Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Now it's overhead
Dark light Daybreak  (Saddle Creek)  septembre 2006

Qui est l'original qui est la copie... Now it's overhead version britonne s'apparent à notre Overhead de l'hexagone. Passé cet antogisme, comme on dit la bas; aucun lien.

Et si Dark light Daybreak est un deuxième album annoncé comme une cover sombre aux mélodies torturées, force est de constater que la sauce prend à la première écoute. Peut-être ce doux parfum 90' teinté de nostalgie, souvenirs d'une décennie déja loin avec ses jeans usés et sa brit'pop mélodique enterrée.

Now it's overhead reprend donc le flambeau après un premier album passé inaperçu, puis passe ici à la moulinette ses influences, tailladant le rock actuel tel un Jack l'éventreur avec de sublimes compositions en guise de poignards.

Dans le coeur. Direct, avec ce "Blackout curtain", comme on en aurait espérer plus de The Verve et Richard Ashcroft, parti depuis chanter sa joie d'être heureux et marié. Mort de l'artiste.

Now it's overhead et ses anglais partent donc à la conquête d'un rock où les guitares ne seraient plus stridentes à couvrir les problèmes de voix du chanteur, les incohérences musicales, et l'air de rien, la vacuité du rock anglais sur ces derniers mois... NIO (appelons les comme ça) pourrait même être comparé à U2 encore que cela serait encore justifié, et mérité, méritoire en un sens, tant les mélodies restent en tête comme la beauté d'une jupe anglaise courte et légère.

Tiens, "Who's jon" embraye sur l'album et l'auditeur se croirait tout droit replongé dans la beauté du mur du son de My bloody Valentine, Kevin Shields en chef d'orchestre... le tout mélangé à une ligne de basse lascive et obsédante. Dark light, encore une fois dans le contexte des sorties actuelles, nage à contre courant avec ses choeurs clairs et sa production minimaliste pour un album dit de "rock anglais". Une simplicité de production évidente, les mélodies sont bonnes. Les jolies dames n'ont pas besoin de maquillages (le poignant "Hold your spin").

Lever de soleil noir, en quelque sorte, avec ce deuxième album, puis un peu de violence fragile avec le "Helter Skelter" des Now it's overhead, Wonderfuls car violente comme peut l'être une chanson romantique, dans la demi-mesure de l'excès.

Si le groupe peine sur la longueur à tenir en haleine, les titres rappellent à l'ordre sur la capacité du groupe à imposer ses choix expérimentaux, comme ce "Goodbye highway" en boeuf électronique world mené par son acoustique dont on ne sait si elle pleure ou sourit. En bon artiste raté, on aura du mal à dire finalement dans quelle case l'album devra être rangé, tant les polichinelles dans le placard comme "A skeleton on display" laissent pantois, mélange de chants irlandais et rythmiques gitanes, et son chanteur possédé comme un Gallagher Liam des jours heureux. Troublant.

Now it's overhead, on voudrait bien y croire à cette évidence, oui bien sur, c'est leur tour, le moment de briller pour eux avec ce mix de modernité bancal, d'originalité fragmentée (Hi) et de pathos assumé. Maintenant c'est Overhead, là, tout de suite.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Now it's overhead en concert au Festival La Route du Rock 2004 (vendredi)

En savoir plus :

Le site officiel de Now it's overhead


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 13 octobre 2019 : On Manque de Mains D'oeuvres

Alors que la mairie de Saint Ouen a décidé de la fermeture de la salle mythique Mains d'Oeuvres, il est plus que jamais nécessaire de se mobiliser pour la culture. Alors on continue de notre côté avec beaucoup de musique, la fin de la session de Orouni, des tas de livres, du théâtre pour tous les goûts, des expos et plein d'autres choses (mais rien sur Dupont de Ligonnès). C'est parti.

