Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Festival La Route du Rock 2006 (samedi)
Stuart Staples - My name is nobody - Dillinger Girl & Baby "Face"Nelson - You say Party ! We say die ! - The Pipettes - Belle and Sebastian - Cat Power & The Memphis Rythm Band - TV on the radio - Radio 4  (Fort Saint Père (Saint Malo))  12 août 2006

Pour la deuxième jour de la Route du Rock, le programme des têtes d'affiche est à la fois explosif avec TV on the radio, intimiste avec Cat Power, popeux avec Belle and Sebastian pour finir avec les boules à facettes de la dance-pop de Radio 4.

Toujours allumé !

Groupe très attendu en ce samedi soir, les TV On The Radio arrivent en vainqueurs sur la grande scène.

Le quintet américain, fort d’un nouvel album Return to cookie moutain auréolé par la critique, vient prouver au public français que leur réputation scénique n’est pas usurpée.

Vocalement habité, musicalement maîtrisé, la musique des TV On The Radio brasse large. Un habile métissage des genres, puisant ça à là dans les différents courants tel que le rock, le gospel, la pop ou le blues.

Si scéniquement le show est parfaitement maîtrisé (grâce au charismatique chanteur Tunde Adebimpe notamment), le début du set est un peu lent.

Le côté rock et rentre-dedans du groupe est quelque peu laissé de côté, au profit des morceaux les plus expérimentaux du groupe. La démonstration passée, on se laisse gagner par le groove inimitable des américains, et leur mimétisme quasi chamanique.

Les titres défilent et une chose saute aux yeux et aux oreilles : les TV On The Radio font partie de ces groupes originaux, qui innovent sans jamais se laisser aller à un vulgaire copier-coller de leurs influences.

Une démarche honnête et purement créatrice, qui fait d’eux l’un des groupes du moment, et qui justifie leur position de tête d’affiche sur un festival comme La Route Du Rock.

Malgré un show décalé et prenant, on reste sur notre faim. La faute peut être à une prestation d’à peine une heure, laissant un goût amer dans la bouche.

Cat Power : Destination unknown...

Ce soir à 23h30 se produira Cat Power avec son orchestre Memphis rythm band. Pari osé de la part de l’organisation quand on connaît les frasques de la demoiselle sur scène. "Ingérable" disent certains, "poignante" disent d’autres.

Quoi qu’il en soit un concert de Cat Power est toujours une performance. Un spectacle de tous les instants pendant lequel elle se livre sans retenue parfois au péril de ses chansons qui se retrouvent inachevées bien souvent. Reste à voir si le concert passera la barrière du festival et sera tout aussi touchant que dans des salles plus intimistes… Donc un concert à ne pas rater pendant lequel tout peut se passer.

Et ce fût un pur moment de rauque & roll avec Cat Power qui entre en scène comme un tigre dans l’arène.

Combat gagné d’avance pour la diva transformée en papillon.

Avec en préambule l’entrée en scène du Memphis Rythm Band pour deux instrumentales dans le plus pur style bluesy de la Nouvelle Orléans, l’esprit de Dr John jamais très loin.

Possédée la Chan Marshall, qui déboule dans le jeu de quille, impose sa voix tonitruante comme une Fiona Apple sous amphétamines.

Et balance l’essentiel de The Greatest avec la violence fragile qui la caractérise. "The greatest", chanson éponyme, ouvre le bal, puis "Living proof" et "Lived in bars" s’embrayent comme autant de joies collectives.

Des silences radieux dans la foule, procurés par une Chan touchante de sincérité. Simplicité.

Et puis le triomphe sur la reprise slow tempo de "Hit the road Jack" du grand Ray. Cat Power éclabousse et sublime.

Cat Power est un sirop de soul à tartiner sur le public. Chan est animale, Marshall est magnifique.

La belle et la bête, tout simplement.

Pop is not dead

Pour cette édition de la Route du Rock placé sous la bannière Pop is not dead, Belle and Sebastian prouve effectivement qu’il bouge encore …

Les popeux écossais ont perdus depuis quelques temps Isobel Campbell (qui jouera ce dimanche au Palais du Grand Large) mais ont toujours gardé leur secret pour des mélodies fraîches et sucrées propre à faire remuer le festivalier.

