Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Marilyn Manson
The Golden Age of Grotesque  (interscope records)  janvier 2004

Après plusieurs années d’absence, le retour du Révérend Manson était attendu comme le Messie. Suite à la reprise (plutôt mauvaise) de "Tainted Love", on s’attendait au pire, mais Brian Warner a tenté de nous rassurer, en nous annonçant ce nouvel opus comme un "bond en avant dans le domaine artistique" , ou encore comme "mon meilleur album, et de loin le plus abouti" . Certes, on le sait depuis des années, le Sieur est un maître en marketing…

Une fois l’album en mains, c’est une certaine déception qui s’empare de nous. L’imagerie a une fois de plus changé depuis le dernier album, mais la capacité qu’avait le groupe à se renouveler à chaque disque (à la façon d’un Bowie) se trouve ici épuisée, et bien que l’esthétique reste très soignée, les poncifs du groupe sont ici restitués à l’identique. Pour preuve le single "mOBSCENE", qui reprend point par point la rythmique de "Beautiful People" et "The Fight Song" . Et oui, après le Glam de "Mechanical Animal" et le Goth de "Holy Wood" , Marilyn Manson retourne au métal, pour un album comportant seulement 2 titres calmes…

Outre ces mauvaises surprises, force est de constater que le remplacement de Twiggy par Tim Skold (ex-KMFDM) apporte son lot de changements, notamment en ce qui concerne les arrangements électroniques, plus poussés. Puis il y a LA surprise qui sauve le disque entier, "The Golden Age of Grotesque" et son ambiance cabaret ultra décadent, morceau durant lequel on explore des capacités vocales insoupçonnées de Marilyn Manson, notamment lorsqu’il passe brutalement des aigus aux graves. Le groupe a aussi tenté de s’essayer au Trip-Hop avec "Para-Noir", qui nous assène une ambiance lancinante menée par un chant féminin (Dita Von Teese) surprenant. Il est alors dommage de constater que ces nouveautés là ne sont pas plus exploitées par le groupe.

Bref, cet album n’est pas décevant en soi, mais trop de changements nous étaient annoncés pour finalement nous proposer un disque on ne peut plus basique pour du Manson. Reste à confirmer cela en live, car le côté esthétique semble plus poussé que jamais (preuve en est le court métrage d’excellente facture présent sur l’édition limitée de GAOG).

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Eat me, drink me de Marilyn Manson
Marilyn Manson parmi une sélection de singles (septembre 2007)
La chronique de l'album The Pale Emperor de Marilyn Manson
La chronique de l'album Heaven Upside Down de Marilyn Manson
Marilyn Manson en concert au Festival Les Eurockéennes 2007 (vendredi)
Marilyn Manson en concert au Festival des terre-Neuvas Bobital 2007 (Samedi et dimanche)
Marilyn Manson en concert à Sonisphere Festival - France 2012 - 2ème édition
Marilyn Manson en concert à Hellfest Open Air Festival #13 (édition 2018)
Marilyn Manson en concert à Hellfest Open Air Festival #13 (édition 2018) - dimanche 24 juin


Thom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 18 août 2019 : Au rythme des vacances

Petite édition toute en légèreté mais avec quelques belles choses à découvrir notamment pas mal de livres de la rentrée littéraire et une session du Flegmatic pour vous rafraichir les idées. C'est parti pour le sommaire.

Du côté de la musique :

"Time for a change" de Pokett
"Tone of musette" de Le Balluche de la Saugrenue
"Symi" de Symi
Une autre interview de Inspector Clouzo à Terre de sons, après notre rencontre avec The Inspector Clouzo lors de leur passage à Foreztival
et toujours :
"Onda" de Jambinai
"Fire" de Part Time Friends
"Simon Chouf & le Hardcordes trio" de Simon Chouf
"EP n°1" de The Reed Conservation Society

Au théâtre :

une nouveauté :
"What is love" au Théâtre de la Contrescarpe
des reprises
"La Chute" au Théâtre de la Reine Blanche
"Le corps de mon père" au Théâtre Essaion
"Louise Weber dite La Goulue" au Théâtre Essaion
et la chronique des spectacles à l'affiche en août

Expositions avec :

"Champs d'amours - 100 ans de cinéma arc-en-ciel" à l'Hôtel de Ville
et dernière ligne droite pour "Helena Rubinstein - L'Aventure de la Beauté" au Musée d'Art et d'Histoire du Judaïsme

Cinéma avec :

"Roubaix, une lumière" de Arnaud Desplechin
"Thalasso" de Guillaume Nicloux
et Oldies but Goodies avec "Paris est toujours Paris" de Luciano Emmer en version restaurée

Lecture avec :

"Cavalier seul" de Fred & Nat Gévart
"Ce qu'elles disent" de Miriam Toews
"Cent millions d'années et un jour" de Jean Baptiste Andrea
"Chaque fidélité" de Marco Missiroli
"Où bat le coeur du monde" de Philippe Hayat
et toujours :
"Koba" de Robert Littell
"Back up" de Paul Colize
"La grande escapade" de Jean Philippe Blondel
"Un peu de nuit en plein jour " Erik L'Homme
"Une bête au paradis" de Cécile Coulon
"Une joie féroce" de Sorj Chalandon

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=