Du côté de la musique :

"Vie future" de La Féline
"Kino music" de Pierre Daven Keller
"Miracles" de Sarah Amsellem
Rencontre avec Orouni dans les rayons d'une librairie
et bien entendu, Orouni en session live, toujours dans une librairie, par ici
"Beethoven, 5 sonates pour piano" de Michel Dalberto
"Ship of women / Somewhere in a nightmare" de Olivier Rocabois
"Disaster serenades" de Parlor Snakes
"A life with large opening" de Samba de la Muerte
"Les géraniums" de Marie Sigal
"Amazona" de Vanille
"Pulse" de Vincent David
Festival Levitation #7 avec The Warlocks, Frustration, Fat White Family...
Listen in bed Emission #2, Vinyles
Listen in bed Mix #2, The Sopranos
et toujours :
"Pas plus le jour que la nuit" de Alex Beaupain
"Matriochka : Romantic fantasies & Transcriptions from Russia" de Alexandra Luiceanu
"La nuit devant" de Baden Baden
"aMour(s)" de Fabien Martin
"L'arbre rouge" de Hugues Mayot
"Why me ? why not" de Liam Gallagher
"Les disques dans notre vide poche" le podcast #1 de Listen in Bed
"Drive" le premier mix de Listen in Bed
"Mademoiselle in New York" de Lucienne Renaudin Vary
"Still life : A tribute to Philip Glass" de Maud Geffray
"The flood and the fate of the fish" de Rabih Abou Khalil
Rencontre avec The Great Old Ones
"Sprayed love" de Xavier

Au théâtre :

les nouveautés avec :
"Fausse note" au Théâtre de la Contrescarpe
"Sabordage" au Théâtre 71 à Malakoff
"Rêves d'Occident" au Théâtre de la Cité internationale
"Donnant Donnant !" au Théâtre Athénée
"Piège pour Cendrillon" au Théâtre Michel
"La Famille Ortiz" au Théâtre Rive Gauche
"La Promesse de l'aube" au Théâtre de l'Atelier
"Yannick Jaulin - Causer d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Yannick Jaulin - Ma langue maternelle va mourir et j'ai du mal à pas parler d'amour" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Ciel, ma belle mère !" au Théâtre d'Edgar
"De quoi je me mêle !" au Théâtre Athénée
"On est mal Macron, on est mal" au Théâtre des Deux Anes
"Looking for Beethoven" au Théâtre Le Ranelagh
des reprises :
"Adieu Monsieur Haffmann" au Théâtre Rive-GAuche
"Anna Karénine" au Théâtre de la Contrescarpe
"Les Crapauds fous" au Théâtre de la Renaissance
"La Convivialité" au Théâtre Tristan Bernard
"Il y aura la jeunesse d'aimer" au Théâtre Le Lucernaire
"Nature morte dans un fossé" au Théâtre du Gymnase
"Une leçon d'Histoire de France : de l'An mil à Jeanne d'arc" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Une leçon d'Histoire de France : de 1515 au Roi Soleil" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Vipère au poing" au Théâtre du Gymnase
et la chronique des spectacles à l'affiche en octobre

Expositions avec :

"Moderne Maharajh, un mévène des années 1930" au Musée des Arnts décoratifs
"Balzac & Granville, une fantaisie mordante" à la Maison de Balzac

Cinéma avec :

les sorties de la semaine :
"Martin Eden" de Pietro Marcello
"Little Monsters" de Nicolas
"Les Chemins de la haute ville" de Nicolas
la chronique des films de septembre
et la chronique des films à l'affiche en octobre

Lecture avec :

"L'héritage Davenall" de Robert Goddard
"L'horizon qui nous manque" de Pascal Dessaint
"La petite conformiste" de Ingrid Seyman
"La véritable histoire des douze Césars" de Virginie Girod
"Les roses de la nuit" de Arnaldur Indridason
"Pyongyang 1071" de Jacky Schwartzmann
et toujours :
"Archives des enfants perdus" de Valeria Luiselli
"De pierre et d'os" de Bérengère Cournut
"L'accident de l'A35" de Graeme Macrae Burnet
"Le mystère Sammy Went" de Christian White
"Les furtifs" de Alain Damasio
"Lost man" de Jane Harper
"Vers une nouvelle guerre scolaire" de Philippe Champy

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=