Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Rock and Roll
Vivons heureux, Vivons hantés  septembre 2006

Un rêve de plus, encore un habité. Un spectre planant dans la grande famille de mon karma céleste. Cette nuit c’est le groupe Cream au grand complet qui est venu gentiment me rendre visite. Une re-formation expresse pour mon cerveau ; la tête d’affiche de mes songes nocturnes. Une reformation exclusive, un concert unique dans un TGV en fait. Heureusement mon esprit m'a laissé le peu de temps que j’avais pour parlementer directement avec Clapton.

Mais pas le Clapton d’aujourd’hui, pas le binoclard à la Strat Blackie comme on dit… non, celui du bon vieux temps, avec les chemises psyché et la coupe de cheveux frisé façon afro blanc. Celui-là même. Le rêve halluciné par excellence, un concert de rock dans un TGV, avec le décorum qui fonce à 300 Km/h et le musicien qui rediscute sans fin le riff de "Sunhshine in Love". N’importe quoi. Comme cette espèce de grand abruti qui m'a interrompu en plein concert, la forme opaque, le mauvais esprit que l’on doit redresser à grand coup de point dans la tronche, lui corriger sa malformation sataniste à renfort de grosse bague… Quel enfoiré ce mec.

Et des rêves comme cela, des rêves hantés, j’en fais trois par semaine dans mes périodes les plus stables. C’est la fameuse citation de Yves Adrien : "Dans ma poitrine battaient deux cœurs, le mien et celui du rock and roll". Toute cette musique en revient à un grand flash médiumnique, un retour de l’on ne sait pas trop quoi, où des centaines d’âmes du passé vous tombent sur le coin de la tronche, comme des taulards sur un vieux playboy. Obsédé par le passé et les morts, c’est le pain quotidien.

Et il y avait Brian Jones qui lui aimait Elmore James. Tiens, un jeune mort encore, enfin mort à 45 ans en fait. Elmore James, le bluesman du Mississipi, celui qui emmena son blues à Chicago, comme son congénère de Muddy Waters. Mais lorsque il mourut (en 63), le jeune anglais blond de Cheltenham avait à peine abandonné son pseudonyme de Elmo Lewis. Et c’est ce fantasme du lointain qui s'y traduit encore, pas le passé car les deux destins se croisent, mais le fantasme de la distance, la mer qui séparent les USA de l’Angleterre, un noman’s land qui fait le contraste, démarque deux mondes.

Le rock est une machine à fantasme, à re-création du lointain. Et l’époque a été tellement recrée. Il est bizarre de constater que, en pleine explosion des technologies, l’avènement de la tronche de cul qu’est Bill Gates et sa bizarrerie qu’est Windows, bref, dans la deuxième moitié des années 80, des mecs se marrent à refaire à l’identique le rock and roll originel des années 50. Pire que cela, les Stray Cats feront des reprises exactes des morceaux de Eddie Cochran.

Mais c’est que nous l’avons dans les veines, ce rythme qui fait danser, que certains battent plus avec leurs genoux que du pied. C’est la machine à images, le kaléidoscope géant. Est-ce pour cela que tant de touristes vont se perdre à Memphis, pour aller retrouver l’univers qu’ils ont tant aimé dans les disques du label Sun. Comme dans le film de Jim Jarmush, "Mystery train", dans lequel un jeune couple de Japonais fan d’Elvis et de Carl Perkins vont se paumer là-bas. Et finalement s’y emmerder et oublier pourquoi ils sont venus. Car le disque est l’objet final du fantasme. Tout un petit monde enfermé dans un beau disque de vinyl noir, avec des creux et des bosses. Et il est témoin du temps, les craquements en rappellent les années passées.

Alors que recherche-t-on aujourd’hui ?. Le disque des Pipettes nous en parle bien, comme les ventes à la braderie de Lille, ou je ne sais quelle remarque de survivor des années 70. Quand tous les groupes de musique sont enfermés dans la re-création d’un époque, tout du moins les plus médiatisés. Et faut-il encore que je parle des fringue chez Zara… Ce n’est pas une critique, c’est juste que nous sommes hantés.

Un train fantôme géant, la poule aux œufs d’or pour tous les producteurs de toute sorte. Un train fantôme bien sympathique, celui qui fait sourire, immortel car bourré de gens déjà morts. Il a un nom de chanson blues, "My Best Friend" by Elmore James. Et il est triste à en pleurer.

Mais Dieu merci, toutes les nuits, quand le sommeil a réussi à enfin s’imposer, on peut reprendre un ticket pour le train sans faire gagner de sous à personne, juste se sentir un peu mieux soi même.

 

L.J.Jet         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

Pas d'autres articles sur le même sujet


# 5 juillet 2020 : Un avant goût de vacances

il fait (presque) beau partout, on sort un peu de chez nous, on voit nos amis, on pense aux vacances. Chez Froggy's on continuera tout l'été à vous alimenter en culture mais ce sera peut être un peu plus calme. En attendant, voici le sommaire et bien sûr le replay de La Mare Aux Grenouilles #5 !