Ce soir c’est surtout Stuart Murdoch qui remue en tout sens dans son petit polo gentiment rétro, ainsi que son compagnon de chant Stevie Jackson encostumé façon comptable de la city.

Comme dirait l’autre "Ah pour rigoler, ça rigole !" … et effectivement le groupe s’éclate visiblement sur scène et enchaîne leurs sucreries comme on s’enfile un paquet de Bassett’s.

Résultats, le public tape des mains et gigote en cadence !

La sauce prend vite et Stuart dans un excès de confiance manque même de se vautrer en sautant de la scène sur la partie de la fosse réservée au caméraman (promenade qui au demeurant lui parait fort agréable puisqu’il renouvellera à plusieurs reprises l’opération).

Alors que Jackson s’agite, Murdoch Showman mime un robot en train de danser.

Toujours à la limite du trop, parfois même au-delà, les Belle and Sebastian ont néanmoins pris pas mal d’ampleur sur scène et si Stuart ne chante toujours pas juste, il en joue maintenant davantage et ses déambulations scéniques ajoutent à l’euphorie générale que procure la musique du groupe.

La pop souriante de Belle and Sebastian a, quoi qu’il en soit, offert un joli moment de fraicheur et de détente aux festivaliers.

Radio 4 et boules à facettes

Ils le jouent quand ?. La grande question, avant même le début du concert de Radio 4, était de savoir à quel moment "Dance to the underground" serait entamé par les new-yorkais. Dur de bénéficier d’un hit post-punk trivial…

Et pourtant la sauce prend plus vite que prévu avec quelques pépites urgentes tirées du deuxième album, comme ce "Ennemies like this" efficace en ouverture, plus loin un "Grass is greener" sur lequel Franz Ferdinand n’aurait pas vomi, ce "As far as the eye can see" (et sa très grande ressemblance avec "Dance to the underground") dans la veine d’un excellent LCD Soundystem.

Mélange de beats et d’infra-basses, les compositions d’Anthony Roman donnent de la consistance à un groupe qu’on croyait éphémère.

Tribal et rythmé, Radio 4 clôture de bien belle façon cette deuxième journée en servant un melting pot Coldplay/Clash (Si si c’est possible… ) sur "Packing this up".

Presque qu’on entendrait danser les graviers si la musique était muette….

Entretemps les festivaliers auront découvert deux nouveaux groupes qui font bien parler d'eux : les girls de Brighton The Pipettes et le dernier-né de la fameuse scène canadienne You say part ! We say die !.

We are the Pipettes !

Avec leur look de collégiennes sorties de Happy Days et leur musique à la croisées des chemins entre la pop sirupeuse des années 80 (quelque part entre Abba et Sheila diront certains) et la production luxuriante des années 60 (pas très loin d'un Phil Spector inspiré), les Pipettes ont de quoi charmer.

Et nombre de magazines spécialisés, ou non, ne s'y sont pas trompé et font ces dernières semaines leur choux gras de cette nouvelle sensation fraîchement débarquée sur nos platines. Quoi qu'il en soit, sur la foi d'au moins un titre "Pull shapes" de leur album We are the Pipettes, le concert des Pipettes semble assez prometteur.

Imaginez 3 nanas rigolotes en train de chanter "What do you do when the music stop …Clap your hands if you want some more" à 10 000 festivaliers assoiffés de rock' n roll !

Mais au delà de l'esprit un peu kermesse de la chose, ce sera sans doute une vrai belle surprise que ce concert si la bonne humeur du disque est aussi présente et communicative en live !

En confrontant le mythe à la réalité, le live des Pipettes a surpris le peu de détracteurs qui restaient encore dans le Fort, et même plus, avec leur accent Brit’ & Soul.

Les chansons des Pipettes ("We are the Pipettes", "Tell me what you want"), c’est un peu la cour de récréation avec la jupe à petits pois, des histoires de garçons méchants, très très méchants ("Dirty Mind") et la revanche des filles sur le genre masculin.

Belles, radieuses, illuminées, les Pipettes ont ce soir confirmé leur sexe à pile, et la candeur de leurs pop-songs dopées à l’hélium ("Because it's not love") et courtes comme leurs jupes. Au delà du marketing, les Pipettes restent donc bien plus qu’un instrument de laboratoire.

