Musique sep Théâtre sep Expos sep Cinéma sep Lecture sep Bien Vivre
  Galerie Photos sep Nos Podcasts sep
 
recherche
recherche
Activer la recherche avancée
Accueil
 
puce puce
puce Katerine
Robots après tout  (Barclay)  août 2006

Katerine, sempiternellement qualifié de dandy-chanteur extraterrestre oeuvrant dans la chanson française dite décalée, on aime ou on n’aime pas.

Mais après l’avoir vu, et entendu, sur scène dans un de ses concerts décoiffants - d'où la petite barrette dans les cheveux ( ?) - qui relèvent plus de la performance que du show avec son nouvel album Robots après tout épaulé par la Secte Machine, un avatar des ex-Little Rabbits, il faut bien reconnaître que Katerine on adô-ooooooooooore !

Robots après tout, pochette warholienne tignasse latine en moins, est un album électro kitsch profondément jubilatoire en la forme, oscillant entre hyper réalisme et surréalisme, et profondément noir au fond, d’où une jubilation nerveuse pour masquer une certaine angoisse -– l’album s’achève parle le très flippant "11 septembre" - et 14 chansons "borderline" qui sont autant de délires textuels mises en musique par Katerine, lui-même aux machines, et le duo incontournable du moment Gonzales aux claviers et Renaud Letang à la production.

14 chansons qui piochent dans tous les registres musicaux : les sixties "Numéros", les années 80 avec "100% VIP" qui rappelle autant "Où sont les femmes ?" de Patrick Juvet que "Saturday night fever" des Bee Gees, la disco-house de "Louxor j’adore", le jazz funk de "Le train de 19 heures" et autres.

Côté textes, Katerine, qui indique avoir été inspiré par Raymond Roussel écrivain, auteur nomade qui voyageait dans sa Rolls Royce spécialement aménagée en mobile home de luxe, précurseur des surréalistes, et pratiquait une écriture imaginaire complexe, notamment basée sur l'homophonie, la déconstruction du langage et le double sens, a procédé par association de mots, un mot donnant une idée et réciproquement, créant ainsi une chaîne de micro-événements, une anecdote, une histoire à partir des obsessions propres de leur auteur, un peu comme le procédé psychanalytique d’association de mots.

Cela donne des chansons que l’on pourrait qualifier d’excentriques au sens où Charles Nodier entendait l’excentricité comme une facture "hors de toutes les règles communes de la composition et du style, et dont il est impossible ou très difficile de deviner le but, quand il est arrivé par hasard que l'auteur eut un but en l'écrivant".

Avec sa singulière voix aux accents enfantins, un enfant provocateur et énervant, Katerine distille ses divagations logorrhéiques ("Patati Patata", "Qu’est-ce qu’il a dit ?") et joue au démiurge diabolique ("Le train de 19 heures", "Au Louqsor").

Il poursuit son auto-fiction, son exploration introspective du moi ("Borderline", "Titanic") et du monde à travers la réalité tragique de la vie sociétale appréhendée à partir d’éléments anodins, quotidiens, infimes, standardisés ("Etres humains", "Numéros", "Après moi", "100% VIP").

De quoi alimenter bien des gloses. De quoi aussi penser que Katerine est proche du poète qui parmi, tous ceux qui s’agitent au rythme d’une horloge numérique, a une conscience vive de la mort.

En tout cas, le monde d'aujourd'hui ne ressemble pas au monde rêvé du petit Philippe Katerine ("78 2008").

 

A lire aussi sur Froggy's Delight :

La chronique de l'album Border Live cd/dvd de Philippe Katerine
La chronique de l'album Aéronef de Katerine - Da Brasilians
La chronique de l'album Le Film de Katerine
Katerine en concert au Festival Le Printemps de Bourges 2006 (samedi)
Katerine en concert au Festival Art Rock 2006 (Samedi)
Katerine en concert au Festival Art Rock 2006 (Samedi) - 2ème
Katerine en concert au Festival La Route du Rock 2006 (dimanche)
Katerine en concert au Festival des Vieilles Charrues 2007 (jeudi)
Katerine en concert au Fil (jeudi 9 décembre 2010)
Katerine en concert au Festival Solidays #13 (édition 2011) - vendredi
Katerine en concert au Festival Beauregard #3 (édition 2011) - Vendredi
Katerine en concert au Festival Fnac Live #6 (édition 2016) - vendredi 22 juillet
La conférence de presse de Katerine (29 avril 2006)
L'interview de Katerine (15 août 2006)

