Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival La Route du Rock 2006 (vendredi)
Friends of Dean Martinez - Grizzly Bear - Howling Bells - Why ? - Islands - Calexico - Mogwaï - Liars  (Fort Saint Père (Saint Malo))  11 août 2006

La première journée de la collection Eté 2006 de la 16ème édition de la Route du Rock commençait fort avec deux grandes pointures les américains de Calexico et les écossais de Mogwaï dont leurs récents albums, respectivement, Garden Ruin et Mr Beast, ont fait l'unanimité et ce soir, en livre, ils reçoivent un accueil magistral.

Road movie from Tucson Arizona

Les américains de Friends Of Dean Martinez seront les premiers à fouler les planches du Palais du Grand Large.

La Route d'hiver 2006 a accueilli les Giant Sand, la collection été 2006 reçoit pour ouvrir les festivités au Palais du Grand Large Friends of Dean Martinez, les compères de Calexico. Cette "autre branche" de la galaxie Tucson, Arizona oeuvre plutôt dans l'instrumental et l'incitation au voyage, la bande son de vos plus beaux westerns.

Le Palais du Grand Large ouvre ses portes avec les Friends Of Dean Martinez, pour cette nouvelle édition de la Route du Rock.

Les américains déploient une musique éthérée et racée, aérienne et hypnotique, déroulant un long panorama d’ambiances et de paysages surdimensionnés.

Bill Elm, guitariste et leader du groupe, fait résonner ses accords cristallins dans l’auditorium de Saint Malo avec une aisance technique déconcertante.

Les américains, compagnons de route de Calexico ou d Giant Sand, provoque deux types de réactions. On est soit charmé par leur bande son, soit on s’ennuis à mourir, comme mon voisin de siège, qui comparera leur musique au "chant des baleines"…

Peu importe, Friends Of Dean Martinez déroule pendant une petite heure. De longues plages calmes, s’emballant tout juste à de très rares moments.

Le festival commence en douceur..

Avec Calexico ça "mariachi" sec.

Leur americana prend d’assaut la scène pour défendre son virage pop à nouveau visage.

L’occasion également d’offrir au public transi (d’admiration ou de froid, rayer la mention inutile) un melting pot de l’ancienne et nouvelle ère Calexico, du "Sunken Waltz" intime issu de Feast of wire aux nouvelles chansons de Garden Ruin ("Letter to bowie knife", "Cruel"), Joe Burns réchauffe le froid et comble l’assemblée dans le plus pur style hispanique de Calexico.

L’espace d’un instant, un brin patriote, les américains se fendent d’une reprise de Gainsbourg avec "La chanson de Prévert".

Indéniablement, le grand moment de ce concert fort en émotions restera la sublime reprise de "Alone again or" de Love, chanson hommage à Arthur Lee, décédé voila deux semaines. Chanson intemporelle d’un groupe qui, de l’aveu même de Burns, a fortement inspiré les compositions de Calexico.

Sublime, magique, puissant, majestueux…les mots se bousculent et se perdent pour décrire ce qui nous a été donné à voir ce soir-là sur la grande scène du Fort de Saint Père..

Mogwai aime faire du bruit...

Sublime, magique, puissant, majestueux…les mots se bousculent et se perdent pour décrire ce qui nous a été donné à voir ce soir sur la grande scène. Il est 1h du matin quand les cinq écossais de Mogwaï investissent le Fort.

La tension est palpable dans le public. Ca se bouscule pour être aux avant postes, personne ne veut rater le phénomène post rock venu de l’autre côté de la Manche.

Dès les premières secondes, un déluge sonore nous submerge. Mogwaï déferle sur nous à grandes eaux, armés de ces trois guitares lunaires.

Le mur du son est impressionnant : compact, massif, énorme sans jamais être strident ou inaudible. Un tour de force sur une scène de cette importance et dans des conditions de plein air.

Quasi instrumentale, la musique des écossais se déguste les yeux fermés.

Le groupe s’affranchit de toutes contraintes inhérentes à la musique, en détruisant le schéma classique couplet-refrain, au profit de morceaux longs et hypnotiques, jouant sur les répétitions et les montées vertigineuses.

Le public prend littéralement son pied (au sens propre, pour un couple plutôt…entreprenant dans la fosse). "Auto rock", "Glasgow mega-snake", "Hunted by a freak", Mogwaï déroule son talent pendant près d’1h15 de set.

Les fans exultent, les néophytes prennent une sacrée claque.