Peut-être même que Phil Spector en perdrait ses cheveux s’il avait encore.

YSP ! WSD ! : attention OMNI !

Le Canada est décidément un grand chaudron musical dont émane des groupes aux noms à tiroirs et à l'inventivité dévastatrice. Il y avait Godspeed You Black Emperor, The Silver Mount Zion Memorial Orchestra et le Tra La La Band, voici le quintet de You say party ! We say die ! qui débarque à Saint Malo avec sa dancepunk précédé d'une sacrée réputation. Ce nouvel OMNI fera-t-il sensation en terre bretonne?

Les canadiens ne sont décidément pas des gens comme tout le monde.

Premier groupe au Fort samedi soir, les You Say Party ! We Say Die ! sont attendus par un bon nombre de festivaliers.

Révélation du dernier festival South By Southwest à Austin, les canadiens sont en train de déclencher un mini buzz dans les frontières et aux Etats-Unis.

Après Arcade Fire et Clap Your Hands Say Yeah, le monde tient peut-être sa nouvelle sensation canadienne. Bref, les You Say Party ont une légère pression sur les épaules ce soir.

A première vue, on sent le groupe qui à soigneusement travaillé son line up. Deux femmes dans les rangs, et à des postes stratégiques. Une claviériste, et une chanteuse tout de rouge vêtue, sorte de mix entre Courtney Love et Peaches, la provoc en moins. Passons outre le look.

Musicalement, YSPWSD (c’est plus court) livrent un joyeux bordel sonore, quelque part entre un post punk sauvage et du rock débridé. Si le début du set se prend un peu les pieds dans le tapis, le groupe redresse peu à peu la barre, avec des morceaux bien construits et originaux.

Pas toujours évident d’être le premier groupe de la soirée, mais le groupe remplit parfaitement cette tâche ingrate, laissant la fosse conquise et rugissante de plaisir.

Un groupe à suivre, malgré une prestation en dent de scie.

Le crooner, l’irréductible, le gominé prend le Large .

Pour les amateurs éclairés, le rendez-vous à ne pas manquer avait lieu au Palais du Grand Large.

Ambiance intimiste en perspective donc pour le leader des Tindersticks que certains parmi les plus fidèles d’entre vous se souviennent probablement d’avoir vu ici même au Fort de Saint Père en 1999.

En vacance de son groupe, Stuart Staples continue d’explorer ses failles à coup de short-stories qui tapent dans le mille, droit au coeur. Leaving songs, son nouvel album sorti au printemps de cette année, et passé injustement inaperçu, sera à l’honneur en cette fin d’après midi avec une nouvelle formation mais toujours dans un univers de crooner ténébreux dont la pièce centrale est la voix de Staples superbement soutenue par les mélodies dont il a le secret et si familières aux fans des Tindersticks.

Tant attendu que la salle en vomit d’être remplie jusqu’à la gueule pour le fêter .

Ses chansons, Stuart A. Staples ne les quitte pas, il les borde et les met au lit de son timbre de voix si particulier.

Tout y passe rien de résiste, ca "trémolote" très haut et Stuart confirme son rôle de lord anglais.

Au délà des modes, au dessus du lot, l’Anglais semble être ici au zénith de sa créativité, un degré au dessus de son premier opus, et sa voix d’outre tombe.

La brune et l'ex lapin.

Et puis, pour les fans de plage et bronzette, la Plage recevait une belle brune.Les brunes comptent pas pour des prunes chantait Lio en 1986…elle ne croyait pas si bien dire la banana girl. 20 ans après, c’est sa sœur qui trône fièrement sur la scène de La Plage, confirmant brillamment ce vieil adage de la chanson populaire.

A peine sortie de la mer (tout juste a-t-elle pris le temps d’enfiler un pantalon par dessus son maillot de bain) et flanquée du guitariste Federico Pellegrini des feux Little Rabbits (de même que Laurent Allinger à la guitare pour l’occasion), Héléna Noguerra se donne en spectacle devant un public charmé.

Des remparts encerclant Saint Malo jusqu’au bout de la plage, les festivaliers et les touristes dévorent des yeux cette belle plante, sensuelle au possible, qui se dandine au rythme des accords pop folk, flirtant par moment même avec la country.

