Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce The Pipettes
We are The Pipettes  (V2)  août 2006

Elles sont pas mal les Pipettes, enfin, deux sur trois, c’est déjà pas mal. Et puis elles ont l’indémodable robe à pois qui est revenue à la mode.

On ne voit que cela en ce moment, Zara en a des rayons complets de fringues sixties. Il y a même les manteaux de Jacky Kennedy, les blancs avec des motifs polaires… cet hiver promet d’être encore plus nostalgique que l’année dernière.

La démarcation, de plus en plus flagrante avec les années 90. Alors que la décennie 90 commence à prendre un sacré coup de vieux ; la 2000 ne vit que dans la nostalgie, la reprise de choses qui ont déjà 40 ans. Il y a une ambiance que l’on a beaucoup de mal à capter à nouveau, l’année 91, les talk show débiles du vendredi soir, la TV dans sa plus grande heure, le grunge se battant avec Michael Jackson, le retour des vrais gangsters au cinéma, Gary Oldman en Dracula.

La musique évoluait encore un peu, pataugeait pas mal, mais creusait. Aujourd’hui on refait tout à l’identique, ou beaucoup plus proche du patron d’origine. Phil Spector, les Pipettes, on ne voit que cela chez elles. Toute cette sacrée pop baby boomer, le droit de sortir le tube ultime et d’être oublié peu de temps après. Sheila en forme olympique.

We Are The Pipettes c’est cette basse bizarroïde qui fait régner un air flottant, les claviers franchement vintage. Et là dessus elle balance la chanson à trois, le phrasé si pop, les paroles et les rimes tombant pile sur le tempo. Un phrasé a la Surf, le girls band français des 60’s.

Alors elles chantent les trois de front, en claquant des doigts, lancent leurs bras en avant, tordant légèrement des hanches en même temps. Tout le Saint Glin Glin de l’imaginaire collectif. Il n’y avait pas de clip à l’époque, il n’y avait que les émissions TV du Dick Sullivan Show jusqu'à Salut les Copains. Et les Pipettes sont comme cela, une sorte d’image d’archive, l’image d’un Spector gagnant son pari d’être éternel après "Let It Be", "The End Of The Century" et je ne sais quel autre album mythique. Il y a les violons, la guitare qui gratte bien les cordes aigues sur les accords, les cœurs en reprise des derniers mots du couplet… Comment faire pour expliquer une chose cent fois entendue, la base de la musique pop.

Et les enfants qui disaient à leurs parents "Tu nous fait chier avec tes vieux disques" vont bien se retrouver cons aujourd’hui. En plus quel est le sens d’écouter cela, d’adhérer à des chansons qui disent : "Your Kisses Are Wasted On Me" avec les tendances sexuelles contemporaines.

L’époque est aux Pipettes et aux anneaux vibrants Durex. Joli tableau, des assistés sexuels dansant comme les premières prudes, les Blanche Neige du pauvre. Alors bien sûr, c’est le second degré, faire une intro de chanson qui ressemble à "Stand By Me" de B.E.King, ça ne peut être que du second degré.

Mais quant aux jeunes filles qui vont se réveiller le matin avec la mine fraîche, à l’haleine même pas chargée, le tampon odeur fleur d’été bien placé et les cheveux pas trop gras ; qui vont commencer la journée sur une chanson qui s’appelle "Judy", les doigts claquant, l’orgue menant l’ambiance, les cœurs en polyphonie "Kind of cool ", "Around of school" puis la explosion "Juuudyyy/ what you gonna doooooo"…

Que recherchent ces filles là après tout. Se réveiller avec une ambiance de générique à la "Britney Jones 3" ce n’est pas anodin. Il paraît que les airs des années 60 sont fédérateurs, que c’est là que les gens se reconnaissent et se sentent bien. Alors les Pipettes ont leur place, elles sont l’armes de destruction massive, celle que l’on pourra vendre comme le CD anti-morosité. Il y a bien des CD pour arrêter de fumer, quelle connerie. Mais de là à dire que ce sera la nouvelle idole des jeunes…

Si les Artic Monkeys se sont plantés, les Pipettes on encore moins de chance. Non, plus un groupe pour jeunes actif/vieux bobos, en manque d’affection et qui trouve ce monde triste… le genre à dire devant les info "Et voila, toujours des mauvaises nouvelles!" soit l’un des lieux communs les plus stupides.

Les Pipettes c’est le remède à la guerre en Irak, au problème Israël vs Ses Voisins, à la tyrannie de votre patron ou à ce gros empaffé de 3éme qui ne cesse de cracher sur votre nouveau blouson. C’est toute l’innocence des 60’s vendue à grande échelle. Pffffff, qu’est ce que l’on peut regretter cette sacrée guerre froide !!

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Earth vs. The Pipettes de The Pipettes
The Pipettes en concert au Festival La Route du Rock 2006 (samedi)
The Pipettes en concert au Festival Les Inrocks 2006

En savoir plus :

Le site officiel de The Pipettes


L.J.Jet         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=