Le groupe se pose en maître incontesté du post rock, un genre qui commence à reconquérir ses lettres de noblesse depuis quelques années, grâce notamment à des groupes comme Godspeed You Black Emperor, Mono entre autres.

Après un final apocalyptique, les écossais repartent comme ils sont venus…en toute simplicité. Le grand concert de cette première journée…tout simplement.

Côté sonique, les américians de Liars ne sont pas en reste.

Avertissement : Liars est déconseillé aux épileptiques, psychopathes et potentiels tueurs en série.

Les Liars clôturent la première soirée du festival. Le groupe qui a vraiment pris leurs marques avec son 3ème album Drum’s not dead.

Le Fort s’est un peu vidé à l’issue du gigantesque concert de Mogwai mais ceux qui sont restés ont eu le plaisir de voir ou de découvrir, peut être, le trio des fous furieux de Liars.

Des fous furieux mais sacrés musiciens inventifs et créatifs qui explorent le son percussif, la voix étant utilisée également comme un instrument.

Deux batteries toutes caisses devant et un front man guitariste chanteur suffisent à électriser la scène.

Car Angus Andrew, Aaron Hemphill et Julian Gross sont des terroristes sonores qui pourfendent la rythmique avec une sauvagerie et une détermination à nulles autres pareilles et nous entraînent dans un univers proche de celui d'Enki Bilal vers une autre ère musicale, celle de la Bunker Palace Music.

Après on aime ou on n'aime pas mais force est de reconnaître l'atyîsme de leur démarche. Pas étonnant que David Sitek, membre de Tv on the radio, ait produit leurs derniers albums.

Des nappes de voix hypnotiques aux vociférations, Angus Andrew explore toutes les limites vocales.

Liars c’est un peu les Tambours du Bronx qui joueraient leur partition à l’envers avec des amplis en court circuit permanent.

Des danses incantatoires aux odes martiales à la guitare, le chant en contrepoint d’un travail essentiellement sur les rythmes percussifs et électroniques, Liars sera sans doute la révélation sonique de ce festival.

Pour ceux dont la curiosité musicale reste en éveil, cette affiche permettait également de découvrir de nouveaux noms.

L'envolée belle

Tout d'abord, les australiens d’Howling Bells qui remplissent leur mission, ouvrir les hostilités de ce vendredi au Fort Saint Père, avec brio et grande classe au terme d'un concert bravache.

Un brin de mysticisme dans l’air et la jupe dans le vent, Juanita Stein confirme tour le bien qu’on pensait de son groupe et ce premier album.

En distillant au passage quelques perles entêtantes au public, de "Wishing house" et ses guitares incisives au "Velvet Girl" qui pourra rappeler aux plus sensibles la pop rongée jusqu’à l’os de Broadcast.

Une accalmie sur "Broken bones" et puis vient la chanson qui tue, qui s’amorce, prend son envol : "The Bell hit" touche les étoiles et tarde à revenir sur terre.

Les questions s’amoncèlent dans mon cortex…

Le beau temps reviendra-t-il sur Saint Malo ? A quand la parution de l’album des Howling Bells en France ? Es-tu mariée Juanita ?

Des ours en Bretagne !

Les new-yorkais de Grizzly Bear, Edward Droste, Daniel Rossen, Chris Taylor et Christopher Bear donneront une bonne raclée à l’auditoire du Palais du Grand Large avec leur pop teintée de rock et de chœurs très "Good Vibrations".

Un bon braquage made in Brooklyn avec deux chanteurs à l’allure improbable, voix angéliques sur "Knife" et frissons dans la foule.

Les fantômes de Crosby Stills & Nash jamais très loin, on déguste la mélodie belle et triste de "Lullabye", l’intervention de la flûte traversière et des instruments en tous genres. De la hi-folk californienne du meilleur effet, la mélancolie et la rage en sus.

Oui ok, les ptits gars de Brooklyn ont un bel avenir devant eux avec Yellow House, leur dernier méfait à paraître en septembre. Attention, ours qui roule n’amasse pas mousse...

Why ? Why not ?

Les californiens de Why? ne cherchent pas à faire comme les autres : bricolages sonores, voix tantôt hip hop tantôt pop et surtout des mélodies juste comme il faut pour accrocher l'oreille de n'importe quel festivalier en ce début de soirée.

Pourquoi se limiter à un instrument quand on peut en jouer 2 ou 3 en même temps ?

Pourquoi embaucher un bassiste quand le guitariste peut en jouer avec le pied en chantant ?

Pourquoi un chanteur ne pourrait pas jouer de la batterie et du clavier ?