En savoir plus :

Le site officiel de Katerine


MM         
deco
Nouveau Actualités Voir aussi Contact
deco
decodeco
• A lire aussi sur Froggy's Delight :

• A écouter aussi sur Froggy's Delight :

La Chanson Du Jour 5 - Huitième Ciel de Katerine (12 juin 2016)


# 14 juillet 2019 : Les pieds dans l'eau

C'est l'été, les vacances pour certains, mais cela n'empêche pas de découvrir quelques petites perles musicales, littéraires, théâtrales, cinématographiques... Alors ne perdons pas de temps et découvrons le programme de la semaine.

Du côté de la musique :

"Reward" de Cate Le Bon
"Walk on a mirror" de Beautiful Badness
"You're here now what ?" de Matmatah
"Verdée" de Verdée
"Circo circo" de Who's the Cuban
Tom Mascaro et The Daggys au M'art in the street de St Symphorien s/ Coise
Beauregard #11 :
Jeudi avec MNNQNS, Gossip, Fatboy Slim entre autres
Vendredi avec Balthazar, Lavilliers, NTM, Etienne de Crécy...
Les Eurockéennes de Belfort #31 : Interpol, Fontaines DC, Idles, Mass Hysteria...
et toujours :
"Lung bread for daddy" de Du Blonde
"Orgue" de Guero
Hellfest #14 avec No one is innocent, Gojira, Kiss, Cannibal Corpse, Sister of Mercy et pas mal d'autres
"L'envoutante" de L'Envoûtante
"Uncovered Queens of the Stone Age, The lost EP" de Olivier Libaux
"Praeludio" de Patrick Langot
"Carnet de voyage, livre 1 : Beethoven Cras" de Quatuor Midi Minuit
"The twin souls" de The Twins Souls

Au théâtre :

"Glissement de terrain" au Théâtre de la Reine Blanche
"Philippe Chevallier et Bernard Mabille - Chacun son tour" au Théâtre L'Archipel
"De Judas à Manuel Valls" à la Comédie Saint-Michel
"Philippe Fertray - En mode projet" au Théâtre de la Contrescarpe
"Florian Lex - Pas de pitié !" au Théâtre du Marais
des reprises :
"Nature morte dans un fossé" au Petit Gymnase
"Muriel Lemarquand - Trop forte !" au Théo Théâtre
la chronique des spectacles à l'affiche parisienne en juillet
et la chronique des spectacles programmés au Festival Off d'Avignon

Expositions avec :

"Back Side/Dos à la mode" au Musée Bourdelle
et dernière ligne droite pour :
"L'Orient des peintres, du rêve à la lumière" au Musée Marmottan-Monet
"Hammershoi - Le Maître de la peinture danoise" au Musée Jacquemart-André
"La Lune - Du voyage réel aux voyages imaginaires" au Grand Palais
"La Collection Emil Bürhle" au Musée Maillol

Cinéma :

"Le Voyage de Marta" de Neus Ballus
et la chronique des sorties de juillet

Lecture avec :

"L'enfer du commissaire Ricciardi" de Maurizio de Giovanni
"Hitler et la mer" de François-Emmanuel Brézet
"La villa de verre" de Cynthia Swanson
"Le fossé" de Herman Koch
"Les apprentis de l'Elysée" de Jérémy Marot & Pauline Théveniaud
et toujours :
"Entrer dans l'arène en même temps que l'orage" de Danny Denton
"Et tout sera silence" de Michel Moatti
"Je te donne" de Baptiste Beaulieu, Agnèes Ledig, Laurent Seksik, Martin Winckler
"Le dernier thriller norvégien" de Luc Chomarat
"Néron" de Catherine Salles

Bonne lecture, bonne culture, et à la semaine prochaine.

           
www.myspace.com/froggydelight | www.tasteofindie.com   bleu rouge vert métal
 
© froggy's delight 2008
Recherche Avancée Fermer la fenêtre
Rechercher
par mots clés :
Titres  Chroniques
  0 résultat(s) trouvé(s)

Album=Concert=Interview=Oldies but Goodies= Livre=Dossier=Spectacle=Film=