Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep Twitch
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Louise Attaque - Tétard
Château de l'Emperi  (Salon de Provence (13))  17 juillet 2006

Depuis le temps que les Louise Attaque jouent ensemble, depuis le temps qu'ils traînent de scène en scène, sans prétention, leur statut d'éternel petit groupe gigantesque de la grande petite nouvelle scène française, j'avais bien peur, en acceptant l'invitation à venir les découvrir sur scène, de me gourer gravement, dans l'heure et dans la saison, mais surtout sur mes espérances.

La fraîcheur admirable du quatuor avait-elle réellement pu résister au succès ? Entendues et réentendues, jusqu'à l'usure peut-être, leurs compositions, devenues de véritables hymnes pour des générations de nouvelles générations de jeunes couraient en effet le risque de sonner horriblement trop déjà entendues.

Pourtant, l'esprit est toujours là. L'esprit de famille, tout d'abord. Parce que si Louise Attaque sait s'entourer, inviter de jeunes talents pour ouvrir ses concerts, ce n'est pas à la façon du mécène anonyme, bienfaiteur ne connaissant qu'à peine son protégé.

La première partie, ce 17 juillet, dans la magnifique cour du château de l'Empéri de Salon de Provence, était assurée par le groupe Tétard.

A la basse, un certain Pierre Dubost, bassiste de Tarmac, le groupe qu'avaient formé Gaëtan Roussel et Arnaud Samuel pendant le stand-by de Louise Attaque. David lui-même, la voix et l'âme de Tétard, à qui il donne son nom de famille, a été guitariste pour Ali Dragon, l'autre groupe issu de Louise Attaque, emmené par Alexandre Margraf et Robin Feix. On reste donc entre gens de bonne compagnie.

Musicalement, Tétard c'est une chanson française gaie, envolée, légère, qui passe pas mal de temps à raconter l'amour triste, avec une plume assez adroite et une voix qui fera songer assez nettement à Miossec.

Les textes, adroits, malins, font assez souvent songer à l'esprit Louise Attaque, passé à la moulinette d'une culture gainsbardienne. Avec une complicité visible, le groupe défend ses couleurs avec brio et énergie, sans prétention et conquiert semble-t-il les faveurs d'un public nombreux.

Quand entrent en scène les Louise Attaque, on constate rapidement qu'ils ont su conserver cette simplicité et cette intelligence pétillante qui transpirent jusque dans leur musique et les rendent si sympathiques.

À leurs sourires, qui trahissent le plaisir évident de se trouver sur scène ; à leur entrain ; à leur amusement sans affectation quand ils doivent interrompre puis recommencer leur premier morceau, La Plume, parce que le chanteur a raté un couplet ; à la façon dont ils savent être complices avec tout le public dans cette maladresse.

Bien entendu, le temps est loin où le groupe, dont le nom inconnu semblait encore bizarre, écumait les MJC, l'imposante scène et l'arsenal d'éclairages en attestent. Pourtant l'essentiel n'a pas changé : Louise Attaque, c'est avant tout quatre amis, qui partagent jusque sur scène le plaisir de faire de la musique ensemble.

Leurs façons de se regarder, de se chercher, de s'approcher les uns des autres, de sourire à quelque espièglerie mystérieuse, de se regrouper autour du batteur, confinent à la communion et ont quelque chose d'authentique et de beau, de contagieux.

Musicalement, le groupe alterne sans grande surprise les succès des albums précédents ("La Plume", "Ton invitation", "J't'emmène au Vent", "Amours") et les titres de son dernier album, A plus tard crocodile (Atmosphériques, 2005).

Les sonorités gagnent quelque peu en ampleur et en puissance sur scène et le quatuor est manifestement très à l'aise dans l'exercice, n'hésitant pas à rallonger ses titres d'un long final instrumental ou d'une intro de basse entraînante (le grandiose "Arrache moi" du premier album).

Tantôt ludique ("Léa", en simple visite dans la région PACA ), tantôt grave, tantôt onirique ("La valse", titre du dernier album, tout en ampleur et en légèreté, Arnaud au piano, les voix d'Arnaud et Alexandre noyées d'effets), lente ou rapide, la musique de Louise Attaque joue de toutes ses nuances et enchante un public qui, pour avoir été conquis d'avance n'en est pas moins ravi de (re)découvrir sur scène un groupe qui a su préserver toute sa nouveauté, prêt de dix ans après ses débuts - et certainement faut-il en cela reconnaître tout le bien-fondé de la "séparation" temporaire de la formation, qui lui a permis de prendre sur son propre succès un recul salutaire, de rester, surtout, engagé dans un processus artistique, de conserver toute sa créativité.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album A plus tard crocodile de Louise Attaque
La chronique de l'album Y a-t-il quelqu'un ici ? de Louise Attaque
Louise Attaque en concert au Festival des Terre Neuvas 2005 (samedi)
Louise Attaque en concert au Festival Halloween 2005
Louise Attaque en concert à l'Elysée Montmartre (Festival Life Live) (18 décembre 2005)
Louise Attaque en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (dimanche)
Louise Attaque en concert à Angers (22 novembre 2006)
Louise Attaque en concert au Festival Les Nuits Parisiennes 2006
Louise Attaque en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort #28 (édition 2016) - samedi 2
Louise Attaque en concert au Festival Beauregard #8 (édition 2016) - dimanche 3 juillet
Louise Attaque en concert au Festival Fnac Live #6 (édition 2016) - samedi 23 juillet
Louise Attaque en concert au Festival Les Vieilles Charrues 2016 - du vendredi au dimanche
Louise Attaque en concert au Festival Le Cabaret Vert #12 (édition 2016) - vendredi 26 août
La chronique de l'album _12 pures chansons de Tétard
La chronique de l'album Mes dix doigts de Tétard
La chronique de l'album J'ai toujours rêvé d'être un groupe de rock de David Tétard
Tétard en concert à L'Européen (18 novembre 2004)
Tétard en concert à l'Espace Jemmapes (23 mars 2005)
Tétard en concert à La Guinguette Pirate (30 juillet 2005)
Tétard en concert à La Guinguette Pirate (13 décembre 2005)
L'interview de David Tétard (juin 2004)

