Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Paddy mcAloon
I trawl the Megahertz  (Emi)  janvier 2004

Inutile d'épiloguer sur les problèmes de santé de Paddy McAloon, génie de la pop depuis plus de 10 ans avec ses Prefab Sprout et auteur de quelques chefs d'œuvres tels que Steve Mc Queen ou Jordan the Comeback.

Il est pourtant important de savoir que ce disque a vu le jour alors que, précisément, Paddy McAloon perdait la vue.Privé de lecture, il se réfugia dans l'écoute de la radio, les longs talk shows qui tiennent leurs rares auditeurs en haleine n'ayant plus de secret pour lui. D'où le titre de ce disque I trawl the megahertz (je navigue sur les megahertz).

De cette épreuve, Paddy McAloon a tiré, pour son premier album solo en dehors du cocon Prefab Sprout, un album tout simplement somptueux.

Un album quasi instrumental sur lequel sa voix (intacte) ne fait qu'une brève et douce incursion ("Sleeping Rough") entourée de hautbois, de violons et autres instruments exotiques. Mélodies ciselées comme du cristal mais sans tape a l'œil, l'anti tube, certes, mais aussi révélateur d'émotions (les siennes... et les nôtres).

Mais le premier morceau qui donne le titre à l'album "I trawl the Megahertz" est autrement plus ambitieux et, disons le tout de suite, à la hauteur de ses ambitions. Un morceau de plus de 22 minutes d'une musique comme Paddy McAloon en a seul le secret ; on reconnaît dès les premières notes ce petit son de clochettes caractéristique de Prefab Sprout, mais ici, la musique est plus "planante", "athmosphérique" aux accents jazzy et surannés (au bon sens du terme) avec sa trompette et ses arrangements langoureux, une invitation au voyage dans sa vie pour laquelle une récitante Yvonne Connors nous prend par la main et les sens.

Mais là où une "lecture musicale" de 22 minutes aurait pu être rébarbative, compte tenu de la difficulté de l'exercice, nous nous retrouvons immergés dès les premières mesures tant par la musique que par la voix et le phrasé (pas une simple lecture d'ailleurs, mais une réelle interprétation) d'un texte superbe qui mérite qu'on s'y attarde ("Still, my eyes are fixed upon the place I last saw you, your signal urgent but breaking, before you became cotton in a blizzard, a plane coming down behind enemy lines.").

Suit "Esprit de corps" (en français) qui respire la joie et l'éveil de la nature après les frimas, une superbe envolée de cordes qui ressemble à une fenêtre qui s'ouvre sur une campagne inondée de soleil par un matin de printemps (vous le voyez le papillon là !?). Réminiscence sans doute mais la facture classique évoque la symphonie du nouveau monde de Dvorak.

"We were Poor..." et "... But we were happy" forment un superbe duo mi symphonique, mi pop à coup de cordes et de cuivres tempérés et une trompette jazzy qui ne sont pas sans rappeler Craig Armstrong ou In The Nursery. Et "Orchid 7" est proche d'ITN avec des chochettes champêtres qui remplaceraient les tambours sur des mélopées à la Satie. Superbe je vous dis !

"I'm 49", troisième morceau non-instrumental, présente lui aussi un exercice de style puisque les paroles sont de brefs dialogues , bande son de film ou conversation téléphonique accompagné d'une musique sur laquelle cette fois ci se posent également des basses et quelques rares percussions.

Poignant et beau, émouvant et joyeux, cet album respire l'optimiste et l'envie de vivre de quelqu'un qui avait toutes les raisons d'avoir un état d'âme contraire et s'achève sur "but we were happy". Un miracle ne venant jamais seul, Paddy est a priori sur le chemin de la guérison et qui sait, il nous prépare peut être une belle surprise aves ses Prefab Sprout.

Un disque qui devrait rester comme une des œuvres majeures de Paddy McAloon et peut être même une contribution majeure à la pop tout court !

In-dis-pen-sable !

 

David         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 9 août 2020 : Vacances, j'oublie tout

Il fait beau et chaud, on reste à l'ombre, on traine à la plage, mais si vous avez encore un petit moment pour jeter un oeil à Froggy's Delight, nous sommes toujours là. Voici le programme light et rafraichissant de la semaine.
petit bonus, le replay de la MAG (Mare Aux Grenouilles) numéro #1

Du côté de la musique :

"Pain olympics" de Crack Cloud
"Waiting room" de We Hate You Please Die
"Surprends-moi" de Cheyenne
"Nina Simone 1/2" le mix numéro 20 de Listen in Bed
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Noshtta" de L'Eclair
"Moderne love" de Toybloid
  "Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet

Au théâtre :

Le compte-rendu de la 35ème édition du Festival Humour et Eau salée
et un spécial "Au Théatre ce soir dans un salon" avec les grands classiques de Barilet et Grédy :
"Peau de vache"
"Potiche"
"Folle Amanda"
"Le don d'Adèle"
"L'Or et la Paille"
et "Fleur de cactus" revisité par Michel Fau

Expositions :

en real life :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :

en salle :
"Voir le jour" de Marion Laine
"Le Défi du champion" de Leonardo D'Agostini
et at home avec des longs...
"2021" de Cyril Delachaux
"Les Robinsonnes" de Laurent Dussaux
"L'Ile aux femmes" de Eric Duret
"Quand j'avais 5 ans, je m'ai tué" de Jean-Claude Sussfeld
"The Storm" de Ben Sombogaart
...et des courts-métrages
"Odol Gorri" de Charlène Favier
"Poseur" de Margot Abascal

Lecture avec :

"Retour de service" de John Le Carré
"Un océan, deux mers, trois continents" de Wilfried N'Sondé
"Nous avons les mains rouges" de Jean Meckert
"Il était deux fois" de Franck Thilliez
"La goûteue d'Hitler" de Rosella Postorino
et toujours :
Interview de Bruno Piszczorowicz autour de son livre "L'ère Metal"
"Fleishman a des ennuis" de Taffy Brodesser-Akner
"Summer mélodie" de David Nicholls
"La Chine d'en bas" de Liao Yiwu
"La nuit d'avant" de Wendy Walker
"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=