Du côté de la musique :

"Les îles" de Benoit Menut
"Echange" de Brussels Jazz Orchestra, Claire Vaillant & Pierre Drevet
"INTENTA experimental & electronic music from Switzerland 1981-93" par divers artistes
"Jimmy Cobb" mix #19 de Listen In Bed
"Chausson le littéraire" de Musica Nigella & Takenori Nemoto
"Alessandro Scarlatti, il Martirio di Santa Teodosia" de Thibault Noally & l'Ensemble Les Accents"
et donc La Mare Aux Grenouilles numéro #5 avec la liste de ce qui a été abordé et le replay.
et toujours :
"Grand prix" de Benjamin Biolay
"The Beethoven collection Vol1 : Sonatas by Clementi, Hummel, Dussek and Wolfl" de Jean-Efflam Bavouzet
"Eivind Groven Symphonies N°1 & 2" de Kristiansand Symphony Orchestra sous la direction de Peter Szilvay
"L'heure bleue" de Marianne Piketty, Le Concert Idéal
"Tu rabo Par'abanico" de Marion Cousin & Kaumwald
"Veines" de Merakhaazan
"Silas" de Silas Bassa

Au théâtre dans un fauteuil de salon avec :

des créations :
"La Putain respectueuse" par Gérard Gélas
"Dracula Asylum" par Felicien Chauveau
"L'Homme qui rit" par Gaële Boghossian
"Cage" par Jacques Bellay
"Kyste" de et par Eloïse Hallauer et Camille Soulerin
et une pépite : "Jimmy's blues" de James Baldwin par Nicolas Repac et Anouk Grinberg
du théâtre moderne :
"Vient de paraître" d'Edouard Bourdet par Jean-Paul Tribout
"La vie de Galilée" de Bertold Brecht par Eric Ruf
le répertoire classique par la Comédie français d'hier et d'aujourdhui :
"Le Mariage de Figaro" de Beaumarchais
"On ne badine pas avec l'amour" d'Alfred de Musset
Au Théâtre ce soir :
"Les Petits oiseaux" d'Eugène Labiche
"La Reine Blanche" de Barillet et Grédy
"Les Petites têtes" d?André Gillois
des comédies :
"L'Opération du Saint-Esprit" de Michel Heim
"Jeux de mots bêtes pour gens laids" autour de textes de Bobby Lapointe
"Pochettes Surprise" de Jacky Goupil
du côté des humoristes :
"Jean Luc Lemoine - Au naturel"
"Moustapha El Atrassi - Second degré"
du théâtre visuel avec "L'Avare" par la Compagnie Tàbola Rassa
et enfin du théâtre lyrique avec"Ercole Amante" de Francesco Cavalli par Christian Hecq et Valerie Lesort

Expositions :

les réouvertures de la semaine :
le Musée d'Art Moderne dela Ville de Paris avec les collections permanentes de "La Vie Moderne" dans sa nouvelle présentation et la salle Matisse
le Musée Rodin
le Musée national des Arts asiatiques-Guimet
le Musée Cognacq-Jay et le Musée du Louvre
et les expositions en "real life" à ne pas manquer :
"Otto Freundlich - La révélation de l’abstraction" au Musée de Montmartre
"Turner, peintures et aquarelles - Collection de la Tate" au Musée Jacquemart-André
"Harper's Bazaar, premier magazine de mode" au Musée des Arts Décoratifs
"Christan Louboutin - L'Exhibition[niste]" au Palais de la Porte Dorée
"Cézanne et les maîtres - Rêve d'Italie" au Musée Marmottan-Monet
"Coeurs - Du romantisme dans l'art contemporain" au Musée de la Vie romantique
"Les Contes étranges de N.H. Jacobsen" au Musée Bourdelle
les Collections permanentes du Musée Cernushi
"Le Monde selon Roger Ballen" à La Halle Saint Pierre
"Helena Rubinstein - La collection de Madame" et "Frapper le fer" au Musée du Quai Branly
"Monet, Renoir... Chagall - Voyages en Méditerranée" à l'Atelier des Lumières

Cinéma :
en salle "L'Envolée" de Eva Riley
at home avec :
du thriller :
"La Isla minima" de Alberto Rodriguez
"La Onzième heure" de John Lyde
de la romance :
"La revanche d'une blonde" de Robert Luketic
'"Aime-moi comme je suis" de Stephan Meyer
"Coup de foudre en cuisine" de James Hacking
du drame :
"L'ombre du doute" d'Aline Issermann
"Tout va bien on s'en va" de Claude Mouriéras
"Henri" de Yolande Moreau
Ciné-Club français des années 60 :
"L'Insoumis" d'Alain Cavalier
"Le Chien" de François Chalais
"La Voleuse" de Jean Chapot
"Les Ennemis" d'Edouard Molinaro
et des raretés :
"Le Champignon des Carpathes" de Jean-Claude Biette
"King of the White Elephant de Sunh Vasudhara

Lecture avec :

"Isabelle, l'après midi" de Douglas Kennedy
"Les ombres de la toile" de Chris Brookmyre
"Oeuvres complètes II" de Roberto Bolano
"Un été norvégien" de Einar Mar Gudmundsson
et toujours :
"Be my guest" de Priya Basil
"De Gaulle sous le casque" de Henri de Wailly
"La faiblesse du maillon" de Eric Halphen
"Les jours brûlants" de Laurence Peyrin

Froggeek's Delight :

Toute la semaine des directs jeux vidéo, talk show culturel, concerts en direct sur la FROGGY'S TV

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=