En savoir plus :

Le site officiel de Louise Attaque
Le site officiel de David Tétard

Crédits photos : Cédric Chort (plus de photos sur Taste of indie)

 


Cédric Chort         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 2 octobre 2022 : La culture bien au chaud

C'est l'automne, on reste au coin du feu et on écoute de la musique, on lit des bouquins et on se connecte à la TV de Froggy's Delight pour le concert de Colin Chloé vendredi 7 octobre ! Pour les sorties culturelles, voici le programme.

Du côté de la musique :

"Ti'bal tribal" de André Minvielle
Rencontre avec Bukowski autour de leur album du même nom, "Bukowski"
"Time is color" de Cédric Hanriot
"Stravinsky, Ravel, Prokofiev : Ballets" de Jean-Baptiste Fonlupt
"Ozark" le retour de Listen In Bed pour la saison 4 en direct (ou presque) de Malte
"Viva la vengeance" de Panic! At The Disco
"Symphonie Fantastique, Hector Berlioz" de Quatuor Aeolina
quelques petites news de Shaggy Dogs, KissDoomFate, Trigger King et Mind Affect
"Emerson enigma" de Thierry Eliez
et toujours :
"Bobo playground" de Alexis HK
"Ca pixellise" de Dimoné
"The portable Herman Dune Vol 1" de Herman Dune
"La mélodie, le fleuve et la nuit" de Jérôme Minière
"Kramies" de Kramies
"Mémoires d'une femme" de Myriam Barbaux-Cohen
"The hardest part" de Noah Cyrus
"Dvorak : Quatuor américain, valses" de Quatuor Talich
"Fauré le dramaturge" de Takénori Némoto, Cécile Achille, Cyrille Dubois et Ensemble Musica Nigella

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"L'Homosexuel ou la difficulté de s'exprimer" au Théâtre de la Cité Internationale
"Les Enfants" au Théâtre de l'Atelier
"Pères & fils" au Théâtre des Abbesses
"Le comble de la vanité" à la Pépinière Théâtre
"Boulevard Davout" au Théâtre de la Colline
"Et pourquoi moi je devrai parler comme toi" au Théâtre de la Colline
"Black Legends, le musical" à Bobino
"Gazon maudit" au Théâtre Les Enfants du Paradis
"Jean-Paul Farré - Dessine-moi un piano" au Studio Hébertot
les reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre de la Tour Eiffel
"Le Montespan" au Théâtre du Gymnase
"François Rabelais" au Théâtre Essaion
"Racine par la racine" au Théâtre Essaion
"Los Guardiola - La Comédie du Tango" au Théâtre Essaion
"Léonard de Vinci, l'enfance d'un génie" au Studio Hébertot
"Isabelle Vitari - Bien entourée" au Grand Point Virgule
"Félix Radu - Les mots s'improsent" au Théâtre de l'Oeuvre
et les spectacles à l'affiche

Expositions :

"Face au soleil" au Musée Marmottan Monet
"Yves Klein, l'infini du bleu" aux Carrières des Lumières aux Baux-de-Provence
les autres expositions de la rentrée :
"Frida Khalo, au-delà des apparences" au Palais Galliera
"Hyperréalisme - Ceci n'est mon corps" au Musée Maillol
'Miroir du monde - Chefs d'oeuvre du Cabinet d'art de Dresde" au Musée du Luxembourg
et les expositions à l'affiche

Cinéma :
en salle :
"Les Mystères de Barcelone" de Luis Danès
en streaming gratuit :
"A ma soeur" de Catherine Breillat
"Barbara" de Christian Petzold
"So long my son" de Wang Xiaoshuai
"Borga" de York-Fabian Raabe
"Love trilogy" de Yaron Shani
et le cinéma de Claire Denis en 3 films

Lecture avec :

"L'inconnue de Vienne" de Robert Goddard
"Mordew" de Alex Pheby
"Napalm et son coeur" de Pol Guasch
"Un bon indien est un indien mort" de Stephen Graham Jones
et toujours :
"Les masques éphémères" de Donna Leon
"La guerre de cent ans" de Amable Sablon du Corail
"D'où vient l'amour" de Yann Queffélec

Et toute la semaine des émissions en direct et en replay sur notre chaine TWITCH

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
twitch.com/froggysdelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=