Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Bless
Interview  (Paris)  5 juillet 2006

Au rayon des chanteuses trentenaires, voici une nouvelle venue, Bless, qui sort son premier album éponyme.

Un album sur mesure pour sa voix légère et douce qui joue sur l'intime et l'autofiction.

On glose déjà sur votre nom de scène. Alors pourquoi "Bless" ?

Bless : Mon prénom est Bénédicte qui veut dire "bénie des dieux" en latin et qui donne "bless" en anglais.

Dixit la bio, il y a eu le théâtre, la sculpture. Et la musique maintenant ou depuis toujours ?

Bless : J'ai commencé tout vers 18 ans et simultanément. A un moment donné, je faisais davantage de théâtre parce que cela me faisait gagner ma vie, puis j'ai fait de la sculpture pour la même raison mais j'ai toujours fait parallèlement de la musique. Dans ce domaine, comme je suis autodidacte et que je fais tout moi-même cela a pris un certain temps pour croître jusqu'au moment où j'ai lâché tout le reste pour me consacrer à la musique.

Donc tout dépendait en fait d'un critère économique ?

Bless : Mon attirance pour le domaine artistique m'a amené à m'y consacrer mais ensuite j'ai effectivement poursuivi plus dans une voie que l'autre pour des raisons financières. Mais cela m'amusait aussi.

Et la musique est une affaire de circonstances ?

Bless : A force de m'atteler au travail, j'ai accéléré le mouvement jusqu'il y a 4 ans quand j'ai appris à faire des arrangements. Le déclic a eu lieu à l'occasion d'une pièce de théâtre pour laquelle j'ai adapté un poème en chanson. Donc j'ai ensuite commencé à écrire des chansons et cela de manière exponentielle.

Faire tout soi-même est une position de principe ?

Bless : Au départ, je faisais les textes et les mélodies vocales. Puis, j'ai écrit des arrangements. Car à cette époque il n'y avait personne pour les faire à ma place donc j'ai appris. J'y ai pris goût et maintenant je préfère le faire seule.

A l'image de la pochette, "la robe en prose" qui figure d'ailleurs dans le texte d'une de vos chansons, "La raison pure", cet album est du tricoté main, du sur mesure autobiographique ?

Bless : Ce sont des textes en forme de miroirs multiples.

Cela implique-t-il une part d'impudeur ?

Bless : C'est difficile de parler d'impudeur puisqu'on ne peut parler que de soi qui est la personne que l'on connaît le mieux. Tout ce qu'on vit est en soi également car ce sont nos propres émotions qui interprètent ce qui nous arrive.

Dans les chansons j'aborde des thèmes qui ont été suffisamment digérés pour que j'arrive à les déformer ou leur donner une couleur particulière. Ce sont davantage des labyrinthes qu'un autoportrait explicite. Différentes parcelles de moi sont disséminées dans les chansons.

Il y a un phénomène de catharsis comme dans la chanson "Le buvard"

Bless : Oui.

Votre album comporte 1/3 de titres en anglais : un choix stratégique ou incontournable ?

Bless : En fait, j'ai commencé par l'anglais à l'occasion de la pièce que j'évoquais auparavant. Je suis venue au français ensuite. Cela ne résulte pas d'un choix stratégique mais ma culture musicale est plutôt anglo-saxonne . Donc j'étais naturellement portée à écrire en anglais. Mais par ailleurs, l'anglais est une langue que je ne maîtrise pas donc cela me limitait au niveau de l'écriture. J'écrivais des choses très simples qu'un enfant peut comprendre. Le français me permet une expression plus riche au niveau du vocabulaire.

Quelle est cette culture musicale anglo-saxonne ?

Bless : C'est très hétéroclite. A un moment j »écoutais du rap américain comme Blackseep, Pharcyde puis j'ai dérapé vers les Beastie Boys, ensuite le rock, mais des choses assez immondes que j'écoutais à l'époque où je sortais en boîte. Il y a eu les Velvet, les Beatles, dont j'adore l'album "Blanc" que j'ai découvert assez tard.

Plus récemment, j'ai découvert Elliot Smith, Violent femmes. J'ai aussi beaucoup écouté Nina Simone, Janice Joplin. En français, il y a eu une période où j'écoutais la chanson à texte de Brel, Barbara, Gainsbourg période sixties.

