Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Grizzly Bear
Yellow House  (septembre 2006)  Warp / PIAS

L’histoire commence à Saint Malo, sous ses rivages emportés par le vent, ses festivaliers en tongues à l’air libre, ses groupies sans soutien-gorge.

C’est l’été. La Route du Rock distille son lot de premières parties interminables qu’on espère les dernières. Groupes sans inspirations qui transpirent. En vain.

Et puis, quatre jeunes hommes investissent la scène du Grand Palais, tapis dans l’ombre. Quatre physiques improbables, musiciens aux gueules pas possible, nom de groupe hors du commun. Un conte de Perrault revisité par un gang of New York sans destination, dans une forêt aux racines pop et folk. Un moment d’éternité seul avec le reste du monde où la larme embrasse les sourires. Grizzly Bear avait ce soir les griffes acérées.

Et le deuxième album Yellow House (faisant suite à House of plenty) à paraître ces jours-ci confirme la magnificence des quatre.

S’il fallait décrire pureté et émotions musicales, Grizzly Bear ferait sûrement partie du gratin, on leur enverrait un faire-part et ils viendraient jouer leur Rock-Ajax qui lave et nettoie tout sur son passage. Sans laisser de trace si ce n’est cette atmosphère musicale et mélodique. Terriblement mélodique. Où les chœurs angéliques de Ed Droste et Daniel Rossen hanteraient l’auditeur encore et toujours.

On leur demanderait de rejouer encore une fois "Knife", ballade laconique habitée par ses démons en réverb’ et ses guitares surf’. Sorte de rencontre entre Brian Wilson et Crosby Stills & Nash. Tectonique des plaques éprises de secousses, regorgeant de détails sonores comme autant d’étagères à influence.

Grizzly Bear varie les plaisirs (trombones, guitares, batteries discrètes, vibraphone) et propose un album touffu et verdoyant. Plus pop que rock en un sens. Symphonique & roll. Et confirme la magie sur "Central and remote" en ballade folk religieuse, plus pure que mille vierges dans un bunker avec l’irruption de ces chœurs passionnant remplissant la salle…

Les new-yorkais connaissent leur Mc Cartney en finger picking par cœur ("Little brother") et abordent leurs compositions comme de vastes étendues de sables dépressives et low-fi. Il est bien dur de cataloguer le style dans un genre.

La dépression jamais très loin du jardin ("Marla" et son orchestration dark), le groupe possède néanmoins son single imparable, mais impassable en radio, avec "On a neck on a spit", sorte de Laika musical envoyé dans l’espace à la recherche d’entités inconnues avec ses arpèges à la Simon & Garfunkel.

Jamais con et toujours très sensuel, Grizzly Bear a trouvé sa formule, faite d’émotion et d’ingrédients naturels. Une bonne recette pour les éventuels chasseurs d’espèces en voie de disparition.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Grizzly Bear en concert au Festival La Route du Rock 2006 (vendredi)
Grizzly Bear en concert au Festival La Route du Rock 2006 (dimanche)
Grizzly Bear en concert au Nouveau Casino (4 septembre 2006)
Grizzly Bear en concert au Festival Primavera sound 2007 (samedi)
Grizzly Bear en concert au Festival La Route du Rock 2009 (dimanche)
Grizzly Bear en concert à Pitchfork Music Festival #2 (édition 2012) - samedi 3 novembre
Grizzly Bear en concert au Festival La Route du Rock #28 (édition 2018)

En savoir plus :

Le site officiel de Grizzly Bear


Little Tom         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=