On pense à des nouveaux Pavement ou un trio de Beck pour une nouvelle sorte de musique aussi inédite et unique que ce groupe : le hip-pop.

Les anges sont allumés

Avec Islands, pas de pathos.

C’est joie et bordel à tous les étages, pas de répit pour les canadiens qui débutent leur tournée mondiale par ce live à Saint Malo.

Hauts en jambes, goguenards comme seuls les canadiens savent l’être, ça violonne, ça claironne avec ces concurrents directs des Polyphonic Spree dans l’art de contaminer les foules à grands coups d’accords majeurs ; on sent les sourires qui se dressent sur "Don't call me whitney", "Bobby" ou "Humans", ces ritournelles pop qui donnerait envie de vivre au premier dépressif du festival de se pendre de bonheur.

Nick Diamond est un fou possédé, Islands un récif de corail sous LSD.

Vêtus de blanc s’il vous plait. "Nous sommes d’anciens raeliens, Islands c’est un hommage aux cultes de la personnalité" raille Nick le chanteur qui précisiat en interview qu'ils étaient des anges.

Le collectif québécois, à l’unisson, a ce soir recueilli les suffrages.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Le Samedi à la Route du Rock 2006
Le Dimanche à la Route du Rock 2006

La chronique de l'album Under the waves de Friends of Dean Martinez
La chronique de l'album Ramdom Harvest de Friends of Dean Martinez
L'interview de Friends of Dean Martinez (Mai 2003)
La chronique de l'album Yellow House de Grizzly Bear
Grizzly Bear en concert au Festival La Route du Rock 2006 (dimanche)
Grizzly Bear en concert au Nouveau Casino (4 septembre 2006)
Grizzly Bear en concert au Festival Primavera sound 2007 (samedi)
Grizzly Bear en concert au Festival La Route du Rock 2009 (dimanche)
Grizzly Bear en concert à Pitchfork Music Festival #2 (édition 2012) - samedi 3 novembre
Grizzly Bear en concert au Festival La Route du Rock #28 (édition 2018)
La chronique de l'album eponyme de Howling Bells
La chronique de l'album Radio Wars de Howling Bells
L'interview de Howling Bells (août 2006)
##Why ?## Islands parmi une sélection de singles (été 2006)
La chronique de l'album Arm's way de Islands
La chronique de l'album Islands de Keegan DeWitt
La chronique de l'album Singles de Future Islands
La chronique de l'album Far Islands & Near Places de Quentin Sirjacq
Islands en concert à Inrocks Indie Club (16 octobre 2008)
La conférence de presse de Islands (12 août 2006)
La chronique de l'album Garden ruin de Calexico
La chronique de l'album Carried to dust de Calexico
La chronique de l'album Algiers de Calexico
Calexico en concert à l'Olympia (3 avril 2003)
Calexico en concert au Festival International de Benicassim 2003
Calexico en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2004
Calexico en concert à La Flèche d'Or (16 février 2006)
Calexico en concert à La Maroquinerie (4 avril 2006)
Calexico en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (mercredi)
Calexico en concert à La Cigale (mardi 14 octobre 2008)
Calexico en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009)
Calexico en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009) - 2ème
Calexico en concert à L'Aéronef (dimanche 24 février 2013)
La vidéo de World Drifts In - Live at the Barbican London par Calexico
La chronique de l'album Happy songs for happy people de Mogwai
La chronique de l'album Mr Beast de Mogwai
La chronique de l'album Zidane : A 21st Century Portrait de Mogwai
La chronique de l'album The Hawk is Howling de Mogwai
La chronique de l'album Special Moves de Mogwai
La chronique de l'album Hardcore will never die but you will de Mogwai
La chronique de l'album Les Revenants OST de Mogwai
La chronique de l'album A wrenched virile lore de Mogwai
La chronique de l'album Rave Tapes de Mogwai
La chronique de l'album Central Belters de Mogwai
La chronique de l'album Every Country's Sun de Mogwai
Mogwaï en concert à l'Elysée Montmartre (5 juin 2003)
Mogwaï en concert à La Laiterie (9 avril 2006)
Mogwaï en concert au Festival Primavera Sound 2006 (samedi)
Mogwaï en concert au Festival Les Eurockéennes 2006 (dimanche)
Mogwaï en concert à l'Olympia (30 septembre 2006)
Mogwaï en concert au Festival Summercase 2008 (Samedi)
Mogwaï en concert à L'Aéronef (vendredi 18 mars 2011)
Mogwaï en concert au Trianon (jeudi 17 mars 2011)
Mogwaï en concert au Festival La Route du Rock #21 (vendredi 12 août 2011)
L'interview de Mogwai (Avril 2004)
L'interview de Mogwai (5 juin 2003)
L'interview de Mogwai (décembre 2005)
L'interview de Mogwai (8 juillet 2008)
La chronique de l'album They were wrong so we drowned de Liars
La chronique de l'album Drum's not dead de Liars
La chronique de l'album Mess de Liars
Liars en concert à La Boule Noire (19 novembre 2003)
Liars en concert au Tryptique (15 mai 2004)
Liars en concert au Festival Art Rock 2004 (Jeudi)
Liars en concert au Festival La Route du Rock 2010 (vendredi)
Liars en concert au Festival La Route du Rock #24 (vendredi 15 août 2014)
Liars en concert à La Machine (jeudi 9 octobre 2014)
L'interview de Liars (novembre 2007)