L'album se situe dans un registre pop et pourtant il y a deux titres dont "Dusty dirty duty" qui sonne plutôt rock. Quelle a été la ligne musicale directrice de cet album ?

Bless : Je n'ai jamais appris la musique par référence à des groupes mais en apprenant à faire des arrangements pour mes chansons. Et comme je n'ai pas de culture homogène, je ne suis pas imprégnée d'un registre musical particulier. Je ne reproduis pas. Pour "Dusty dirty duty" c'est un peu particulier car Rubin Steiner qui a fait une compil "Travaux publics" pour laquelle il a sollicité diverses personnes en leur envoyant une charte avec un thème. L'un de ces thèmes était punk garage et j'ai fait ce morceau pour cette compil.

Dans votre album figure un clip "Le plaisir" qui est très singulier. Qui a fait le c hoix de la thématique visuelle ?

Bless : L'univers du clip est celui de la réalisatrice Delphine Gleize. Ce qui m'intéresse dans ce qu'elle a fait est la transposition de ce que j'avais écrit dans son propre univers. Pour cette chanson, j'utilise un vocabulaire qui se réfère plutôt à la danse et à la sexualité et elle a trouvé d'autres images pour revenir à mon texte.

Dans la chanson, il est question de sexualité de plaisir qui n'est pas si facile à atteindre et elle se trouve en face d'un garçon qui est démuni.

Il est plus que démuni : passif puisque malade, immobilisé voir inconscient.

Bless : Je trouve cela amusant d'autant qu'elle a un univers particulièrement riche ce qui fait que cela change des clips ordinaires. Et la petite fille que l'on voit dans le clip est ma fille.

Allez-vous défende cet album sur scène ?

Bless : C'est déjà le cas puisque nous l'avons déjà fait. Pour le moment, cela reste de petites dates, des plateaux, des télés, des premières parties mais d'autres date sont prévues pour la rentrée notamment 2 dates à la Boule Noire , une black ou white session de Bernard Lenoir. Cela se met progressivement en place. Au niveau de la promotion, il y au également une diffusion des extraits de mes chansons dans les cinémas MK2 avec la présentation de la pochette.

Cela donne quoi Bless en live ?

Bless : C'est bien ! (rires).

Comment se décline en live un album comme le vôtre qui est plutôt intimiste ?

Bless : Cela prend une tournure plus rock avec la batterie.La difficulté réside dans la transmission de l'émotion pour les textes qui sont très doux. Mais cela se passe plutôt bien.

Vous n'avez pas une voix de ténor ou de soprano. Votre voix est naturellement ainsi ou la rendez vous davantage atone pour coller à l'ambiance des chansons ?

Bless : Ma voix pousse davantage sur scène bien sûr. Ce qui m'intéresse c'est de traduire l'émotion des textes avec la voix. Ce qui ne marche pas dans la projection à mort. Sinon cela devient du chant et éloigne du propos raconté. Mon but n'est pas de faire des vocalises.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album eponyme de Bless
Bless en concert au Festival Europavox 2017 - Vendredi 30 juin
Oldies : The red crayola - God bless the Red Crayola and all who sail with it

En savoir plus :

Le site officiel de Bless

Crédits photos : David (plus de photos sur Taste of indie)


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 24 mai 2020 : Culture pour tous !

Toujours pas de festival, de théâtre, de concert, et autres ouvertures de lieux de réjouissances diverses sinon quelques passe droits pour les amis de Manu. En espérant que tout rentre dans l'ordre et que l'on retrouve le plaisir du spectacle vivant bientôt. Soyez prudents, sortez couverts et restez curieux !