Ceux qui ne donnaient pas cher de la peau de l’ancien mannequin, sont bien obligés de reconnaître à la demoiselle un bien beau filet de voix, s’accordant parfaitement avec celui plus rauque de ses deux acolytes.

Enregistré à Tucson en Arizona, sous la houlette de Jim Waters, les morceaux de Dillinger Girl & Baby "Face" Nelson sont chargés de cette ambiance désertique du grand ouest américain.

En anglais ou en français, légères ou plus rythmées, les compositions du duo font mouche. Rajoutez à cela le soleil qui a enfin daigné pointer le bout de ses rayons, et vous obtiendrez un très bon moment de ce festival.

Jour de chance

Enfin, la défection de Micah P. Hinson donne sa chance à My name is nobody, soit de la folk-song également un brin torturée, belle comme la jeunesse du duo français pour un beau moment en catimini sur fond d’arpèges sensibles.

Vincent Dupas, guitariste auteur, s’excuserait presque d’être ici pour délivrer ses contines intimes : "En fait j’ai été prévenu de ce matin de mon passage cette après-midi confie-t-il à l’assemblée lâche-t-il, avant d’embrayer sur deux pépites solitaires ("Last night", "I dreamt three times" et "Take the 7.00 AM train").

Accompagné de sa pianiste Faustine, My Name Is Nobody cajole le Palais de sa magnifique voix, et de ses arpèges sensibles et célestes. Il bafouille le nom de ses chansons, et se confond en remerciements. Le public, semble autant touché par la grâce de la musique que par la timidité du jeune homme.

Un très joli moment, qui aura fait oublier au public l’absence du ténébreux texan.

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

Le Vendredi à la Route du Rock 2006
Le Dimanche à la Route du Rock 2006

La chronique de l'album Lucky dog recordings de Stuart Staples
La chronique de l'album Leaving songs de Stuart Staples
L'interview en VO de Stuart Staples(20 avril 2006)
L'interview de Stuart Staples (20 avril 2006)
La conférence de presse de Dillinger Girl et Baby Face Nelson (12 août 2006)
You say Party ! We say die ! en concert au Festival des Inrocks Motorola 2007
You say Party ! We say die ! en concert au Festival des Inrocks Motorola 2007 - 2ème
La chronique de l'album We are The Pipettes de The Pipettes
La chronique de l'album Earth vs. The Pipettes de The Pipettes
The Pipettes en concert au Festival Les Inrocks 2006
La chronique de l'album Album Dear Catastrophe Waitress de Belle and Sebastian
La chronique de l'album The blues are still blue de Belle and Sebastian
Belle and Sebastian parmi une sélection de singles (été 2006)
La chronique de l'album Girls in Peacetime Want to Dance de Belle And Sebastian
Belle and Sebastian en concert au Grand Rex (8 mars 2004)
La chronique de l'album You are Free de Cat Power
La chronique de l'album The Greatest de Cat Power
La chronique de l'album Jukebox de Cat Power
La chronique de l'album Dark end of the street de Cat power
Cat Power en concert à La Cigale (25 mai 2003)
Cat Power en concert à Théatre Outremont (12 avril 2003)
Cat Power en concert au Festival Les Trans 2006 (Jeudi)
Cat Power en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008
Cat Power en concert au Festival Les Eurockéennes de Belfort 2008 - 2ème
La chronique de l'album Desperate youth, blood thirsty babes de Tv on the radio
La chronique de l'album Return to Cookie Mountain de TV on the radio
La chronique de l'album Dear Science de TV on the radio
TV on the radio en concert au Festival La Route du Rock 2004 (samedi)
TV on the radio en concert à La Laiterie (6 août 2004)
TV on the radio en concert à La Boule Noire (18 mai 2006)
TV on the radio en concert au Festival Les Inrocks 2006
TV on the radio en concert au Festival Les Eurockéennes 2007 (dimanche)
TV on the radio en concert au Festival Les Vieilles Charrues (vendredi)
TV on the radio en concert à Paléo Festival #34 (2009)
TV on the radio en concert au Festival Garden Nef Party #4 (2009)
TV on the radio en concert au Festival International Benicàssim #15 (2009)
La conférence de presse de Tv on the radio (août 2004)
La chronique de l'album Stealing of a nation de Radio 4
La chronique de l'album Enemies Like This de Radio 4
Radio 4 en concert au Festival Rock en Seine 2004
Radio 4 en concert au Festival International de Benicassim 2005 (samedi)
L'interview de Radio 4 (août 2004)
L'interview de Anthony Roman - Radio 4 (4 mai 2006)