En savoir plus :

Le site officiel de Howling Bells
Le site de Why? sur le label Anticon
Le site officiel de Islands
Le site officiel de Calexico
Le site officiel de Mogwai
Le site officiel de Liars
Le site officiel de Grizzly Bear
Le site officiel de Friends of Dean Martinez

Crédits photos : Fred (plus de photos sur Taste of Indie)


        
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 19 mai 2019 : Préparez vos cadeaux

On ne va pas couper à la Fête des mères, alors autant offrir des chouettes cadeaux. Voici une sélection de disques, spectacles, livres et même jeux vidéo pour vos mamans. C'est parti !

Du côté de la musique :

Interview de Romain Humeau de Eiffel autour de "Stupor Machine" accompagnée d'une session acoustique avec le groupe au complet
"Chostakovitch" de Artemis Quartet
"Marilou" de Equipe de Foot
"Le fil d'ariane" de Marianne Piketty & Le Concert idéal
"Trois frères de l'orage : Quatuors de Schulhoff, Haas, Thèmes et variations de Krasa" de Quatuor Béla
"Saisons" de Quintette Aquilon
Jean Pierre Kalfon et Jad Wio aux Rendez vous d'ailleurs
et toujours :
"Beatnik or not to be" de Elias Dris
"Dogrel" de Fontaines D.C.
"Dans le lieu du non-où" de L'Etrangleuse
"Leopold Mozart : Missa Solemnis" de Bayerische Kammerphilarmonie & Alessandro de Marchi
"Traversée" de Chrystelle Alour
"L'odysée remix" de Fred Pallem & Le Sacre du Tympan
présentation du Hellfest Open Air Festival #14
"Les cuivres sur le toit" de Paris Brass Quintet
Hublot EP" de Solal Roubine
"Home is everywhere EP" de Nara

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"Happy Child" au Théâtre de la Bastille
"True Copy" au Centquatre
"Cataract Valley" aux Ateliers Berthier
"Folie" au Théâtre du Rond-Point
"Dans la solitude des champs de coton" à la Grande Halle de La Villette
"Logiquim-pertubable-dufou" au Théâtre du Rond-Point
"The importance of being earnest" au Théâtre Athénée-Louis Jouvet
"Amours, mode d'emploi" au Théâtre des Mathurins
"Déshonorée" au Théâtre de l'Opprimé
"Jacob, Jacob" au Théâtre-Sénart
"Qui croire " à la Comédie de Reims
les reprises :
"Roses" au Théâtre de la Bastille
"Fin de partie" au Théâtre Essaion
"La Mate" au Théâtre du Rond-Point
et la chronique des autres spectacles à l'affiche en mai

Cinéma :

Oldies but Goodies avec "Divorce à l'italienne" de Pietro Germi
et la chronique des autres sorties de mai

Lecture avec :

"A la droite d'Hitler" de Nicolaus Von Below
"Des hommes en noir" de Santiago Gamboa
"Honorer la fureur" de Rodolphe Barry
"Les anges de Babylone" de Ghislain Gilberti
"Sa majesté des ombres" de Ghislain Gilberti
"Travelling" de Christian Garcin & Tanguy Viel
et toujours :
"A jeter sans ouvrir" de Viv Albertine
"Carnets clandestins" de Nicolas Giacobone
"Le sauvage" de Guillermo Arriaga
"Les carnets de guerre de Louis Barthas 1914-1918" de Fredman
"Toute une vie et un soir" de Anne Griffin
"War is boring" de David Axe & Matt Bors

Froggeek's Delight :

"A plage tale : Innocence" de Asobo / Focus sur PS4, XBOX et PC

"Day's Gone" sur PS4

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=