Du côté de la musique :

Interview de Roman Rappak autour de son nouveau projet Miro Shot
"Par défaut" de Antoine Hénaut
"Three old words" de Eldad Zitrin
"Night dreamer direct to disc sessions" de Gary Bartz & Maisha
"Mareld" de Isabel Sörling
"Miroir" de Jean Daufresne & Mathilde NGuyen
"Self made man" de Larkin Poe
"Notre dame, cathédrale d'émotions" de Maitrise Notre Dame de Paris
"Enchantée" de Marie Oppert
"Miroirs" de Quintet Bumbac
et toujours :
"Chante-nuit" de Facteurs Chevaux
"9 songs" de Pierre
"Sex education" de Ezra Furman
"Cage meet Satie" de Anne de Fornel et Jay Gottlieb
Interview de Batist & the 73' réalisé à l'occasion de son live Twitch dont des extraits accompagnent cette entretien
"Hundred fifty roses" de Dune & Crayon
"F.A. Cult" de Hermetic Delight
"Love is everywhere" de Laurent Bardainne & Tigre d'Eau Douce
"Hum-Ma" de Les Enfants d'Icare
"Spirals" de Sébastien Forrestier

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"Frida jambe de bois" de Pascal Rinaldi en vidéo
le diptyque Arne Lygre mis en scène par Stéphane Braunschweig :
"Je disparais" en vidéo
"Rien de moi" en vidéo
des comédies :
"Alors on s'aime"
"L'Appel de Londres"
"Hier est un autre jour"
du divertissement :
"On ne choisit pas sa famille"
"Double mixte"
du vaudeville avec "Le Système Ribadier"
du côté des humoristes :
"François Rollin - Colères"
"La Teuf des Chevaliers du fiel"
"Franck Duboscq - Il était une fois"
Au Théâtre ce soir :
"Le canard à l'orange"
"Le prête-nom"
"Deux hommes dans une valise"
des classiques par la Comédie française :
"Le Petit-Maître corrigé" de Marivaux
"Cyrano de Bergerac" d"Edmond Rostand
et aller à l'opéra pour :
"Fortunio" d'André Messager
"Falstaff" de Verdi

Expositions avec :

les visites commentées par les commissaires d'expositions qui se sont tenues au Musée Jacquemart-André :
"Hammershøi, le maître de la peinture danoise" en vidéo
et "La collection Alana - Chefs-d'oeuvre de la peinture italienne"
partir en province pour découvrir en images le Musée d'Art Moderne et Contemporain de Strasbourg
et le Musée des Beaux-Arts de Nancy
puis en Europe en Espagne le Musée national Thyssen-Bornemisza à Madrid
en Allemagne au Städel Museum à Francfort
ailleurs au Brésil à la Pinacothèque de Sao Paulo
et au Japon au Ohara Museum of Art à Kurashiki
avant de revenir dans l'Hexagone pour une déambulation virtuelle dans le Petit Palais

Cinéma at home avec :

du drame : "Aime ton père" de Jacob Berger
de l'espionnage : "Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
du thriller : "The Unseen" de Geoff Redknap
du thriller fantastique avec "La Neuvième Porte" de Roman Polanski
du divertissement :
"Cassos" de Philippe Carrèse
"Promotion canapé" de Didier Kaminka
"Les Frères Pétard" de Hervé Palud
de glorieux péplums italiens avec Steve Reeves :
"Les Travaux d'Hercule' de Pietro Francisci en VO
"La Bataille de Marathon" de Jacques Tourneur, Mario Bava et Bruno Vailati en VF
du western :
"L'Homme aux colts d'or" d'Edward Dmytryk
"Chino" de John Sturges
au Ciné Club, du cinéma français des années 30 :
"Mister Flow" de Robert Siodmak
"La Banque Némo" de Marguerite Viel
"Les amours de minuit" d'Augusto Genina et Marc Allégret
"Ces messieurs de la santé" de Pierre Colombier
et des films récents en DVD :
"Deux" de Filippo Meneghetti
"Les Eblouis" de Sarah Suco
"La Dernière vie de Simon" de Léo Karmann

Lecture avec :

"J'aurais pu devenir millionnaire, j'ai choisi d'être vagabond" de Alexis Jenni
"Les Beatles" de Frédéric Granier
"Washington Black" de Esi Edugyan
et toujours :
"Là où chantent les écrevisses" de Delia Owens
"Les lumières de Tel Aviv" de Alexandra Schwartzbrod
"Faites moi plaisir" de Mary Gaitskill
"La chaîne" de Adrian McKinty
"Incident au fond de la galaxie" de Etgar Keret

Froggeek's Delight :

Des lives jeux vidéo (mais aussi des concerts) tout au long de la semaine sur la chaine Twitch. Rejoignez la chaine et cliquez sur SUIVRE pour ne rien rater de nos diffusions.

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=