En savoir plus :

Le site officiel de You say party ! We say die !
Le site officiel de The Pipettes
Le site officiel de Belle and Sebastian
Le site officiel de Cat Power
Le site officiel de TV on the radio
Le site officiel de Radio 4
Le site de My name is nobody sur Myspace
Le site officiel de Dillinger Girl et Baby Face

Crédits photos : Fred (plus de photos sur Taste of Indie)


        
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :


# 21 janvier 2018 : En attendant les beaux jours

Il pleut partout, il fait moche, il fait froid. Qu'à cela ne tienne, voici notre sélection de la semaine qui devrait pouvoir occuper vos jours gris et vos soirées au coin du feu avec moultes choses à écouter, à lire, et à voir. C'est parti !

Du côté de la musique :

"Thanks for listening" de Chris Thile
"Moondog new sound" de Ensemble Minisym
"Mossy Ways" de Eric Le Lann
"MOR" de Marcel Kanche
"Mille excuses" de Misska
"Essais, volume 2" de Pierre de Bethmann Trio
"Songs of praise" de Shame
et toujours :
Aftermath" de Alex Stuart
"Kili kili" de Black Bones
"Jean Baptiste Lully : Alceste, ou le trimphe d'Alcide" de Christophe Rousset & les Talens Lyriques
Interview de Pierre autour d'une session live de 5 titres
"Girl's ashes" de Dirty Work of Soul Brothers
"Infernu" de Hifiklub
"Trio 30YearsFrom" de Théo Girard
"Destination overground : the story of Transglobal" de Transglobal Underground
"Classe moyenne" de Vincent Touchard

Au théâtre :

les nouveautés de la semaine :
"La Maladie de la Mort" au Théâtre des Bouffes du Nord
"Schatten ( Eurydike sagt)" au Théâtre de la Colline
"Les Bacchantes" au Théâtre de l'Epée de Bois
"Tertullien" au Théâtre de Poche-Montparnasse
"Le Menteur" au Théâtre de la Tempête
"Concertos de Passions" au Théâtre Les Déchargeurs
"Céline, derniers entretiens" au Théâtre Les Déchargeurs
"Après le tremblement de terre" au Théâtre des Quartiers d'Ivry
"Paysages intérieurs" au Théâtre Le 13ème Art
"Les Fils prodigues" au Théâtre Le Maillon à Strasbourg
"J'arriverai par l'ascenseur de 22h43 (chronique d'un fan de Thiéfaine)" aux Docks à Lausanne
les reprises à ne pas rater:
"Trahisons" au Théâtre Le Lucernaire
"Gauthier Fourcade - Liberté !" au Studio Hébertot
"Constance - Gerbes d'amour" au Théâtre Apollo
"Mon meilleur copain" au Grand Point Virgule
et les chroniques des autres spectacles de janvier

Expositions :

dernière ligne droite pour "Irving Penn" au Grand Palais

Cinéma avec :

le film de la semaine :
"La Douleur" de Emmanuel Finkiel
et les chroniques des sorties de janvier

Lecture avec :

"Assad" de Régis Le Sommier
"Celui qui disait non" de Adeline Baldacchino
"Etienne de silhouette" de Thierry Maugenest
"Fausses promesses" de Linwood Barclay
"Le pouvoir" de Naomi Alderman
"Mille soleils" de Nicolas Delesalle
"Itinéraire d'un enfant maltraitée" de Liliane Zylbersztejn
et toujours :
"L'infinie comédie" de David Foster Wallace
"La femme qui ment" de Hervé Bel
"La friction du temps" de Martin Amis
"Les oiseaux morts de l'Amérique" de Christian Garcin
"Massacre des innocents" de Marc Biancarelli
"Un homme doit mourir" de Pascal Dessaint

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=