser" et son piano samplé à l'infini, ouverture vers l'espace, chant fantôme se baladant en coulisses.

Et puis vient le temps des mélodies orientales électroniques mixées au piano omniprésent sur "Analyse", storytelling à l'anglaise, construite comme la lente montée jusqu'à l'explosion. Voix parfaite et singulière de Thom, qui achève le chantier débuté sur Kid A et Amnesiac, à la recherche du Krautrock (Can, Cluster, Neu !) plus que des pop-songs du début. L'avancée dans les tranchées continue, et l'âme de Radiohead étonne par sa capacité à dériver dans la structure de ses chansons, loin du cliché couplet/refrain/pont/solo.

Un champ expérimental pour les générations futures, dans lignée des Boards of Canada, voila ce qu'est The Eraser. Un bon gros coup de pied dans le cul des guitares, absentes pour la plupart sur l'opus solo. Exception faite du très "I might be wrong" "The Clock" et ses guitares régulières comme un pendule, lourdes comme une massue allemande.

"Black swan", single utopique (Comprendre par là impensable car trop bon pour être diffusé sur les mass-médias) marque le début d'une nouvelle ère, où les riffs de basse torturées chercheraient en vain à étrangler les synthétiseurs pastoraux. "And it rained all night" paraphe l'ensemble lumineux comme une sentence définitive, une mélodie à base de samples et de machines, une nouvelle ère glaciaire et humaine, froide et éternelle, où le vent serait guidé par le souffle de Thom Yorke.

Clairement, le pathos et les cauchemars du névropathe influent sur l'ambiance onirique et malsaine de l'ensemble. La douleur est trop forte ("Harrowdown hill"), le bonheur est trop bon et meilleur reste à venir, en conclusion.

Atterrissage lunaire rappelant le Dark side du Floyd, amerrissage ouaté et brumeux sur "Cymbal rush", crossover entre le néant et la vie, enterrement des idées préconçues. Formule miracle mariant l'électro et le piano comme l'eau et la grenadine, amenant lentement, vicieusement la rupture et la transition vers les chants angéliques et le piano qui monte en sourdine, pour amener au deuxième mouvement de ce bal nocturne, avec près de deux minutes de jouissance absolue et instrumentale, soutenue par les claviers mystiques et la guitare en stratosphère. Beau comme la vie éternelle.

Que reste-t-il après The Eraser ? Une amnésie partielle de la musique dans son ensemble, l'envie de pages blanches pour y copier l'art de Thom Yorke à ne se fier qu'à lui-même, l'art pour l'art, œil pour œil, et dent pour dent. Cet album, nos enfants en parleront longtemps, bien après nos réincarnations.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album In rainbows de Radiohead
La chronique de l'album The Best Of de Radiohead
La chronique de l'album The King of Limbs de Radiohead
Radiohead en concert aux Arènes de Nimes (14 juillet 2003)
Radiohead en concert au Festival International de Benicassim 2002
Radiohead en concert à Bercy (17 novembre 2003)
Radiohead en concert à Main Square Festival


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 27 septembre 2020 : Autumn Sweater

Voici les premiers jours d'automne, les premiers froids, la pluie et l'envie de s'auto-confiner avec une boisson réconfortante, du chauffage, de la bonne musique, un bon livre, film, jeu voire avec des amis autour d'un bon repas. Bref, c'est l'automne et voici le programme réconfortant de la semaine. Sans oublier le replay de la MAG #11 du 26/09.

Du côté de la musique :

"Echos" de Romain Humeau
"American head" de The Flaming Lips
"Grand écran" de Ensemble Triptikh
"Beethoven : op 109, 110, 111" de Fabrizio Chiovetta
"B.O. d'une scène de meurtre" première émission de la saison 2 de Listen In Bed
"Oiseau(x) scratch" de Luc Spencer
"Debussy" de Philippe Bianconi
"Tête Blême" de Pogo Car Crash Control
"XIII" de Quatuor Ardeo
et toujours :
"In and out of the light" de The Apartments
"Chrone EP" de Atrisma
"State of emergency" de Babylon Circus
"Nomadic spirit" de La Caravane Passe
"Règle d'or" de Marie Gold
"Berg, Webern, Schreker" de Orchestre National d'Auvergne & Roberto Forès Veses

Au théâtre :

les nouveautés :
"Le Grand Inquisiteur" au Théâtre national de l'Odéon
"Iphigénie" aux Ateliers Berthier
"Philippe K. ou la flle aux cheveux noirs" au Théâtre de la Tempête
"Le Grand Théâtre de l'épidémie" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Crise de nerfs" au Théâtre de l'Atelier
"Le Quai de Ouistreham" au Théâtre 14

"Les Pieds tanqués" au Théâtre 12
"Le nom sur le bout de la langue" au Théâtre de la Huchette
"La Folle et inconvenante Histoire des femmes" au Théâtre Le Funambule-Montmartre
les reprises :
"Un Vers de Cid" au Théâtre Essaion
"Album de famille" au Studio Hébertot
"A la recherche du temps perdu" au Théâtre de la Contrescarpe
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre des Mathurins
"Contrebrassens" au Studio Hébertot
"Leonard de Vinci, naissance d'un génie" au Studio Hébertot
"J'aime Brassens" au Théâtre d'Edgar
et les spectacles déjà à l'affiche

Expositions :

la nouvelle saison muséale avec :
"Victor Brauner - Je suis le rêve. Je suis l'inspiration" au Musée d'Art Moderne de Paris
"Alaïa et Balenciaga - Sculpteurs de la forme" à la Fondation Azzedine Alaïa
"Pierre et Gilles - Errances immobiles" à la Galerie Templon
"Sarah Moon - PasséPrésent" au Musée d'Art Moderne de Paris

Cinéma :

en salle :
"L'Ordre moral" de Mario Barroso
at home :
"Drôles d'oiseaux" de Elise Girard
"Mise à mort du cerf sacré" de Yorgos Lanthimos
"Terror 2000 - Etat d'urgence en Allemagne" de Christoph Schlingensief
"Vers un destin insolite sur les flots bleus de l'été" de Lina Wertmüller
"Ruth et Alex" de Richard Loncraine

Lecture avec :

"Ici finit le monde occidental" de Matthieu Gousseff
"L'heure des spécialistes" de Barbara Zoeke
"Mémoires" du Général von Choltitz
"Porc braisé" de An Yu
"Portraits d'un royaume : Henri III, la noblesse et la Ligue" de Nicolas Le Roux
"Sublime royaume" de Yaa Gyasi

et toujours :
clickez ici pour Notre sélection des livres de la rentrée mais aussi
"De soleil et de sang" de Jérôme Loubry
"Fin de combat" de Karl Ove Knausgaard"
"KGB" de Bernard Lecomte et "Napoléon, dictionnaire historique" de Thierry Lentz
"La danse du vilain" de Fiston Mwanza Mujila
"Louis XIV, roi du monde" de Philip Mansel

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=